P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

Naissance d’une banane Martiniquaise

Caraibes Reportages Voyages

Habitation Belfort - Lamentin - Martinique

Habitation Belfort – Lamentin – Martinique

Amis des internets,

Peu vous chaut peut être de savoir d’où vient la banane, mais je peux vous dire que de mon côté, j’ai été absolument passionnée par la visite de la bananeraie Belfort proposée lors de ma croisière sur le Costa Favolosa. J’ai ramené de cette exploitation située au Lamentin en Martinique plein d’informations des plus épate belle-mère. La première d’entre elles :

Le bananier n’est pas un arbre.

Eh oui, le tronc n’est pas un tronc (si si je vous jure) mais des feuilles qui s’enroulent les unes sur les autres. C’est donc une plante herbacée.

Tronc de bananier (c) Chaikom shutterstock

Tronc de bananier (c) Chaikom shutterstock

Il faut pour qu’un bananier pousse bien et donne plein de bananes 6 millimètres d’eau par jour. Si besoin les bananiers sont irrigués. Entre la plantation et la récolte il s’écoule 9 mois. Chaque plante ne donne qu’un seul régime. Quand on le récolte, on coupe le bananier pour laisser place au petit qui pousse à côté (le rejet).

Grand bananier et petit bananier

Grand bananier et petit bananier

C’est quand le bananier est âgé de 6 mois que la fleur apparaît.

Sous les feuilles violettes qu’on appelle les bractées les mains de banane sont déjà là. Au fur et à mesure que le temps passe le régime s’allonge, les bractées s’enroulent, tombent toute seules et laissent place à un régime complètement formé.

Banane - de la fleur aux fruits

Banane – de la fleur aux fruits

Entre le stade de l’apparition de la fleur et le régime complètement formé il ne s’écoule qu’une semaine.

Vient ensuite l’étape de la castration

On enlève la fleur mâle du bananier (elle s’appelle la popotte), tout en bas de la hampe (la tige du milieu sur laquelle sont accrochées les bananes). Les fleurs femelles, elles, se situent au bout de chaque petite banane. On en profite pour ôter aussi quelques bananes (en bas du régime) pour permettre aux autres de grossir davantage, tout en laissant en bas une seule banane appelée tire sève.

Celle-ci, comme son nom l’indique, tire la sève vers le bas et ainsi toutes les bananes du régime sont bien irriguées.

Banane tire sève

Banane tire sève

Ensuite ont lieu les opérations de marquage et d’habillage.

Avec une petite ficelle de couleur (bleue ci dessus), le régime est identifié afin de suivre son évolution jusqu’à la récolte. La couleur du ruban change chaque semaine ce qui permet de repérer quelles bananes seront mûres quand. A ce stade il reste 3 mois avant la récolte.

Chaque régime est ensuite emballé dans une gaine de couleur bleue ou verte, ceci afin de le protéger contre les oiseaux (pour qu’il n’y nidifient pas), contre la poussière, les U.V et les insectes.

Habillage - Avant Après

Habillage – Avant Après

Il ne reste plus qu’à haubaner

Il faut attacher les bananiers entre eux à l’aide d’une ficelle. Cela leur évite de pencher voire de tomber à cause du poids du régime (jusqu’à 50 kg et plus).

Haubanage des bananiers

Haubanage des bananiers

Ensuite on patiente 3 mois, jusqu’au moment de la récolte. Demain je vous raconte ce qu’il se passe, de la cueillette à nos paniers à fruits.

Merci encore à Costa Croisières et XL Airways pour l’expérience.

Habitation Belfort
Le Lamentin
Martinique

Cliquez ici pour toutes mes recettes utilisant des bananes.

Allez on en discute ?
Les commentaires
  • Barbara a écrit le 28 décembre 2015

    pour une fois ça je savais
    😉
    mais rappeler c’est toujours bon MERCI pour ces détails et reportage

    • Anne a écrit le 28 décembre 2015

      🙂 A bientôt Barbara

  • Marie-Chantal a écrit le 28 décembre 2015

    Très intéressant, merci Anne !

    • Anne a écrit le 28 décembre 2015

      Avec plaisir Marie Chantal

  • Charlotte a écrit le 28 décembre 2015

    Bonjour Anne,

    Merci pour cet article très sympathique et très détaillé sur notre production de bananes ! Nous ne manquerons pas de le relayer sur notre page Facebook !

    Bonne continuation, et bonnes fêtes de fin d’année !

    Charlotte.

  • epices Karina a écrit le 28 décembre 2015

    Reportage fait pas à quelques km de chez moi au Lamentin.
    Bienvenue en Martinique !

  • Borda a écrit le 28 décembre 2015

    J’ai été comme vous il y a quelques années quand j’ai vécu à Madagascar j’en avais dans mon jardin. Tous les matins, j’allais voir quand la « main » sortait de fleur

    • Anne a écrit le 28 décembre 2015

      Ah quelle chance 🙂

  • @nnie a écrit le 28 décembre 2015

    j’en avais dans mon jardin quand je résidais au Gabon
    elles étaient bio !

    • Anne a écrit le 28 décembre 2015

      quelle chance 🙂

  • Brigitte a écrit le 28 décembre 2015

    Je savais comment naît une banane mais rafraîchir la mémoire est toujours bon à prendre!
    Merci pour les photos.

    • Anne a écrit le 28 décembre 2015

      🙂 Bonne soirée Brigitte

  • richard a écrit le 28 décembre 2015

    Merci pour cette « leçon de chose » à propos d’un fruit que l’on consomme couramment sans connaître les différentes étapes de sa formation et de sa croissance.
    Petite question à laquelle vous répondrez certainement au prochain épisode :avez vous consommé des fruits muris sur pied et dans l’affirmative sont ils nettement meilleurs que ceux que l’on trouve dans nos commerces.

    Richard

    • Anne a écrit le 28 décembre 2015

      Bonjour Richard. Ce sera effectivement demain. Je n’ai pas goûté de banane mûre sur l’arbre. Elles sont récoltées vertes même pour la consommation locale pour des raisons assez simples. Vertes on peut les manipuler alors que mûres, ce n’est plus du tout possible, elles s’abîment bien trop vite (deviennent noires). Il faudrait avoir un bananier dans son jardin 🙂

    • Borda a écrit le 28 décembre 2015

      on les ramasse avant et on les fait murir dans du papier

  • cleopat a écrit le 28 décembre 2015

    Très intéressant Merci et je ne manquerai pas de lire la suite

  • Kalyss a écrit le 28 décembre 2015

    Je suis venue par curiosité et j’ai aimé, l’article est clair!
    Bon, je savais vu que j’habite à la Réunion mais c’est très bien de l’expliquer!
    Tu savais que la fleur se mange également ? Chez nous, on appelle ça un « baba figue » et ça se consomme dans les carrys ou à part et c’est très bon mais un peu long à préparer.
    J’ai hâte de lire ton article de demain 🙂

  • Borda a écrit le 29 décembre 2015

    J’ai des bananiers dans mon jardin dans le Béarn, j’ai eu de toutes petites bananes bien formées on voyait très bien l’éclosion(si je peux dire) Merci pour les photos très belles

    • Anne a écrit le 29 décembre 2015

      Avec plaisir Jeanine. Et vos bananes, vous les avez mangées ? ou bien elles n’ont pas poussé suffisamment ?

Sur Facebook
P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anne Lataillade
auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS

S'inscrire à la
newsletter
Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas
Petit déjeuner
Brunch
Apéro
Entrées
Viandes
Poissons
Légumes
Féculents
Plats Complets
Sauces
Desserts
À l'heure du thé
Pique-nique
Par type de plats
Salades composées
Soupes
Tartes
Tartes salées
Plats mijotés
Plats sucrés salés
Cakes
Recettes légères
Gratins
Crumbles
Clafoutis
Avec des restes
Par événements
Buffets
Chandeleur
Epate Belle Mère
Saint Valentin
Pâques
Halloween
Recettes de fêtes
Desserts de fêtes
Cadeaux gourmands
Par régime alimentaire
Sans gluten
Sans lait
Sans oeufs
Végétarien
Les archives d'Anne
Dis, tu te souviens ?

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS
Me suivre aussi sur :

 Allez, on reste en contact  ?
Google +
128 300
followers
Pinterest
415 500
followers
Instagram
28 000
followers
Grand beau temps à Paris aujourd'hui ; c'est le printemps ☉
From Paris with ❤
Séchage des magrets dans la cheminée
Vieux port de La Rochelle
Sur le vif...
Fermer