Logo - Papilles et Pupilles

Chargement en cours...
Veuillez patienter...
P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

Comment cuire les crustacés

Alimentation et nutrition

Port de Doëlan - Bretagne ©e andre quinou shutterstock

Port de Doëlan – Bretagne ©e andre quinou shutterstock

Vous aussi, vous entendez Brigitte Bardot dès que vous prononcez ce mot ?

Chaque fois que j’évoque les crustacés autour de moi, je note comme une certaine terreur dans le regard de mon interlocuteur. Et chaque fois que je passe chez un poissonnier et que j’y vois des langoustines cuites ou des pinces de crabe cuites, je pense à mon amie Françoise, du côté de Brest.

Alors amis des Internets, aujourd’hui je vais prêcher. N’achetez PLUS de crustacés cuits, CUISEZ-les vous-même. Je vous promets un monde nouveau et des saveurs en bouche comme vous n’en avez jamais eues.

Approchez un peu la tête de l’écran, j’ai un secret à vous dire, un truc seulement entre nous : cuisiner des crustacés, c’est fa-ci-le. Si madame. C’est facile. Archi simple. Enfantin. Vous voulez voir ? C’est parti !

Les Langoustines

Vous achetez vos langoustines crues. CRUES. Idéalement, elles bougent encore, voire sautillent sur l’étal du poissonnier quand il vous les sert. En Bretagne, elles sont vendues en fonction de leur taille ce qui fait varier le prix. N’allez pas forcément croire que les plus grosses, parce que plus chères, sont les meilleures. Personnellement, je les aime de taille moyenne, la chair a un goût plus subtil en bouche.

Langoustines cuites

Langoustines cuites

Les quantités vont bien évidemment dépendre du type de plat que vous allez servir. En accompagnement sur un plateau de fruits de mer, comptez 4 langoustines par personne, une belle poignée (200 g)  pour une entrée et deux belles poignées en plat principal (une livre par personne en plat principal). Personnellement, j’adore les manger avec un jus de citron, une belle mayonnaise maison et un pain délicieux. Rien d’autre.

Langoustine crues et cocottes plein d'un bouillon frémissant

Langoustine crues et cocottes plein d’un bouillon frémissant

Pour les cuire, c’est enfantin, dans une grande casserole, type cocotte minute ou faitout, préparez un bouillon (sel poivre, bouquet garni). Vous pouvez tout aussi bien préparer un bouillon traditionnel (thym, ail, laurier, romarin) et même, pourquoi pas, un bouillon thai. Plongez-y vos langoustines vivantes. Si elles sont petites, vous les sortirez à reprise de l’ébullition soit au bout de 1 à 2 minutes maximum. Si elles sont plus grosses vous les laisserez 2 minutes après repris de l’ébullition.

Sortez les. Servez les. Savourez les.

Les tourteaux et les araignées

Tourteau posé sur une assiette

Tourteau posé sur une assiette

Dois-je encore écrire ici que l’écart qualitatif entre des pinces achetées cuites et la cuisson maison est énorme ?

Si si, je radote.

Quand vous achèterez votre tourteau, idéalement, il doit bouger un peu. Vous ne risquez pas d’être pincé, la plupart des marins coupent les tendons des pinces avant la vente. #Désolée #PasTaper

Pour votre tourteau, c’est bien simple, comme pour les langoustines, vous préparerez un bouillon dans une cocotte minute ou un grand faitout que vous porterez à ébullition avant d’y plonger la bête. La quantité achetée va varier selon la façon dont vous cuisinez votre crabe. Sur un plateau de fruits de mer, comptez une pince par convive. Un demi ventre. Pour une entrée, je dirais la même chose. Pour un festin, un tourteau chacun. Et enfin pour un plat de pâtes aux crabes, je dirais une pince par personne.

Pour la cuisson, c’est simplissime, vous portez le bouillon à ébullition, vous plongez le crabe dedans et vous comptez 15 minutes après reprise de l’ébullition. #epicetou

La cuisson des araignées de mer est identique. Je vous recommande de les tester si vous en avez un jour l’occasion. Cela réclame beaucoup plus de patience à décortiquer mais la chair est peut-être encore un peu plus fine que celle du tourteau (ou bien c’est la patience qui majore le plaisir, allez savoir).

Les tourteaux se cuisent et se dégustent le jour même, vous ne pourrez pas déroger à cette règle ci. Une fois cuit, on arrache les pinces, puis on soulève l’arrière de la queue pour le vider. Cette partie marron et molle est très très forte en iode. Du coup seuls les initiés la mangent. Si, comme moi, vous ne l’aimiez pas trop telle que, surtout ne la jetez pas. Toute la saveur du crabe est là. N’hésitez pas à utiliser quelques cuillères à soupe de votre bouillon à mélanger avec ces chair. Laissez refroidir et congelez le tout. Vous aurez le plus paradisiaque des fumets sur une prochaine recette. 🙂

 

Les coques

Je vous avais parlé des palourdes dans cet article. La préparation et la cuisson sont similaires pour les coques. Vous allez tout d’abord nettoyer vos coques en les baignant. Vous jetterez toute coque qui flotterait puis vous ferez deux ou trois bains avec une quinzaine de minutes entre 2 jusqu’à ce que l’eau soit claire. Personnellement, je les mets dans une eau tiède pour les aider à s’ouvrir plus vite mais la tradition dit qu’on les nettoie dans une eau froide.

La cuisson est simplissime, vous les ferez ouvrir dans une grande casserole sur feu chaud. Un peu de beurre ou d’huile d’olive selon votre religion, un verre de vin blanc à cuire, quelques herbes (ciboulette, persil, coriandre, menthe, estragon ou aneth, faites vous plaisir) ; vous pouvez même mélanger les herbes, et le paradis sera à portée de mains.

Avant de les servir, je me brule les doigts retire les coques vides pour gagner en volume. Mélangées à des pâtes, accompagnées d’un riz pilaf, servies avec des fenouils, c’est délicieux, laissez parler votre créativité. Et épatez vos convives !

Coques cuites dans une assiette blanche

Coques cuites dans une assiette blanche

Pour les huitres, je vous renvoie à cette vidéo. Vous verrez ce n’est pas si compliqué que cela de les ouvrir 🙂 Et ne pas oublier le citron ou le vinaigre à l’échalote.

Je vous pose là la musique idéale en cuisine : la chanson, c’est cadeau :).

Psssst : si vous passiez en Finistère, les viviers de l’Aber Benoît à Landeda (ou sur les marchés du coin) sont une belle adresse pour se fournir. Merci à Jacques Le Bot croisé au marché pour cette chouette conversation et pour les photos.

Enjoy !

 

Allez on en discute ?
Les commentaires
  • Barbara a écrit le 27 mai 2018

    j’adhère à tout!
    ps super idée la « partie iodée des crabes pour un futur fumet
    bon dimanche
    (et voilà j’ai la chanson en tête pour au moins le reste de la journée !!

  • Pascale a écrit le 27 mai 2018

    Tout à fait d’accord, on achète moins mais mieux ! Vendredi, j’ai acheté à mon petit poissonnier de magnifiques langoustines pour l’anniversaire de Monsieur. J’ai fais un fumet avec les têtes et les anneaux des queues, un peu de crème. Les queues sont poêlées et encore translucides à coeur, fleur de sel et piment d’espelette au moment de servir avec du riz de camargue et du fenouil…trop, trop bon;:)

  • Catherine a écrit le 27 mai 2018

    Merci pour vos bons et précieux conseils. Merci également pour la magnifique photo du port de Doëlan que j’adore.

    • Anne a écrit le 27 mai 2018

      Avec plaisir Catherine 🙂

  • myriam a écrit le 27 mai 2018

    Bonjour ANNE

    préfère acheter moins mais à mon poissonnier.
    Merci pour les id.
    Je n’ai jamais mangé de coques_ je n’en trouve pas ici.
    Bises

    • Anne a écrit le 28 mai 2018

      C’est super bon avec les spaghettis 🙂

  • Lyly a écrit le 27 mai 2018

    Merci Anne pour tous vos conseils et recettes, mais puis-je savoir quelle est le meilleur mois pour acheter des tourteaux ….femelles de préférence ?

    • Anne a écrit le 28 mai 2018

      Plutôt l’été et l’automne 🙂 Donc bientôt la saison

  • Nathalie a écrit le 28 mai 2018

    Hummmm…… que de bonnes choses. Pas compliqué à faire et tellement savoureux !

  • Tara a écrit le 28 mai 2018

    Merci de partager cette façon de préparer les crustacés. Et je suis d’accord avec vous, je préfère tout faire de a à z aussi. Bonne journée.

  • Bisson a écrit le 28 mai 2018

    Je suis cuisinier depuis 42 ans et proprietaire d’un restaurant dans la manche
    Je suis d’accord avec vos methodes sauf pour l’araignee qui est beaucoup plus facile a epluchee qu’un tourteau est surtout beaucoup plus fin en bouche

  • François a écrit le 28 mai 2018

    Anne, tu as raison, c’est facile à cuire, il ne faut pas hésiter.
    Pour moi, jamais autre chose que du sel dans l’eau de cuisson.
    J’ai un copain qui utilise le four vapeur, c’est top !

    Enfin les arraignées sont super faciles et rapides à décortiquer quand on connait la technique 😉

    https://www.youtube.com/watch?v=XdIzaw3-S1E

  • Dominique Bellanger a écrit le 28 mai 2018

    Et la souffrance animale, vous en faites quoi ? C’est cruel de les plonger dans l’eau bouillante vivants. Je n’ai plus envie d’en manger.

  • Lrb Travel Team a écrit le 5 juin 2018

    Thanks for the nice recipe and review. We will try this one during the traveling time!

Sur Facebook
P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Photo - Anne Lataillade
Anne Lataillade
auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS

Mon livre

Je mange :) ©Tookapic CC0 Pixabay
Au menu d' Avril :
- La cuisine avec les enfants
- Les tartinades
- Les asperges
Découvrir l'édito d'avril
Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas
Petit déjeuner
Brunch
Apéro
Entrées
Viandes
Poissons
Légumes
Féculents
Plats Complets
Sauces
Desserts
À l'heure du thé
Pique-nique
Par type de plats
Salades composées
Soupes
Tartes sucrées
Tartes salées
Plats mijotés
Plats sucrés salés
Cakes
Recettes légères
Gratins
Crumbles
Clafoutis
Avec des restes
Par événements
Buffets
Chandeleur
Epate Belle Mère
Saint Valentin
Saint Patrick
Pâques
Halloween
Recettes de fêtes
Desserts de fêtes
Cadeaux gourmands
Par régime alimentaire
Sans gluten
Sans lait
Sans oeufs
Végétarien
S'inscrire à la
newsletter
Les archives d'Anne
Dis, tu te souviens ?

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Photo - Anne Lataillade

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS
Me suivre aussi sur :

 Allez, on reste en contact  ?
Google +
127 800
followers
Pinterest
415 400
followers
Instagram
35 800
followers
Vue sur Las Vegas depuis le Delano
Bouquet garni - Guyane
Sur le vif...
Fermer