Logo - Papilles et Pupilles

Chargement en cours...
Veuillez patienter...
P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

Hélène Darroze, Paris

Bonnes adresses Restaurants

Chez Hélène Darroze

Hélène Darroze fait partie d’une famille où l’on apprécie les bonnes choses. Il y a l’arrière grand-père, le grand père, le père, l’oncle, et puis il y a Hélène, 2 macarons Michelin à Paris, 1 à Londres. On ne rigole pas avec la nourriture chez les Darroze. Il y a quelques jours, avec Audrey, Damien, Dorian, Joëlle, Mercotte, Mélodie et Oanèse, nous avons été invités à découvrir la nouvelle formule d’Hélène :

Depuis le 1er octobre, dans sa Salle à Manger, exit la carte. Il est proposé à la place un menu Découvertes qui varie en fonction du marché et des saisons. Il comprend 4 entrées, 2 plats (1 poisson et 1 viande) et 2 desserts et peut être accompagné d’une formule vins. So, let’s go !

=> Les entrées :

  • Porc Noir de Bigorre

Porc Noir de Bigorre Porc Noir de Bigorre

  • Carpaccio de bar de ligne de Saint Jean de Luz assaisonné d’un râpé de citron et d’huile d’olive, des bâtonnets croquants de céleri et fenouil, fleur de bourrache (la bleue), fleur d’aneth, vinaigrette au caviar d’Aquitaine, perlée de jus de crustacés, pousses d’oseille et moutarde ciselée.

Carpaccio de bar d Carpaccio de bar d

Il est servi avec une Royale de topinambours, émulsion de châtaignes, chips de châtaignes.

Royale de Topinambours Royale de Topinambours

  • Aileron de poularde jaune des Landes désossé et farci d’une préparation à base de marjolaine, accompagné de légumes de Joël Thiébault : potiron, mini poireaux, oignon rouge, navet boule d’or et pomme de terre Franceline. La sauce est un consommé de poularde monté au foie gras. [sauce albufera]

aileron de poularde jaune des Landes

  • Ormeaux sauvages façon meunière (ail et persil), étuvée de poireaux de Joël Thiébaut, croquant de pommes de terre Agria, le tout arrosé d’un velouté de poireaux et persil frit.

Ormeaux façon Hélène Darroze Ormeaux façon Hélène Darroze

=> Les Plats :

  • Noix de Saint Jacques en croûte de noisettes et romarin, gnocchis poêlés avec un peu de Parmesan, purée de cresson, émulsion à l’huile de noisettes, graines germées de cresson. A tomber !

Noix de Saint Jacques façon Hélène Darroze

Quasi de veau de lait d

=> Les Fromages :

Est venu le temps des fromages : tomme de brebis de la vallée d’Ossau (différents affinages), fromage de Cabrales, trappe d’Echourgnac, tomme de chèvre au Jurançon, Mucillon, etc.

Fromage Hélène Darroze Fromage Hélène Darroze

=> Les desserts :

  • Pana cotta à la cannelle, gelée de Granny Smith, sorbet au coing et dés croquants de 4/4

Pana cotta à la cannelle d

  • Biscuit au chocolat Madong, crème au citron, jus à la noisette du Piémont

Biscuit au chocolat Hélène Darroze

Le repas se conclue avec un café, servi avec des macarons marrons cassis, vraiment succulents :

Macarons marrons cassis Hélène Darroze Macarons marrons cassis Hélène Darroze

=> Mon avis :

  • Le cadre : Je ne vous ai pas encore parlé du cadre. Le restaurant est situé Rue d’Assas, dans le 6è, à quelques pas de la Grande Epicerie du Bon Marché. En ce qui concerne la salle de restaurant, très cosy, très féminine, j’ai beaucoup aimé. On s’y sent bien. La vaisselle est vraiment belle et nous avons tous beaucoup apprécié Georgette, la cuiller/fourchette.

Salle à Manger - Hélène Darroze

Georgette - Hélène Darroze

J’ai également admiré les petits clins d’œils qui rappelaient le sud ouest comme les contenants pour le sel et le poivre.

Sel et Poivre - Hélène Darroze

  • La cuisine : J’ai trouvé que le sud ouest s’exportait bien à Paris. Hélène Darroze a une cuisine de produits. Ici on trouve le meilleur de ma belle province. Hélène me disait même dans une interview que j’ai réalisée pour Fresh and Fashion à paraitre dans quelques semaines, que certains de ses fournisseurs travaillaient déjà avec son père, voire même avec son grand père.Ici le maître mot c’est le produit, le produit et toujours le produit. C’était délicieux, très orienté terroir, très honnête. On sent l’envie de bien faire et de faire plaisir. Les petits bémols : Je n’ai pas du tout aimé la carte, que je n’ai pas su dans quel sens lire, que j’ai peiné à déchiffrer (peut être la police de caractère ?) et que j’ai trouvé un peu brouillonne.

    Carte - Hélène Darroze

    J’ai aussi pensé, mais c’est tout personnel, que la cuisine manquait un tout petit peu de fantaisie. J’aurais eu envie d’un soupçon de lâcher prise, d’être plus étonnée, qu’il y ait un brin de folie dans l’assiette. Vu les qualités de sa cuisine, je pense que Mme Darroze peut largement se le permettre. Que dire de plus ? Ah oui, j’ai largement préféré le salé au sucré , mais c’est souvent le cas pour moi.

  • Dernier point, le prix : Le menu Découverte est à 145 Euros avec vins (4 entrées, 1 poisson, 1 viande, 2 desserts, 3 verres de vin) / 125 Euros hors vins / servi au déjeuner et au dîner. Je trouve ça relativement cher, mais c’est peut être parce que j’habite en Province ? Toujours est-il que j’ai beaucoup aimé cette formule où l’on ne choisit pas. Chaque arrivée de plat est une surprise et un émerveillement. J’ai beaucoup aimé les vins blancs : Mâcon , la Roche Vineuse 2006, domaine Merlin et Pacherenc, Château Montus, qui accompagnaient les entrées, beaucoup moins le rouge (un Bergerac rouge).

Merci à Mme Darroze pour ce délicieux déjeuner et à Stéphanie pour sa gentillesse et sa disponibilité.

Hélène Darroze Cuisine Darroze

Restaurant Hélène Darroze

  • La Salle à Manger, pour un rendez-vous gastronomique
  • Le Salon, pour déguster quelques tapas ou plus ludiquement le plateau du jour, servi uniquement au déjeuner
  • Le Boudoir, plus confidentiel, pour un cocktail ou un événement privé

4, rue d’Assas, Paris 6e
T: 01 42 22 00 11

Allez on en discute ?
Les commentaires
  • Mercotte a écrit le 31 octobre 2009

    Ah les coquilles St Jacques en croûte de noisettes un régal !!

  • Alhya a écrit le 31 octobre 2009

    la chance… découvrir la cuisine d’Hélène Darroze est l’un de mes plus grands rêves, et depuis l’origine. Une affinité pour cette femme intuitive. En ce qui concerne l’originalité, ça ne m’étonne pas. Avec le renom c’est souvent le cas. En tous les cas merci Anne pour ce très beau reportage!

  • taille-crayon a écrit le 31 octobre 2009

    Coucou…ce resto est superbe…..bravo de le mettre à l honneur…bon week endLORENT

  • Gwen a écrit le 31 octobre 2009

    M’en fous, m’en fous, m’en fous… La prochaine fois, je viens ! Na ! Et non, z’avez pas le choix ;o)

  • titsev a écrit le 31 octobre 2009

    Ca a l’air délicieux!! Et le cadre superbe, j’adore ce genre de déco pas trop chargéeDommage que ce ne soit absolument pas dans mes moyens!!

  • Kitchen Victim a écrit le 31 octobre 2009

    Veinarde …Je suis hyper jalouse !!!!By the way, je vais venir passer quelques jours à Bordeaux en décembre et si jamais tu as quelques minutes de libre je serais ravie de bavarder avec toi autour d’un café !!Si non je suis preneuse de toute les bonnes adresses gourmandes…A bientôtElodie

  • joelle a.k.a auntie a écrit le 31 octobre 2009

    j’en garde un très bon souvenir gourmand! j’avais l’impression de flotter en partant 😉

  • Philo a écrit le 31 octobre 2009

    Et merde mais pourquoi j’ai pas pu accepté l’invitation, j’ai grave les boules …

  • Anne a écrit le 31 octobre 2009

    Excellent!C’est Hélène Darroze qui m’a donné enviavec Roellinger, de faire de la cuisine… et dire que je n’ai jamais mangé chez eux. :-(La poularde a l’aire un très beau plat, bien du sud ouest, bien à la darroze d’ailleurs.Tu m’étonnes que petit bidon a siesté dans le tgv!Bise

  • Bleck a écrit le 31 octobre 2009

    Ah là, si tu m’avais emmené sur le porte-bagages de ta Mobylette, je t’aurais fredonné une jolie chanson !Il me revient comme un vieux souvenir d »un déjeuner chez Darroze/Langon à une époque que les moins de quarante ans ne peuvent pas connaître… bon, c’était probablement moins cosy, moins féminin, moins bien placé pour visiter les éditeurs et autres galeries…Bleck

  • L'Atelier Oc&ea a écrit le 31 octobre 2009

    Ce resto parait magnifique… Autant de plats me fait peur 🙂 mais l’appétit vient en mangeant n’est-ce pas?Je trouve cela très sympa en tous les cas, que vous ayez l’occasion de découvrir ce genre d’univers dans le cadre des blogs cuinaires!J’espère que cela a été un excellent moment… et merci de nous y emmener aussi 🙂

  • maloud a écrit le 31 octobre 2009

    Un beau menu et pas cher pour un deux étoiles à Paris.Ayant plus de 40 ans, j’ai connu Darroze à Langon, et je ne garde pas un grand souvenir. Le service a été affreux.

  • Anne a écrit le 31 octobre 2009

    @ Mercotte : Oui j’ai beaucoup aimé aussi. Il y a quelques mois, nous avions eu la chance de manger une recette dans le même esprit signée par Michel Portos, le chef du Saint James. Lui avait pané des soles avec une chapelure noix noisettes. Délicieux aussi.@ Alhya ; oui, quelle chance. C’était formidable. Nous avons même pu voir la cuisine.@ Taille Crayon : merci@ Gwen ; oui oui, viens :)@ Titsev : C’est vrai que c’est très très cher voire même inabordable pour beaucoup de gens. Peut être un cadeau à se faire offrir ? Oui la déco est vraiment chouette.@ Kitchen Victim : Ah oui bien sur. Fais moi signe, donne moi les dates qu’on cale quelque chose@ Joelle : flotter pendant, mais quand je me suis levée de ma chaise, aie aie aie :)) J’aurais bien fait une petite sieste.@ Philo : argh@ Anne : oui une vraie cuisine du sud ouest. Roellinger, il a arrêté non ? @ Bleck : tu m’étonnes 😉 Je crois que c’est Damien qui disait aussi qu’il était aller manger à Langon et qu’il avait beaucoup aimé.@ L’atelier Océane ; oui absolument magnifique. Nous avons eu beaucoup de chance.

  • Anne a écrit le 31 octobre 2009

    @ Maloud : 😉 C’est amusant, Bleck et Damien avaient aimé à Langon. Moi je n’y suis jamais allée manger. Ce n’est pourtant pas loin de Bordeaux. Tu trouves que ce n’est pas cher ? Je te fais confiance, je n’ai pas l’habitude des prix des restaurants parisiens.

  • maloud a écrit le 31 octobre 2009

    Pour être juste nous y sommes restés le Jour de l’An il y a déjà quelques années. Le personnel devait être épuisé.Pour le prix je ne suis pas une experte comme tu dois savoir, mais nous avons payé à peu prés le même pour les « un macaron » cet été.

  • Chef Damien a écrit le 1 novembre 2009

    Merci pour ce beau reportage complet qui me donne l’envie d’y retourner à nouveau ! J’aime particulièrement cette nouvelle formule qui permet de se concentrer sur l’essentiel : le produit, le produit,…

  • Anne a écrit le 1 novembre 2009

    @ Maloud : oui, pas la meilleure date pour tester un restaurant :=)@ Chef Damien : Oui le produit, le produit, le produit et de très beaux produits. Sud ouest power 😉

  • karine a écrit le 1 novembre 2009

    ouah la chance !!!euh … non c’est pas parce que t’habites en province… ;)alors le clin d’oeil sud-ouest etait aussi dans le couvert figure-toi car la Georgette est née en Ariège !Jean-Louis Orengo qui a créé le parc nature « Au Pays des Traces » à St Lizier était de l’aventure. Lors de mon dernier passage dans la région, j’ai même acheté des Georgette là-bas pour la maison !c’est pas pour faire de la pub mais je trouve ça intéressant et chouette: http://www.georgettes.fr

  • stephane a écrit le 2 novembre 2009

    Voila une note intéressante surtout le passage sur le prix, tu as raison, c’est un poil cher surtout pour un menu imposé. Après dire que les légumes viennent de chez Joël Thiébaut, lorsque l’on voit les plats en sauce c’est je pense une facon de justifier le prix qui est légèrement excessif lorsque l’on sait ce que l’on mange dans d’autres maisons pour un prix inférieur.

  • Bolliskitchen a écrit le 2 novembre 2009

    quel joli coup de pub d’HD! Là, elle est forte!Moi, j’ai été 2 fois chez elle, et j’ai été extrêmement déçue, trop gras, j’ai eu du mal plusieures heures après le repas…Trop cher, il y a des restaurants étoilés moins chers et meilleurs à Paris….Et Joël Thibaut, alors, c’est du passé….

  • Chrisos a écrit le 2 novembre 2009

    Pour ce qui est des tarifs, même si c’est vrai qu’ils sont élevés, c’est à peu près en ligne avec ce qu’on peut trouver dans d’autres 2 étoiles parisiens, voire c’est moins cher le soir chez HD que chez les autres.

  • stephane a écrit le 2 novembre 2009

    @Chrisos> Y a le choix quand meme non? Entre Le Cinq, Grand Véfour, Lasserre,Michel Rostang,Lucas Carton,Le Carre des Feuillants,Apicius, Jean-Pierre Vigato,l’atelier tous ces chefs proposent effectivement des menus qui tournent dans la meme gamme de prix voir plus, mais au niveau cuisine, comment dire… dans un 1 étoile on mange aussi bien et pour moins cher. @Bolliskitchen> Je plussois

  • Anne a écrit le 2 novembre 2009

    @ Karine : merci pour le lien vers Georgette. Je le mets en cliquable 🙂Georgette, couvert de tableJe ne savais pas qu’il en existait différents modèles, c’est assez rigolo comme truc.@ Stéphane : sûr que les prix parisiens, je ne les pratiques pas du tout, donc je ne peux pas trop juger.@ Bolliskitchen : gras ??? ah la je peux te garantir que ce n’était pas gras. C’était orienté sud ouest mais pas gras. Pour les prix, comme je le disais dans mon billet et le redisais à Stéphane, moi j’ai trouvé ça un peu cher mais je n’ai pas d’élément de comparaisons parisiens. A Bordeaux, un menu comme ça est moins cher mais je pense que l’immobilier et certaines charges fixes sont moins chères ici que dans le 6è. Joël Thibault fini ? ah bon ? Personne ne me dit rien :)) Pourquoi ? @ Christos : pour le prix, joker. De toute façon, Hélène Darroze nous a signalé qu’elle avait baissé ses prix.

  • Chrisos a écrit le 3 novembre 2009

    >Stéphane : ce n’est pas moi qui décerne les étoiles! Si tu penses qu’elle ne vaut pas ses deux étoiles, sers toi de ton réseau pour que le Michelin lui retire!Chacun sa sensibilité, j’ai récemment été déçu dans un 3 étoiles donnant sur les Tuileries alors que j’ai passé une excellente soirée dans un restaurant qui n’a « qu’une » étoile rue de Bourgogne. Quand on aime, on ne compte pas!

  • stephane a écrit le 3 novembre 2009

    @Chrisos> A mon sens cela ne veut plus rien dire. Lorsque l’on voit Alleno, Piège, Frechon, on peut se poser des questions sur l’attribution des 3. Idem pour HD, Vigato, Senderens, on se dit qu’il y a un tel décalage, pas sur les produits, mais sur la cuisine et sur les émotions, et il m’est arrivé d’avoir plus de plaisir dans une petite table que chez un étoilé. Je ne crois pas que ce guide soit prêt comme il le dit a décerner en France un 3 étoiles a une maison qui n’a aucun cachet, ou l’art de la table n’est pas présent, ils ont beau dire, cela reste un critére de choi, ou alors qu’il nous le prouve. J’ai l’impression que la Belgique, La Norvege, le danemark ont eu une reflexion poussée et une remise en question, lorsque l’on voit ts ces jeunes chefs qui poussent, le prochain mouvement culinaire viendrait il du nord?

  • Gracianne a écrit le 3 novembre 2009

    C’est pas mal de faire testeur de menus degustation, des fois 🙂

  • Anne a écrit le 3 novembre 2009

    Tu l’as dit Gracianne 🙂

  • Tiuscha a écrit le 4 novembre 2009

    Le concept « menu imposé », ça ne plaît pas à tout le monde… En temps que provinciale, je trouve ça également un peu cher…

  • Anne a écrit le 4 novembre 2009

    @ Tiuscha : c’est l’un des menus. On peut y déjeuner aussi de façon tout à fait normale en choisissant les plats 🙂

  • Marie a écrit le 4 novembre 2009

    Bonjour Anne,Lorsque j’habitais en région parisienne j’ai fêté un anniversaire de mariage chez Hélène Darroze. J’avais trouvé cela vraiment hors de prix pour le niveau de qualité : c’était encore plus cher dans mon souvenir que les prix que tu annonces, et moins d’émotion que dans de plus petites tables, comme plusieurs commentaires le suggèrent. De plus le service était plus que léger pour un 2* : on est venu nous redemander plusieurs fois ce que nous avions choisi, il manquait des choses sur la table etc.Bref le sentiment de payer le prix d’une chef à la mode.Je préfère de beaucoup des tables plus authentiques en province (quelqu’un a cité Roellinger par exemple) que ces pseudo grandes adresses parisiennes.

  • Anne a écrit le 4 novembre 2009

    Coucou Marie, Là j’ai trouvé cela top qualité au niveau des produits et au niveau du servicce. Il était vraiment parfait mais il est vrai que nous y sommes allées dans des conditions idéales. Il aurait fallu s’y rendre à l’aveugle. Mais quoiqu’il en soit c’était parfait à ce niveau là. Ce menu là est à ce prix mais il y a aussi des menus beaucoup moins chers proposés et même tout à fait compétitifs. Regarde sur la carte : Hélène DarrozeClique sur menu, je ne peux pas mettre le lien direct, le site est en flash. Il y a un menu le mini à 55 euros (entrée plat ou plat dessert)Il y a même une formule plateau repas à 25€

  • Elodie G a écrit le 5 novembre 2009

    Tu me mets l’eau à la bouche… Une autre bonne raison d’y aller (que tu évoques d’ailleurs) : la Grande Epicerie, à quelques pas ! Un ravissement !!!

  • Anne a écrit le 5 novembre 2009

    @ Elodie G : d’ailleurs j’y suis allée en partant 🙂

  • Marie a écrit le 7 novembre 2009

    C’est vrai que la carte est alléchante, mais le menu dégustation est à 175€, c’est cher pour un 2*…Mais bon c’était histoire de râler, j’avais quand même été déçue chez elle ;)A part ça je suis en train de me lancer dans ton capuccino de cèpes pour ce soir, je te raconterai :)bises

  • Joël Thi&eacute a écrit le 10 novembre 2009

    Bonsoir Anne,je crois en effet qu’Hélène a adopté une façon très actuelle en proposant ce type de menu « découverte ». C’est la meilleure façon de faire une cuisine de marché qui est la plus proche de la saison et qui utilise le produit au moment où il sera le plus intéressant gustativement parlant. Pascal Barbot à l’Astrance est l’un des pionniers de cette façon de faire sur Paris. De plus Hélène est secondée par un chef de cuisine talentueux et efficace, Frédéric Ducat.Comme tu vois, Anne, je ne suis pas encore recouvert de toiles d’araignée comme l’indiquait « boriskitchen », je te rassure, la passion grandit tous les jours, je n’ai jamais autant essayé de nouvelles variétés et les rencontres débouchant sur de nouveaux tandems « cuisinier-maraîcher » sont de plus en plus nombreuses.je réussis à entrainer d’autres producteurs dans cette course au goût et j’espère que notre cuisine continuera à évoluer en étant portée par les jeunes chefs en devenir que je rencontre tous les jours.Et bravo pour ton blog!!!!

  • Anne a écrit le 10 novembre 2009

    @ Marie : et pourtant les prix viennent de baisser :)@ Joel : Bonsoir 🙂 Oui j’ai trouvé que c’était vraiment chouette et je suis tout à fait d’accord quand tu dis que c’est la meilleure façon de proposer le meilleur de chaque saison. Je pense aussi que Madame Darroze est un grand chef, en me relisant, je me dis que cela ne se voit peut être pas assez dans mon article. J’ai préféré montrer pour donner envie aux gens.Je ne suis pas encore allée à l’Astrance mais j’en ai beaucoup entendu parler. En tout cas, quel beau métier fais tu, bravo de faire connaitre toutes ces variétés de légumes. Si tu n’as pas de toiles d’araignées dans les cheveux, chouette alors :)Une seule demande, ouvre en Province 😉

  • Anonyme a écrit le 17 novembre 2009

    bernard et marie christine déjeuner le 10/11/2009Un repas excellent et surtout un éveil des papilles, le choix des épices est pafait.Quand au prix du menu seul, 125 euros rien à redire pour cette classe de gastronomie. Apparemment certains se cantonnent à des petits restos de province pour comparer les prix,alors qu’à PARIS le foncier est très élevé et chez Hélène DARROZE, les produits sont de première qualité et il y a du personnel.

  • Anne a écrit le 17 novembre 2009

    Merci pour votre commentaire Bernard et Marie Christine . Je n’aime pas trop quand vous dites « apparement certains se cantonnent à de petits restos de Province », ce que j »ai trouvé tout à fait méprisants. Il y a – 1 des gens qui habitent en Province- 2 Il y a des restau, et même de grands restaurants en Province.D’ailleurs Mme Darroze ne serait elle pas un pur produit de cette belle Province qu’elle met si bien à l’honneur avec tous ces produits du Sud Ouest ?

  • Bavardages | Papilles et Pupilles a écrit le 16 août 2010

    […] Hélène Darroze, Paris […]

  • Je me balade ... | Papilles et Pupilles a écrit le 20 août 2010

    […] Hélène Darroze, Paris […]

  • […] de faire un p’tit tour en cuisine. Je l’ai trouvée immense, surtout après avoir vu récemment celle d’Hélène Darroze. On voit que le foncier n’a pas tout à fait la même valeur à Saint Bonnet que rue […]

  • Hélène Darroze - une sensibilité généreuse ou la mise en partage du bonheur | Auntie Jo funny little kitchen a écrit le 15 mai 2011

    […] les vins, 35 euros avec les vins • d’autres angles de vues, pour le même déjeuner: par Anne, par Chef Damien, par Oanèse pour Chrisoscope, par Audrey et par Mélodie ! _merci_ • Merci! […]

  • Delphine a écrit le 1 octobre 2011

    J’étudie rue d’Assas, à partir de la semaine prochaine, et je crois que lire ton article est une très mauvaise idée ! Je vais baver en passant devant chaque matin ! :p

  • Delphine a écrit le 1 octobre 2011

    J’étudie rue d’Assas, à partir de la semaine prochaine, et je crois que lire ton article est une très mauvaise idée ! Je vais baver en passant devant chaque matin ! :p

  • Anne a écrit le 2 octobre 2011

    mdr 🙂

  • Régis Marcon - Saint Bonnet le Froid a écrit le 19 février 2012

    […] p’tit tour en cuisine. Je l’ai trouvée immense, surtout après avoir vu récemment celle d’Hélène Darroze. On voit que le foncier n’a pas tout à fait la même valeur à Saint Bonnet que rue […]

  • Déjeuner chez Hélène Darroze a écrit le 17 mars 2012

    […] Anne, de Papilles et Pupilles, […]

P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Photo - Anne Lataillade
Anne Lataillade
auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS

Mon livre

Je mange :) ©Tookapic CC0 Pixabay
Au menu d' Avril :
- La cuisine avec les enfants
- Les tartinades
- Les asperges
Découvrir l'édito d'avril
Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas
Petit déjeuner
Brunch
Apéro
Entrées
Viandes
Poissons
Légumes
Féculents
Plats Complets
Sauces
Desserts
À l'heure du thé
Pique-nique
Par type de plats
Salades composées
Soupes
Tartes sucrées
Tartes salées
Plats mijotés
Plats sucrés salés
Cakes
Recettes légères
Gratins
Crumbles
Clafoutis
Avec des restes
Par événements
Buffets
Chandeleur
Epate Belle Mère
Saint Valentin
Saint Patrick
Pâques
Halloween
Recettes de fêtes
Desserts de fêtes
Cadeaux gourmands
Par régime alimentaire
Sans gluten
Sans lait
Sans oeufs
Végétarien
S'inscrire à la
newsletter
Les archives d'Anne
Dis, tu te souviens ?

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Photo - Anne Lataillade

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS
Me suivre aussi sur :

 Allez, on reste en contact  ?
Google +
127 800
followers
Pinterest
415 400
followers
Instagram
35 800
followers
Vue sur Las Vegas depuis le Delano
Bouquet garni - Guyane
Sur le vif...
Fermer