P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

Produits phares de la gastronomie corse

France Photothèque Spécialités Régionales Produits et Ingrédients Voyages

1 – Le Brocciu : prononcez « broutch » !

Brocciu ©Foodpictures shutterstock

Brocciu ©Foodpictures shutterstock

Le brocciu est fabriqué exclusivement avec du lactosérum frais de brebis et/ou de chèvre, additionné de lait entier de brebis et/ou de chèvre mis en oeuvre à l’état cru.

Le secret de sa fabrication aurait été révélé aux bergers corses il y a plusieurs millénaires par Salomon. Il entre dans la composition de nombreuses spécialités culinaires (soupes, pâtes, légumes farcis) et pâtissières (beignets, gâteaux) de l’île, mais se consomme aussi en l’état, frais ou affiné. On trouve le vrai brocciu frais de décembre à juillet. Le reste de l’année, il se déguste sec. Il bénéficie d’une AOC.

D’autres fromages sont fabriqués sur l’île : brebis ou chèvre, doux ou forts, je passe très vite, je n’aime pas le fromage et il m’est arrivé en Corse, de sortir de table tellement l’odeur, humphhhhhhhhhhhh , bref, ….

2 – La châtaigne :

Châtaignes ©FELIX CHAVES TATO shutterstock

Châtaignes ©FELIX CHAVES TATO shutterstock

Elle est sans doute le produit alimentaire qui a le plus marqué l’identité corse. On sait que les Génois ont imposé et développé la culture de la châtaigne en Corse. Le fruit était utilisé sous toutes les formes, pour faire de la farine, de la bouillie, des beignets, et surtout du pain, ce qui permettait d’éviter la famine. La châtaigne se mange aussi en purée, en confiture, elle se transforme en liqueur et sert à nourrir les bêtes. Quant à l’arbre, il fait un bois résistant, d’excellente qualité.
Pour tout savoir sur la châtaigne corse, c’est ici

3 – La charcuterie corse :

Elle est réputée comme l’une des meilleures du monde. Son originalité et son goût s’expliquent d’avantage par la qualité de la matière première que par les techniques d’élaboration. Les cochons coureurs sont élevés en semi liberté. L’été, ils sont souvent conduits dans la montagne, pour éviter les fortes chaleurs. En automne, ils se nourrissent de glands et de châtaignes. La qualité de la charcuterie corse est aussi une affaire de séchage, et donc de temps. En la matière, la production de Bastelica est l’une des plus réputées. Toute la charcuterie vendue sur l’île n’est cependant pas issue de la viande de cochons coureurs : afin de faire face à l’afflux estival, une certaine quantité de charcuterie est en effet élaborée à partir de viande importée.

  • Le lonzu et la coppa :
    Lonzu ©Matthias Gutjahr licence CC BY 2.0

    Lonzu ©Matthias Gutjahr licence CC BY 2.0

    Le lonzu (pluriel lonzi) se fabrique à partir des filets de porc, la coppa (pluriel coppe – prononcez coppè) à partir du faux-filet. Mais les deux fabrications sont identiques. Il y a quatre lonzi par porc.

    Une fois les morceaux découpés (chaque morceau a une partie grasse et une partie maigre, soudées ensemble), on les sale (35 g de sel par kilo), et on les place dans un récipient où on les laisse au frais, quatre à cinq jours, en les retournant de temps à autre. La chair crache un peu de liquide.

    Ce laps de temps écoulé, on jette ce jus, on lave bien les morceaux de viande avec du vin, on les sèche et on les poivre bien. Ces préparations terminées, chaque lonzu est glissé dans un gros boyau de porc, que l’on ficelle soigneusement, comme une momie, pour que la viande se tasse bien.

    On le fume ensuite modérément quelques jours. (Autrefois, on se contentait de l’accrocher dans la cuisine, près de la cheminée – u fucone -, où brûlait en permanence un feu de bois.) Enfin, direction la cave, où les lonzi achèveront de « se faire ». Au mois de mai suivant, le lonzu sera consommable mais on pourra avantageusement le laisser vieillir encore.

Coppa Corse ©Flavio Massari shutterstock

Coppa Corse ©Flavio Massari shutterstock

  • Le figatelli : saucisse viande de porc, foie de porc et épices.
Figatelli © Michael Daines licence CC BY-NC-SA 2.0

Figatelli © Michael Daines licence CC BY-NC-SA 2.0

Et aussi, le prisuttu (jambon), le salamu et le salsiccia (saucissons secs), la salsicietta (saucisse à cuire), la panzetta (poitrine de porc),…

Pour des infos complémentaires, c’est ici

4 – L’huile d’olive :

Huile d'olive Saint Lucie

Huile d’olive Saint Lucie

Beaucoup d’oliviers en Corse bien sur. J’ai ramené mon huile d’olive de chez Jacques Leandri à Saint Lucie de Tallano (dans l’alta-roccca). La boutique de M. Léandri respire l’artisanat et le temps jadis : de grosses bonbonnes à huile, des bouteilles que Mr Léandri remplit et étiquette, en prenant soin de noter le numéro de la bouteille et la date de péremption …. Ses huiles (qu’il vous fait goûter) aussi bien d’olive (plusieurs saveurs différentes), mais aussi de noix, d’amande, de noisette ou d’argan sont excellentes.

Jacques Léandri – Moulin à huile d’Olmiccia – 20 112 Sainte Lucie de Tallano – Tél : 0495 788194.

Le prix d’1l d’huile d’olive sur place : 14.50 €. Il propose aussi des tarifs « expédition ».

5 – Les douceurs : Les miels, les confitures, les pâtisseries

Miel et confitures corses

Miel et confitures corses

  • Les miels : Il en existe beaucoup de variétés différentes : miel de printemps, miel de maquis d’été, de printemps et d’automne, miel de châtaigner,…. Ils sont excellents.
  • Les confitures : Excellentes et avec des parfums «exotiques» : cédrat, clémentine confite, myrte, beaucoup aussi à base de figues. D’ailleurs j’ai complètement craqué pour la confiture figues/noix de Conficorse à base de figues fraîches et figues séchées, distribuée par ‘Sampiero’ – Ets Pittilloni à Bastelica (Tél : 04 95 27 89 89)
    Confiture figues noix

    Confiture figues noix

  • Les pâtisseries :Beaucoup de recettes anciennes mais toujours actuelles. Parmi les plus courantes, les «falcuelles», sortes de galettes plates préparées à base de brocciu, sucre et œufs ou de farine de châtaigne et de noix ; la «torta castagnina», gâteau à la farine de châtaigne et de noix ; les «campanili», brioches aux œufs auxquelles peut s’ajouter du brociu ; les «migliacci», semblables aux «falcuelles» ; le «fiadone», dessert proche du gâteau et du flan, les «canistrellis», biscuits sablés allongés : il en existe dans de nombreuses variétés : châtaignes, orange, citron, amandes, vin blanc, noisettes, nature, aux pépites de chocolat, à l’anis (un délice).J’ai acheté les miens à la boulangerie pâtisserie Galéani, 3 rue Fesch à Ajaccio.Pour vous faire saliver :

    Canistrelli

    Canistrelli

Trop bon non ?

Allez on en discute ?
Les commentaires
  • Anonyme a écrit le 4 août 2005

    Comme chaque été, mes beaux-parents ont ramené des tonnes de charcuterie Corse distribuées à la famille restée sur le continent. Ils ramènent aussi du rôti de sanglier. Il a été roulé dans un mélange d’épices et d’herbe. Il est prêt à cuire. Viande divine, fondante et si odorante. Je ne connais aucune des pâtisseries. Elles ont l’air délicieuses. A Santa Manza, le livreur de pain n’a que du Pain des Maures dans sa fourgonnette. Une brioche plate et assez compacte à la fleur d’oranger et à consommer assez rapidement. Encore une fois, j’applaudis et je lis avec beaucoup d’attention tes superbes reportages.

  • Anne a écrit le 4 août 2005

    Merci beaucoup.Je n’ai pas goûté de ‘pain des Maures’. Pour ce qui est du gibier, c’est vrai que je l’ai complètement oublié, honte à moi ! J’ai bien goûté un petit peu du ragoût de sanglier qu’avait pris mon cher et tendre. Bien bon ! mais pas ma nourriture favorite en plein été. 😉 Il faudrait que j’y retourne l’hiver.

  • Elvira a écrit le 4 août 2005

    Que du bonheur!

  • brigitte a écrit le 4 août 2005

    aaaah!!! le bruccio, surtout celui de joséphine dont on faisait un fiadone à tomber raide.Nous avons habité aiaccui 6 ans….très bon ton blog, je note en favoris.

  • Anne a écrit le 4 août 2005

    merci Brigitte

  • Emilie a écrit le 5 août 2005

    Quel délice de lire ce billet. Le repas est depuis longtemps terminé et de voir toutes ces photos, ça m’a donné faim !!

  • Manue a écrit le 6 août 2005

    Tres appetissant tout ca! Merci pour ces informations!

  • Anne a écrit le 6 août 2005

    merci à toi Manue, à très bientôt 🙂

  • Anonyme a écrit le 20 mai 2006

    A Bonofacio j’ai acheté du pain des Morts, la boulangère m’a dit que c’était un pain qui était fait pour la Toussaint, alors pourquoi écrivez-vous le pain des Maures (le guide du routard aussi). Si quelqu’un sait merci de me répondre.

  • Anne a écrit le 21 mai 2006

    Vu que c’est qq’un qui a laissé un commentaire de façon anonyme, je ne sais pas. Je ne connais pas du tout en ce qui me concerne

  • Dominique a écrit le 2 septembre 2006

    C’est le pain des morts (À Bonifacio, on l’appelle ugasiccata, ce qui signifie ‘raisin sec’) traditionnellement fait le 2 novembre, le jour des morts (et non des Maures).

  • Anonyme a écrit le 6 mars 2009

    ahhhh l’huile de Jacques Léandri…. c’est la meilleur de toute la corse!!

  • Anne a écrit le 6 mars 2009

    C’est sûre qu’elle était délicieuse. C’est bien dommage que je l’ai finie 😉

  • Je me balade ... | Papilles et Pupilles a écrit le 14 août 2010

    […] Produits phare de la gastronomie Corse […]

  • […] de figues est en réalité une confiture figues fraiches/figues séchées/noix ramenée de mes vacances en Corse. Elle est absolument […]

  • […] Pourquoi cette variante figues/châtaignes ? En rangeant mes placards, j’ai retrouvé un sachet de farine de châtaignes que j’avais ramené de mes vacances en Corse. Et si on pense corse, on pense châtaignes et […]

  • […] La farine de châtaignes : La châtaigne est un fruit idéal pour les sportifs à cause de sa richesse en potassium, en minéraux et grâce à sa forte teneur en calories. Elle est également riche en vitamine C, en fibres et en amidon comme la pomme de terre, légume qu’elle remplaçait au 18ème siècle. La farine de châtaignes est une des nombreuses spécialités Corses. […]

P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Photo - Anne Lataillade
Anne Lataillade
auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS

Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas
Petit déjeuner
Brunch
Apéro
Entrées
Viandes
Poissons
Légumes
Féculents
Plats Complets
Sauces
Desserts
À l'heure du thé
Pique-nique
Par type de plats
Salades composées
Soupes
Tartes
Tartes salées
Plats mijotés
Plats sucrés salés
Cakes
Recettes légères
Gratins
Crumbles
Clafoutis
Avec des restes
Par événements
Buffets
Chandeleur
Epate Belle Mère
Saint Valentin
Saint Patrick
Pâques
Halloween
Recettes de fêtes
Desserts de fêtes
Cadeaux gourmands
Par régime alimentaire
Sans gluten
Sans lait
Sans oeufs
Végétarien
S'inscrire à la
newsletter
Les archives d'Anne
Dis, tu te souviens ?

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS
Me suivre aussi sur :

 Allez, on reste en contact  ?
Google +
128 600
followers
Pinterest
415 200
followers
Instagram
32 100
followers
Merci à tous pour vos likes, messages, petits mots. I ❤ you. 
#2017bestnine
Variations Confetto
Journée d'exception chez GH Mumm à Reims
On avait tous quelque chose en nous de #Johnny RIP
Sur le vif...
Fermer