P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

Piperade

Légumes Végétarien

Pays Basque © Mimadeo - Shutterstock

Pays Basque © Mimadeo – Shutterstock

Amis de l’internet mondial, sachez que quand vous postez une recette vous prenez le risque de vous attirer les foudres de ceux qui détiennent la VRAIE recette. Et encore plus quand il s’agit d’une recette régionale. Je risque par exemple avec cette recette de piperade les commentaires du type :

  • Elle est nulle ta recette, ce n’est pas du tout comme cela qu’on fait, je le sais, je suis basque. Taper 1
  • Elle est nulle ta recette, ce n’est pas du tout comme cela qu’on fait, je le sais, je suis béarnais(e). Taper 2
  • Des poivrons dans la piperade ? Et pourquoi pas des courgettes tant qu’on y est. La piperade c’est avec des piments d’Anglet et puis c’est tout.
  • Pas d’oeuf dans la piperade ? En fait c’est une ratatouille que tu nous proposes.
  • Et il est où le jambon de Bayonne ? Non mais allo quoi.

Bref

Tout cela pour dire que j’ai mis des poivrons dans la piperade. Je risque l’excommunication. Il faut dire que même en saison je ne trouve pas les délicieux petits piments d’Anglet ni ceux toujours aussi bons du Pays Basque et du Seignanx. Et pourtant j’habite Bordeaux. Alors je me dis que si vous habitez Lille ou Montpellier, vous risquez d’avoir les mêmes difficultés d’où les poivrons.

Piperade

Piperade

Voici donc la recette de cette piperade pour 4 personnes (ou 6 petits mangeurs) :

  • 1 kg de tomates
  • 2 oignons
  • 3 poivrons verts
  • 4 piments rouges doux
  • 1 pincée de sel
  • 1 pincée de poivre
  • 1 cuillère à soupe rase de sucre en poudre
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
Ingrédients pour Piperade

Ingrédients pour Piperade

Pelez les oignons et coupez-les en dés.

A l’aide d’un économe, enlevez la peau des poivrons, des piments et des tomates. Coupez les oignons en dés, les poivrons et les piments en lanières et les tomates en quarts.

Versez l’huile d’olive dans une sauteuses. Faites la chauffer et ajoutez les dés d’oignons. Faites-les cuire 5 minutes à feu doux.  Ajoutez ensuite les lanières de poivrons et de piments. Laissez mijoter à nouveau 7 à 8 minutes en mélangeant régulièrement.

On ajoute les lanières de poivrons

On ajoute les lanières de poivrons

Ajoutez enfin les morceaux de tomates, le sel, le sucre et le poivre.

Faites cuire à feu vif 10 minutes puis 20 à 30 minutes à feu moyen (tout dépend de la taille de vos légumes, plus ou moins larges).

Pipérade

Pipérade

Si vous voulez rajouter des oeufs, c’est en fin de cuisson, qu’il faudra battre en omelette 2 oeufs et les incorporer au mélange à base de tomates en fouettant énergiquement pendant 5 minutes.

Cette piperade est délicieuse telle quelle, mais aussi en accompagnement d’une viande ou d’un poisson grillé et bien sur, de tranches de jambon de Bayonne.

Ici avec les tranches d’une saucisse de Toulouse grillée :

Piperade et tranches de saucisses de Toulouse grillées

Piperade et tranches de saucisses de Toulouse grillées

Enjoy !

Allez on en discute ?
Les avis
  • MlleJuin a écrit le 21 juillet 2014
    5

    J’adore la piperade! Je l’ai découverte grâce à ma grand-mère, elle l’accompagne toujours avec du jambon de Bayonne, et depuis je suis une véritable adepte.
    La tienne a l’air délicieuse, il faudra que j’essaie 😉

Les commentaires
  • Cécile - Une quadra a écrit le 18 juillet 2014

    Tu vis vraiment dangereusement 🙂
    En plus l’épluches les tomates et les poivrons à l’économe… inconsciente que tu es alors que ce ne sont pas les méthodes traditionnelles.

    Mais c’est pas grave parce que c’est très bon comme ça, je ne la fais jamais autrement non plus.

    Et sinon pour faire diversion on peut ajouter du chorizo normal ou à griller avec c’est bon… (team le chorizo c’est la vie)

    • Anne a écrit le 18 juillet 2014

      oui, j’ai peur 🙂 Ahhhh le chorizo #PlusBelleTeam

  • dida a écrit le 18 juillet 2014

    moi aussi j’aime epucher mes poivrons à l’aide d’un économe ca evite d’allumer le four et je trouve que les poivrons cuit d’abord au four ca n’a pas le meme gout.Je fait ma piperade comme toi sauf les piments à la place je met du piment d’espelette.
    Tu sais c’est comme la pissaladiere oui la garniture c’est que oignons et anchois ben nous on aime pas, on aime avec quelques rondelles de tomates en plus et de l’emental rapé.

    • Anne a écrit le 18 juillet 2014

      🙂 merci de ton retour d’expérience Dida

  • gracianne a écrit le 18 juillet 2014

    Tu aurais pu titrer « Ceci n’est pas une piperade » 😉 (je suis Basque, je sais ce que je dis).

    Moi aussi, a defaut de trouver les piments verts basques j’utilise des poivrons verts en ce moment (je fais meme de pires heresies). De toutes facon, la seule facon de les trouver en dehors du pays ces piments, c’est de les cultiver soi-meme, tu devrais essayer sur ta terrasse.

    • Julie06 a écrit le 18 juillet 2014

      juste pour dire que ce ne sont pas des piments basques mais plutot landais Bon je sais les Basques aiement bien s approprier plein de choses, la piperade (piper = piment en gascon et non basque, le beret qui est bearnais, le jambon de Bayonne qui n a rien de Bayonne, mais sans rancune, vous etes plus doues por la promotion alors tant pis pour les non basques

      • Laborde a écrit le 21 août 2014

        Ahahah, Julie , tu as tout dis !
        Vivant dans le Béarn mais étant née a Toulouse, je dois dire que le mélange saucisses/piperade m a un peu fait bondir …
        Mais la piperade en soi m´a l´air pas mal du tout 🙂

    • Anne a écrit le 18 juillet 2014

      mdr Gracianne :p

    • Anne a écrit le 18 juillet 2014

      mdr Gracianne 😉

  • catariège a écrit le 18 juillet 2014

    ça a l’air délicieux ;je teste ce w end après le marché

  • ampelopse a écrit le 18 juillet 2014

    J y vais de mon commentaire special EXCOMMUNION: c est LA saucisse de Toulouse, ya pas de saucisses au pluriel chez nous…elle se vend au metre! Ou au kilo….le reste c est de la chipo, avec de l extrait de cochenille dedans! Et pis c est tout….
    Sinon, la piperade….che pas, je digere mal les poivrons! 😉

    • Anne a écrit le 18 juillet 2014

      ohmygod. Je corrige de suite. 🙂

  • Françoise a écrit le 18 juillet 2014

    Impossible de retrouver ta recette de la terrine aux 2 saumons que j’ai honteusement copiée et mise sur mon blog… Je suis hors sujet avec la Pipérade, mais je voulais malgré tout te dire que cette recette (la terrine, pas la pipérade, faut suivre !) est excellente, à faire et à refaire.
    bises

  • Patrick a écrit le 18 juillet 2014

    Bonjour papille, comme je ne sais ou mettre ma recette de région sur ton blog, voici une petite recette intéressante, compris son histoire, car une recette, c’est toujours une histoire, a toi après de la replacer dans ton blog ou tu le souhaiteras, j’espère qu’elle sera apprécier de tous, compris son histoire.

    Bonjour à tous et à la gourmande, lol, je vais vous remettre une vieille recette de mon enfance, de nos jours et dans sa région d’origine, il en on fait des dit triangles en boulangerie, mais la vraie recette, c’est la recette de mon arrière grand-mère, c’est la crêpe du Berry, comme la normande est à la Normandie, le Berry avait également sa crêpe, consistante et faisant ce moment à table avec la lampe à pétrole au centre, un moment unique, plein de pétillant et d’histoire.

    Je vais vous parler tout d’abord d’une ville avant sa recette, car qui mieux que l’histoire d’une ville qui a fait sa recette.

    Durant mon enfance, mon arrière grand mère me faisait visité une tour en plein centre de cette ville, c’était la tour Blanche de Castille, rénovée depuis et sa place, plus comme je l’avais connu, avec artisans de tous genres, compris le rémouleur et le maréchal ferrant, mais à notre siècle, je comprends qu’il à fallu changer comme dans cette boulangerie auprès de la tour.

    Saviez-vous que cette ville durant la seconde guerre mondiale était divisée en deux par la ligne de démarcation, mon arrière grand-mère me disait, tu vois en face de la rue, c’était la maison du notable à l’époque qui a été transformé en bureau pour les SS, ils venaient chez moi boire le café et me volé mes tasses de limoge, mais mon arrière grand-mère souriait, car les SS ne savaient pas que les caves le long de la rue s’ouvraient le soir pour passer les résistants et ainsi passer la ligne, elle rigolait tout le temps quand elle me racontait cela, elle me disait, ils sont bêtes ses SS, ils me vole mon café et mes tasses, mais il aurait suffit qu’ils ouvrent la trappe au bas de l’escalier pour aller au sous-sol pour voir le manège constant des résistants, même pas idée de ça, d’ou me rappeler de sa recette, car gourmand j’étais et elle le savait.

    Dans le Berry, cette crêpe est faite avec de la pomme de terre, à l’époque, la farine était très chers, alors que la pomme de terre était plus abordable, même si à l’époque le dorifore sévissait sur les cultures, donc avant que le Berry soit une terre de culture du blé, c’était celle de la pomme de terre en priorité.

    Avant de vous remettre cette recette, je vais vous parler un peu de cette ville, de son histoire et si vous y passez un jour, sachez qu’elle est agréable, en dehors qu’il faut monter beaucoup de marches pour rejoindre le haut de la tour, qui est visitable encore de nos jours, la ville à évoluer, c’est normal, mais elle a toujours son âme, ce qui en fait son charme, alors voici cette ville puis sa recette.

    j’en conviens, en été faire des crêpes, n’est pas de saison, mais essayez, de plus, elle peut également être comme dessert chaude avec un léger sucré ou comme pain au court du repas, il faut se rappeler qu’a l’époque, la simplicité et le peu de nourriture faisait d’une recette deux choses, de nos jours, nous avons tous ce que nous voulons et des divers régions, sans nous préoccuper de la base des recettes de chaque région, mais il faut comprendre le pourquoi d’une recette et pourquoi dans telle ou telle région à une époque, elle a été ainsi élaborée, c’est toujours en relation de son histoire, des guerres, de la paix et des ingrédients si trouvant et chaque région à sa perle, je pense que pour le Berry, sa crêpe est une perle en elle-même, la vraie et la seule, pas reprise par des boulangers, même si cette nouvelle génération en triangle est très bonne, mais ce n’est qu’une courtoisie d’un moment, pas des générations de personnes qui n’avaient que cela à manger.

    Le Berry est rude, terre de rouille et le tétanos n’est pas loin si vous ne vous soigner pas correctement, par contre, terre très accueillante avec plaines depuis pour le blé, terre de cuir souple travailler avec passion pour que nos vêtements et chaussures le soit le plus souple possible, terre hostile pour certains, mais gens chaleureux, simplicité et cœur, c’est ce que représente le Berry.

    Voici l’histoire de cette ville, tiraillé durant un temps de la seconde guerre, mais tellement belle, comme Blanche.

    Infos sur cette ville

    ISSOUDUN

    Le Blason

    Le blason « Les
    (En héraldique, le pairle désigne la forme du « Y ») armes sont d’azur au pairle alezé d’or, accompagnées de trois fleurs de lys, une au chef et deux aux flancs »

    Les origines
    Le peuplement de la ville que l’on nomma Exoldunum, Isis Xoldun ou encore Ypsoldun, est ancien. On a retrouvé des traces de présences humaines remontant à plus de 2000 ans avant JC.
    La signification de ce nom de la ville reste mystérieux, même si l’on sait que le suffixe  » dun  » désigne un lieu élevé, probablement le monticule sur lequel la Tour Blanche fut construite quelques siècles plus tard.
    L’emplacement était bien choisi, à la croisée des voies romaines, face aux plaines et au lit de la Théols. Le musée de l’Hospice Saint Roch conserve des vestiges architecturaux qui témoignent de ces temps reculés.
    Le Moyen-Age
    Au Moyen-Age, Issoudun est la deuxième ville du Berry. Un chroniqueur de l’époque vante le Nobile castrum Uexselloduni : le noble château d’Issoudun. Il s’agit en fait d’une place forte. Le château d’Issoudun devait ressembler à ce qu’on appelle  » la Cité  » à Carcassonne. Une partie de ces remparts est encore visible actuellement, et le tracé de la cité fortifiée est aisément reconnaissable.
    À la fin du XIIe siècle, Issoudun, située à la frontière des royaumes de France et d’Angleterre (qui possède l’Aquitaine), est le théâtre de plusieurs assauts. Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion se battent pour la possession de la cité, dont les remparts sont renforcés. Les travaux de construction de la grande tour sont lancés en 1195. Ils s’achèveront en 1202. La ville est alors propriété du Royaume de France, depuis le mariage du futur Louis VIII avec Blanche de Castille. Ce donjon aux lignes d’une élégance rare est ouvert à la visite depuis l’année 2000.
    Pendant la Guerre de Cent Ans, en 1356, le Prince Noir fit une razzia sur Issoudun. La Tour Blanche défendit  » le château « , mais la ville et les faubourgs n’échappèrent ni au pillage ni aux flammes.
    Ville Royale
    Après ces épisodes agités, la ville a profité de ses privilèges royaux et connaîtra une longue période de prospérité grâce à ses productions agricoles et son savoir-faire en maroquinerie. Les guerres de religions terniront néanmoins cette richesse, avant que le grand incendie de 1651 ne ravage la cité. Sur la terrasse de la Tour Blanche, une maquette permet de découvrir Issoudun avant cet événement tragique.
    Après la révolution
    À la Révolution française, Châteauroux fut choisie comme préfecture de l’Indre contre Issoudun qui comptait pourtant plus du double d’habitants, mais ses vignerons turbulents effrayeront le pouvoir parisien. La ville de garnison allait couler des jours tranquilles : c’est cette ville que décrira Balzac dans  » La Rabouilleuse « .
    La seconde guerre mondiale
    Lors de la Deuxième Guerre mondiale, Issoudun se trouva à nouveau dans une position frontalière, entre la France occupée et la France dite  » libre  » et protégea de nombreuses personnes recherchées. Le bombardement du 8 juin 1940, attribué selon les sources aux Italiens ou aux Allemands détruisit plusieurs maisons du centre-ville.
    De hauts faits de résistance ont eu lieu : parfois tragiques, comme la fusillade sur la place des Marchés rebaptisée depuis place du 10 juin 1944, mais aussi victorieux, comme la reddition de la colonne Elster, une division allemande de 20.000 hommes, le 10 septembre 1944.
    Issoudun qui  » sous le joug de l’envahisseur, ne s’est jamais laissé influencer, ni par les promesses, ni par les meneurs  » est une des rares villes de France à être décorée de la Médaille de Guerre.

    Voila la générosité d’une ville et pour sa recette qui s’en suis, il fallait bien lui rendre hommage, car une crêpe n’est qu’une crêpe, mais fait avec amour et passion, cela devient de l’art, bien plus dans l’amour de ce dire que le petit fils va tellement apprécier, qu’il en fera rouler ses yeux pleins d’admiration avec sa langue qui en tombe d’avance sur ses genoux
    Oui je sais, je vous fait languir d’avance, mais cela est-il fait exprès, lol, bon, voici la recette
    LE RAPI, c’est son nom, normal, râpé les pommes de terre non cuite, d’ou l’origine de cette recette, il faut les râper manuellement et non avec les robots actuels, ce n’est pas le même gout sinon, donc huile de coude et les yeux avec pleins de soleil pour les cœurs très, très gourmands.

    – 100 g de farine
    – 4 grosses pommes de terre, environ 250 g total
    – 1 pincée de sel
    – 3 œufs
    – 60 cl de lait environ
    – 2 cuillères à soupe d’eau de fleur d’oranger pour en faire un dessert, 1 cuillère pour en faire le pain du repas

    – battre les œufs en omelette, ne pas mettre les coquilles, ça ferait désordre
    – mélanger la farine avec le sel puis faire un puit au centre. y ajouter les œufs et mélanger à l’aide d’un fouet, laisser reposer
    – durant ce temps, éplucher les pommes de terre et les râper, ne pas les faire cuire, sinon, c’est une purée que vous ferez et plus des rapis et les mélanger avec le reste
    – ajouter le lait petit à petit en mélangeant constamment pour éviter la formation de grumeaux, fouetter énergiquement, oui je sais, les pommes de terre font des grumeaux à eux tous seul, donc faire la pate sans grumeau avant d’incorporer les pommes de terre et les mélanger au reste doucement, fallait y penser, non ?
    – laisser reposer environ 30 minutes dans un saladier avec sur le dessus un torchon de cuisine propre je précise, le sel ainsi ajouté va faire gonfler la pate et lui donner sa souplesse
    – faire chauffer une poêle
    – tremper une demi pomme de terre dans l’huile et huiler la surface de la poêle avec, si vous ne voulez pas vous bruler et huiler plus vos mains que la poêle, piquer avec une fourchette la demi pomme de terre, c’est mieux pour la gourmandise finale, que de ce retrouver à l’hôpital pour brulure grave, lol
    – verser un peu de pâte à rapi dans le fond de la poêle à l’aide d’une petite louche, pour en faire le pain du repas, mettre plus de pate dans la poêle, logique non, tourner la poêle afin de bien répartir la pâte en un disque homogène
    – laisser cuire le rapi sur une face
    – décoller les bords du rapi puis le retourner.
    – le laisser cuire sur cette face puis débarrasser sur une assiette, ça c’est pour les yeux, le ventre, c’est après, lol

    A vous après coup d’être gourmand, pour être un dessert plus, vous pouvez rajouter un peu de poudre d’amande à la pate, mais sans, c’est aussi bon avec un peu de sucre glace dessus, c’est divin, plein les moustaches et plein le cœur à sa finalité, dommage qu’il y en a pas un peu plus, lol !

    • anne a écrit le 19 juillet 2014

      et bé c’était long

  • anne a écrit le 19 juillet 2014

    bonjour, juste une astuce que je tiens de ma maman et d’une copine qui est une puriste de la piperade (et qui ne sont pas basques) c’est vrai que le piment landais est rare mais une fois qu’on y a gouté, le poivron paraît pauvre… bref tout démarrer en cuisson séparément et tout mélanger 5 min avant la fin de la cuisson ….

  • eguiabehere a écrit le 19 juillet 2014

    en fait c est plus une ratatouille! pour la piperade surtout pas de poivron rouge pour le piment d anglet, si tu n en as pas il existe des piments vert d Espagne qui ne sont pas des poivrons et qui se rapprochent un peu plus de ceux d anglet tu verras au niveau saveur cela n’a rien a voir gros bisous

  • BBSOHO a écrit le 19 juillet 2014

    Pourquoi s’attirer les foudres de celles ou ceux qui prétendent avoir la bonne recette?…
    Il n’y a pas une recette, mais des recettes, et la vôtre fait partie des vraies recettes pourquoi pas!!
    Vous savez bien que les recettes peuvent se décliner à l’infini, alors que les redresseurs de torts passent leur chemin, comme de nombreuses lectrices et lecteurs ici, je vous encourage à continuer dans votre créativité!! Ce blog est une merveille.
    sourire

    Bon appétit Anne…

  • Helson a écrit le 15 juillet 2015

    Pourquoi appeler ce plat piperade puisque ce n ‘en est pas une ? D’autre part le piment employé pour la pipérade n’a rien d e basque , c’est un piment doux des Landes
    Et enfin savez vous que piperade vient de piper (qui en gascon veut dire piment
    Je ne doute pas que votre plat est bon, mais ce n’est pas une pipérade
    Merci pour votre blog que je lis toujours avec plaisir

  • Christian a écrit le 15 avril 2016

    Trop drôles certains commentaires « excommuniants »!!!
    Je vous recommande de ré-écouter « la ballade des gens qui sont nés quelque part », de Brassens, ou son intéressante reprise par Tarmac.
    Pour ma part, métis, ayant pas mal voyagé, curieux de toutes les cultures, toutes les cuisines, il y a longtemps que j’ai constaté, dans la région d’origine, qu’il y a autant de « vraies » recettes qu’il y a de cuisinier(e)s, surtout bien du pays, et heureusement, car c’est vivant et créatif, la cuisine! Vrai pour le couscous, la paella, le curry, la bolognaise, le taboulé, etc…

    Juste une remarque, n’as tu pas oublié de mentionner l’ail? (présent sur la photo).
    Je confirme le truc des piments doux verts (Afrique du nord), plus faciles à trouver.
    Dans tout les cas, merci pour ta recette.

  • Manon a écrit le 18 mai 2016

    J’ai l’impression d’être la seule à me poser la question mais… quand met-on les piments… ? J’ai eu beau lire et relire la recette, impossible de trouver…

    • Anne a écrit le 19 mai 2016

      En même temps que les poivrons. Je viens de rectifier. Bonne journée

  • Florence a écrit le 30 juillet 2016

    Je n’ai jamais de ma vie goûté une piperade (je suis de la Picardie…..), mais à lire cette recette et ses commentaires, cela me donne vraiment envie de tester.
    Merci, c’est un plaisir de vous lire.

Sur Facebook
Sur Google Plus
  • houria amamra a écrit le 18 juillet 2014

    Piperade en français
    Félfla en algérien mangée chaude seulement c très bon

  • Papilles et Pupilles a écrit le 18 juillet 2014

    merci pour le nom de la variante algérienne 🙂

P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J'ai cuisiné la recette et je souhaite donner un avis
Je souhaite juste laisser un commentaire

Anne Lataillade
auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS

Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas
Petit déjeuner
Brunch
Apéro
Entrées
Viandes
Poissons
Légumes
Féculents
Plats Complets
Sauces
Desserts
À l'heure du thé
Pique-nique
Par type de plats
Salades composées
Soupes
Tartes
Tartes salées
Plats mijotés
Plats sucrés salés
Cakes
Recettes légères
Gratins
Crumbles
Clafoutis
Avec des restes
Par événements
Buffets
Chandeleur
Epate Belle Mère
Saint Valentin
Pâques
Halloween
Recettes de fêtes
Desserts de fêtes
Cadeaux gourmands
Par régime alimentaire
Sans gluten
Sans lait
Sans oeufs
Végétarien
Les archives d'Anne
Dis, tu te souviens ?

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS
Me suivre aussi sur :

 Allez, on reste en contact  ?
Google +
127 900
followers
Pinterest
414 800
followers
Instagram
25 900
followers
La ronde des fromage
A la campagne pour un déjeuner à la découverte des truites des fjords norvégiens @Norge_fr
Grand beau temps aujourd'hui à Bordeaux -  à tous et bon début de week-end ☉
L'incroyable bûche de Noël d' @arthur_fevre #placedelabourse #bordeaux - Hôtel intercontinental Bordeaux
Sur le vif...
Fermer