P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

SOS Conserves

Alimentation et nutrition Bocaux et Conserves

Bocaux - Le Parfait

Bocaux – Le Parfait

Les conserves, je vous en ai déjà parlé notamment ici (clic). À la fois pratique et antigaspi, ce mode de conservation naturel préserve les saveurs et permet de profiter toute l’année de fruits et légumes frais récoltés en plein cœur de saison, lorsqu’ils sont au meilleur de leur goût et de leur prix, à savoir maintenant pour beaucoup d’entre eux !

Voici des conseils pour les réussir :

Il vous faut d’abord du bon matériel

  • Des bocaux ! Leur contenance varie de 12,5 cl à 3 litres. Plusieurs systèmes de fermeture existent : rondelles en caoutchouc, capsules à visser ou à couvercle. Mes  marques chouchous, Le Parfait et Weck
  • Une marmite, un auto-cuiseur ou une cocotte-minute pour la stérilisation et, pour les afficionados (pour les grandes quantités de bocaux), un stérilisateur (électrique ou “tous feux”).
  • Des étiquettes

5 étapes pour bien réussir ses conserves en bocaux

=> Choisir le type de conservation adapté. Les conserves au naturel consistent à verser de l’eau bouillante salée sur les légumes placés dans le bocal, ou de l’eau bouillante sucrée sur des fruits.

Pour les conserves au sucre, les fruits sont mélangés à du sirop de sucre, obtenu en mélangeant 500 g de sucre pour 1 litre d’eau.  Les conserves à l’huile permettent de conserver des légumes préalablement cuits.  On réalise les conserves au vinaigre en faisant dégorger les légumes avec du gros sel avant de les recouvrir de vinaigre.

Le premier bocal auquel on pense, c’est la confiture qui permet de se régaler de fruits rouges, d’abricots, de pêches… même quand la saison est finie.

=> Privilégier les fruits et légumes frais de saison. Leur fraîcheur, leur fermeté et leur aspect impeccable sont primordiaux pour garantir une qualité gustative optimale. Les conserves sont un atout pour profiter toute l’année de fruits et légumes au top de leur rapport qualité/prix. C’est aussi un moyen de moins gaspiller lorsque par exemple on a acheté un peu plus que prévu ou que la récolte du jardin a été abondante.

=> Blanchir les légumes. L’objectif est de neutraliser les enzymes qu’ils contiennent naturellement. Pour cela, on les plonge dans de l’eau bouillante salée entre 2 et 5 minutes, on les retire pour les placer aussitôt dans un récipient d’eau et de glaçons. Cette technique de cuisson, “à l’anglaise”, permet de conserver les belles couleurs des légumes et leur croquant. Cependant, grâce à leur acidité naturelle ou à l’adjonction de jus de citron frais, les fruits, par exemple préparés en confitures, peuvent se passer de cette étape.

Pour les plats cuisinés (ratatouille, sauce tomate ou soupe de légumes), il n’est pas utile de blanchir préalablement les légumes.

Conserves de cornichons (c) Photo Mix CC0 pixabay Public Domain

Conserves de cornichons (c) Photo Mix CC0 pixabay Public Domain

=> Stériliser. Cette étape, destinée à détruire les bactéries et les enzymes qui pourraient altérer la conservation (et donc compromettre la consommation), est indispensable. Avant tout, stérilisez les bocaux vides, les rondelles de caoutchouc et les couvercles à l’aide d’une marmite, d’une cocotte-minute (dans ce cas, placez un torchon au fond pour éviter le contact entre le verre et le métal, ainsi que les chocs lors de l’ébullition) ou d’un autocuiseur. Pour ce faire portez l’eau à ébullition et laissez bouillir pendant 10 minutes. Laissez sécher à l’air libre.

Ensuite, après avoir rempli les bocaux de vos préparations jusqu’à 1 cm du bord, fermez-les soigneusement et procédez à une nouvelle stérilisation. Remplissez la marmite ou l’autocuiseur d’eau jusqu’à couvrir les bocaux (l’eau doit idéalement les dépasser de 2 cm). Ces derniers ne doivent pas s’entrechoquer (d’où l’utilisation d’un linge pour amortir les chocs lors de l’ébullition). Portez ensuite à ébullition et laissez bouillir le temps nécessaire. Celui-ci varie selon les aliments et la taille du bocal. Comptez par exemple 1h30 à 100°C pour 1 bocal de haricots verts.

Pour les confitures et les chutneys (bocaux à vis), la stérilisation peut s’effectuer plus simplement, en retournant le bocal bien vissé après avoir versé à l’intérieur la préparation chaude. On laisse refroidir et on retourne le tout. À l’ouverture, un petit “clac” (ou “pop”) sera le gage d’une stérilisation réussie.

=> Étiqueter les bocaux. Date de confection, nature du produit… Vous pouvez même indiquer “à consommer avant le” pour dissiper tout doute. Stockez à température ambiante dans un lieu sec, à l’abri de la lumière.

Se régaler et gagner du temps au quotidien. Une fois vos bocaux bien alignés dans la réserve (ratatouille, soupe ou sauce tomate, courgettes, pêches au sirop, confitures, etc.), il ne vous reste plus, les jours de flemme ou de planning trop serré, qu’à les ouvrir, savourer et apprécier leurs saveurs, et la rapidité de préparation du repas.

 

Informations pratiques :

Combien de temps peut-on garder les conserves ? En général, les conserves au naturel, au vinaigre ou au sucre se gardent 10 à 12 mois ; les conserves à l’huile 2 mois au réfrigérateur sans stérilisation et 12 mois stérilisées.

Conserves de poires (c) Jarmoluk CC0 Pixabay Public Domain

Conserves de poires (c) Jarmoluk CC0 Pixabay Public Domain

Mille et une idée pour conserver…

  • Au naturel. Haricots, carottes, petits pois, fonds d’artichaut, endives, poireaux, betteraves, épinards, choux de Bruxelles, champignons, tomates pelées et épépinées, pommes de terre primeurs…
  • Au vinaigre. Cornichons, câpres, tomates vertes, mini-légumes en mode “pickles” (oignons grelots, carottes…), chutneys…
  • À l’huile. Ail, poivrons et aubergines grillés, tomates séchées…
  • Dans la graisse. Confits, foie gras, terrines… et truffes !
  • Dans l’alcool. Des fruits comme la cerise, le pruneau, la mirabelle, l’abricot, la framboise…

Sans oublier… Soupes, purées, coulis, tapenade, houmous, rillettes de viande ou de poisson, ratatouille, confitures, compotes…

Ensuite ? Égouttés, les légumes au naturel sont délicieux revenus à la poêle avec des herbes aromatiques ou préparés en salade, en cake, en gratin, en quiche

L’info épate belle mère :

La conserve est une invention française. Oui oui !  Fumage, séchage, salaison, conservation dans de l’huile, du sucre, du miel… L’homme a toujours tenté de prolonger la durée de vie des aliments. En 1795, le confiseur Nicolas Appert met au point un procédé révolutionnaire qui portera son nom : l’apertisation.

Le principe ? Placer des aliments dans un récipient étanche puis chauffé pour le stériliser, afin de neutraliser la présence de micro-organismes ou d’enzymes. Fruits, légumes, viandes, poissons… peuvent dès lors être stockés plusieurs mois avant d’être consommés.

Notons qu’Appert n’a volontairement pas déposé de brevet pour son “invention”, souhaitant que le plus grand nombre puisse en bénéficier pour prévenir les épisodes de famine.

En cliquant ici découvrez toutes mes recettes de conserves.

Source : CP www.lesfruitsetlegumesfrais.com

Allez on en discute ?
Les commentaires
  • Delphine a écrit le 4 septembre 2017

    Bonjour Anne,
    Merci pour ces conseils pratiques!

    Pour réaliser des conserves des soupes, on procède de la même manière que pour les légumes?

    Je pense notamment à toutes les courges qui arrivent…
    Je sais qu’elles se conservent facilement jusqu’au printemps, mais je préfère m’assurer de bien les utiliser, au moins pour la moitié de ce que je vais acheter.

    Merci!

    • Anne a écrit le 4 septembre 2017

      oui, on prépare, on stérilise et on conserve 🙂

  • Syl. a écrit le 4 septembre 2017

    Moi, je ne stérilise jamais mes bocaux, mais je les lave au lave vaisselle avant utilisation. Il n’est pas nécessaire de les stériliser avant utilisation, car ils vont être stérilisés pendant 1h30 à 100° à partir de l’ébullition (pour moi).
    Pour mes conserve « haricots verts », je ne blanchi jamais mes haricots (trop de travail). Mais, je sors mes bocaux du stérilisateur tout de suite après la stérilisation ainsi ils restent bien verts. Mais vider l’eau avant pour ne pas se brûler, bien sûr !
    Et je n’utilise que 15 g de sel (1 cuillère à soupe rase) pour 1 litre d’eau bouilli.
    Et voilà, c’est la méthode de ma belle-mère et que je fait depuis des années.

    • Anne a écrit le 4 septembre 2017

      Merci d’avoir partagé ton expérience

  • stéphane duval a écrit le 4 septembre 2017

    Bonsoir Anne,
    peux-on faire des conserves de tomates avec des pot de confitures ? et sans stériliser une deuxième fois ?
    merci d’avance et bravo pour ce blog.

    • Anne a écrit le 4 septembre 2017

      bonjour

      Non, il faut des pots type le parfait

  • ManueB a écrit le 5 septembre 2017

    je fais des bocaux depuis des années, je prépare mes sauces pour l’hiver mais aussi beaucoup de fruits soit au naturel soit au sirop !

    manue 🙂

  • Isabelle de Castelnau a écrit le 5 septembre 2017

    Chaque année, je fais des conserves de tomates avec celles de fin de saison, qui sont bien gorgées de soleil et qui ne coûtent pas cher et qui viennent du marché. Il suffit d’enlever le trognon de les couper grossièrement, et de remplir le bocal en les tassant, une cuillère de gros sel, basilic, origan, romarin en plus selon les goûts. Ne pas ajouter d’eau. Rien. Nada. 30 mn de stérilisation, les tomates vont « rendre » leur jus, et « fondre », finalement le bocal sera à moitié plein, c’est normal.
    S’utilise toute l’année pour faire des tartes, accompagner un roti, ou juste les poser sur des pâtes,… la peau s’enlève toute seule et c’est très agréable de n’avoir que la pulpe.
    Mais surtout, avoir de bonnes tomates qui ont du GOÛT en plein hiver, ça change tout.

    • Anne a écrit le 5 septembre 2017

      Top, merci ISabelle 🙂 Tu utilises un stérilisateur ?

      • Isabelle de Castelnau a écrit le 5 septembre 2017

        Oui, j’utilise une grande cuve en métal avec le thermomètre au milieu. C’est en vente dans les jardineries.

        • Anne a écrit le 6 septembre 2017

          Je vois. Mon père a cela chez lui 🙂

          • Isabelle de Castelnau a écrit le 6 septembre 2017

            oui, c’est vintage ! 😉

          • Anne a écrit le 6 septembre 2017

            héhé

  • nonette a écrit le 6 septembre 2017

    merci Anne pour cet article , de saison !! je suis en pleine récolte… de légumes… et à la chasse aux pots . belle journée

Sur Facebook
P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anne Lataillade
auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS

S'inscrire à la
newsletter
Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas
Petit déjeuner
Brunch
Apéro
Entrées
Viandes
Poissons
Légumes
Féculents
Plats Complets
Sauces
Desserts
À l'heure du thé
Pique-nique
Par type de plats
Salades composées
Soupes
Tartes
Tartes salées
Plats mijotés
Plats sucrés salés
Cakes
Recettes légères
Gratins
Crumbles
Clafoutis
Avec des restes
Par événements
Buffets
Chandeleur
Epate Belle Mère
Saint Valentin
Saint Patrick
Pâques
Halloween
Recettes de fêtes
Desserts de fêtes
Cadeaux gourmands
Par régime alimentaire
Sans gluten
Sans lait
Sans oeufs
Végétarien
Les archives d'Anne
Dis, tu te souviens ?

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS
Me suivre aussi sur :

 Allez, on reste en contact  ?
Google +
128 600
followers
Pinterest
415 200
followers
Instagram
30 400
followers
The Falls - Greenville
Le maïs l'un des ingrédients phares de la cuisine du sud est des USA - on en fait du pain, des gâteaux, une sorte de polenta qu'on appelle Grits et bien d'autres choses.
Nouvelle étape pour Papilles et Pupilles
Port de Larros, Gujan Mestras
Sur le vif...
Fermer