Logo - Papilles et Pupilles

Chargement en cours...
Veuillez patienter...
P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

Parépou

Photothèque Fruits et Légumes Produits et Ingrédients

Parépous

Parépou

Lundi, j’ai passé ma journée au salon de l’agriculture et ai, comme chaque année, beaucoup aimé déambuler dans les allées, que ce soit au milieu des vaches, moutons, lapins .. qu’au hall 7 plus consacré aux produits de nos régions. Parmi ceux ci, le parépou de Guyane. Je n’en avais jamais vu avant et n’ai pas pu goûter. A priori ce serait le fruit d’un palmier.

Parépous de Guyane

Parépou de Guyane

Vous connaissiez ? Vous avez déjà goûté ? Brigitte ? Dites moi tout ! Cela m’a intrigué.

 

Allez on en discute ?
Les commentaires
  • Brigitte a écrit le 28 février 2012

    Oui oui j’en ai fait plusieurs recettes sur Café créole. Tu as vu Armelle sur le stand ??

    • Anne a écrit le 1 mars 2012

      Heu je ne sais pas

      • Héloïse a écrit le 21 mars 2014

        Je viens de déguster des parépous vendus en bocaux, que ma fille m’a envoyé de Guyane. Je me suis régalée. Et oui la Guyane s’exporte et c’est tant mieux.
        Présentés dans de jolis bocaux, avec leur eau de cuisson. Juste à réchauffer au four micro-ondes moins d’une minute !
        Ma fille m’a posté une grappe en colissimo depuis 10 jours. J’espère que ça arrivera bien. Je crains que la douane ne bloque mon colis ! zut !

        • Anne a écrit le 21 mars 2014

          Arf, c’est sur que ce n’est pas gagné 😉

  • Brigitte a écrit le 29 février 2012

    Oui oui j’en ai fait plusieurs recettes sur Café créole. Tu as vu Armelle sur le stand ??

  • Xavier a écrit le 29 février 2012

    A priori c’était en vente, pourquoi n’as tu pas pu y gouter ? Sinon, personnellement, je découvre tout comme toi …

    • Anne a écrit le 1 mars 2012

      Parce que si tu goûtes tout tu ne finis pas la journée 😉

  • Babzy a écrit le 29 février 2012

    j’ai découvert le parépou il y a peu car ma fille vit en guyane 🙂 Ect ce que tu as aimé ?

    • Anne a écrit le 1 mars 2012

      Je n’ai pas pu goûter. La queue et tu ne peux tout goûter sinon tu ne tiens pas la journée 😉

    • Anne a écrit le 1 mars 2012

      Je n’ai pas pu goûter. La queue et tu ne peux tout goûter sinon tu ne tiens pas la journée 😉

  • Gracianne a écrit le 29 février 2012

    Le nom en lui-meme est savoureux.

    • Anne a écrit le 1 mars 2012

      Oui, cela m’a fait rire 🙂

    • Anne a écrit le 1 mars 2012

      Oui, cela m’a fait rire 🙂

  • Rubicorne a écrit le 1 mars 2012

    Je connais très bien étant originaire de Guyane. Ma mère les préparait cuits à l’eau bouillante salée, elle les servait comme ça égouttés avec parfois une addition de sel. L’odeur à la cuisson est insupportable et je me souviens que je n’aimais pas du tout le goût. Ça fait une éternité que je n’en ai pas remangé alors je ne peux t’en dire plus… Les Créoles et les Brésiliens aiment beaucoup en général.

    • Anne a écrit le 1 mars 2012

      Merci pour les infos 🙂

    • natalia a écrit le 1 mars 2012

      Bien que mon pays n’a pas le climat des Caraïbes, nous avons à l’Uruguay, une seule plage avec beaucoup de ces palmes et d’autres dans la cité, dans certains carrés. Le fruit est appelé « butiá » et ils sont utilisés dans une boisson tipique appelée « caña » par-ce qu’ils l’apportent un bon saveur, ou sont consommés seuls. Ils sont généralement très douce. Ce fruit n’est pas dans les supermarchés. Ce n’est que dans les endroits mentionnés et seulement dans le saison d’été.Natalia

      • Anne a écrit le 2 mars 2012

        Merci Natalia pour ces informations 🙂

    • natalia a écrit le 1 mars 2012

      Vous mentionnez les Brésiliens et je peux vous dire que la plage que je veux dire, c’est près de Brésil. Il est difficile d’imaginer ce fruit cuit avec du sel. Je ne blâme pas que vous n’aimiez pas!

      • Rubicorne a écrit le 2 mars 2012

        Ma mère est brésilienne… 😉 Alors chacun sa façon de cuire les parépous, il y a des versions salées comme nature… Et la Guyane Française ne se trouve pas dans les Caraïbes mais sur le continent sud-américain au-dessus du Brésil et sous le Suriname… Enfin, le butiá ça n’est pas la même espèce que le parépou qui vient du palmier-bêche (nom de l’espèce en latin:
        Bactris gasipaes), en portugais on appelle ça « pupunha ». Le butia il y en a aussi en Guyane Française et en effet il me semble qu’ils sentent divinement bon mais ils sont plutôt sucrés. On peut les manger tels quels parce que quand ils tombent ils sont mûrs et suffisamment mous mais les parépous il faut les cuire pour pouvoir les manger. Nous ne parlons donc pas du tout des mêmes fruits…

        • natalia a écrit le 2 mars 2012

          En effet vous avez
          raison. Après avoir lu plusieurs
          réponses, j’ai réalisé que ne
          parle pas du même fruit.

          J’étais en mission
          officielle en Guyane dans une

          Organisation internationale et je connais toute la région
          (il ya plusieurs années!) Et j’ai de la famille au Brésil aussi (Sao Paulo). Je n’ai
          pas visité l’Uruguay depuis 2008
          et j’aime à manger butia car il me rappelle mon enfance. C’est un fruit qui abonde peu et ont
          besoin de se rendre à l’endroit
          pour le manger. Désolé pour mon
          français. Ne pas le dominer

          • Rubicorne a écrit le 2 mars 2012

            Ya aucun problème, je te comprends bien! 🙂 Ce serait sympa de trouver aussi du butia dans les marchés spécialisés en France car j’ai pas la possibilité actuellement de retourner en Guyane pour en trouver… :/

          • natalia a écrit le 2 mars 2012

            Ne perdez pas espoir de trouver ce fruit et en profiter.

    • natalia a écrit le 2 mars 2012

       Bien que mon pays n’a pas le climat des Caraïbes, nous avons à l’Uruguay, une seule plage avec beaucoup de ces palmes et d’autres dans la cité, dans certains carrés. Le fruit est appelé « butiá » et ils sont utilisés dans une boisson tipique appelée « caña » par-ce qu’ils l’apportent un bon saveur, ou sont consommés seuls. Ils sont généralement très douce. Ce fruit n’est pas dans les supermarchés. Ce n’est que dans les endroits mentionnés et seulement dans le saison d’été.Natalia

    • natalia a écrit le 2 mars 2012

       Vous mentionnez les Brésiliens et je peux vous dire que la plage que je veux dire, c’est près de Brésil. Il est difficile d’imaginer ce fruit cuit avec du sel. Je ne blâme pas que vous n’aimiez pas!

      • Rubicorne a écrit le 2 mars 2012

         Ma mère est brésilienne… 😉 Alors chacun sa façon de cuire les parépous, il y a des versions salées comme nature…  Et la Guyane Française ne se trouve pas dans les Caraïbes mais sur le continent sud-américain au-dessus du Brésil et sous le Suriname… Enfin, le butiá ça n’est pas la même espèce que le parépou qui vient du palmier-bêche (nom de l’espèce en latin:
        Bactris gasipaes), en portugais on appelle ça « pupunha ». Le butia il y en a aussi en Guyane Française et en effet il me semble qu’ils sentent divinement bon mais ils sont plutôt sucrés. On peut les manger tels quels parce que quand ils tombent ils sont mûrs et suffisamment mous mais les parépous il faut les cuire pour pouvoir les manger. Nous ne parlons donc pas du tout des mêmes fruits…

    • Anne a écrit le 2 mars 2012

      merci beaucoup pour les infos 🙂

  • Anne a écrit le 1 mars 2012

    Merci pour les infos 🙂

  • Anne a écrit le 1 mars 2012

    Parce que si tu goûtes tout tu ne finis pas la journée 😉

  • Jijiao a écrit le 1 mars 2012

    Je l’ai goûté, il y a un goût de légèrement parfumé de taro j’ai adoré ! j’ai demandé comment cuir, on m’a dit de tremper les fruits dans de l’eau salée puis attendre que l’huile à l’intérieur sorte, mais je n’arrive pas à faire sortir l’huile chez moi…

    • Anne a écrit le 2 mars 2012

      Merci pour ton retour 🙂

    • Rubicorne a écrit le 2 mars 2012

      Essaie en faisant cuire les fruits dans de l’eau bouillante salée au grand minimum 1h voire 1h20-1h30 (la chair doit être tendre). Il faut ensuite les décortiquer. Tu peux aussi entailler les fruits avant de les mettre dans l’eau bouillante pour que le sel pénètre mieux. Ces fruits doivent obligatoirement se manger bien cuits car ils contiennent des cristaux d’oxalates de calcium qui empêchent la digestion.

    • Rubicorne a écrit le 2 mars 2012

       Essaie en faisant cuire les fruits dans de l’eau bouillante salée au grand minimum 1h voire 1h20-1h30 (la chair doit être tendre). Il faut ensuite les décortiquer. Tu peux aussi entailler les fruits avant de les mettre dans l’eau bouillante pour que le sel pénètre mieux. Ces fruits doivent obligatoirement se manger bien cuits car ils contiennent des cristaux d’oxalates de calcium qui empêchent la digestion.

  • yoanna finaud a écrit le 2 mars 2012

    Ça donne envie d’y aller faire un tour! http://www.aboutfoood.blogspot.com

  • Anne a écrit le 2 mars 2012

    Merci pour ton retour 🙂

  • Anne a écrit le 2 mars 2012

    merci beaucoup pour les infos 🙂

  • Anne a écrit le 2 mars 2012

    Merci Natalia pour ces informations 🙂

  • Rubicorne a écrit le 2 mars 2012

     Ya aucun problème, je te comprends bien! 🙂 Ce serait sympa de trouver aussi du butia dans les marchés spécialisés en France car j’ai pas la possibilité actuellement de retourner en Guyane pour en trouver… :/

  • natalia a écrit le 2 mars 2012

    Ne perdez pas espoir de trouver ce fruit et en profiter.

  • Anne a écrit le 5 mars 2012

    Info reçue par mail de Jeannine : Au sujet des parépous ou butia…..selon mes
    sources ce sont les mêmes fruits. Les fruits d’un palmier, il en existe
    plusieurs sortes (fruits grosseur et goût qui peuvent varier), çà varie aussi
    selon la teneur du terrain….Les fruits arrivent à maturité de février à
    mars…… Certains découpent 1/2 cm à peu près de « têtes » et les font
    cuire à l’eau (salée ou non, ou aromatisée à la cannelle….) Cela se déguste en
    les pelant ou pas comme des châtaignes (dont cela rappelle un peu le goût !) On
    aime ou on aime pas ! Selon les années, ils peuvent être plus ou moins sucrés,
    plus ou moins farineux……On peut en faire une crème de parépou comme pour la
    crème de marrons (c’est bon !) , j’en ai mis dans des râgouts (très bon), en
    faire des gratins…etc et mêmes les glacer comme des marrons….les
    indiens en font de la farine…donc on peut s’en servir « sucré » ou « salé »….Les
    fruits des palmiers n’ont pas fini de nous étonner, ils sont tous
    comestibles : l’awara dont on fait la pâte d’awara, l’acaï
    etc….

    • natalia a écrit le 6 mars 2012

      Merci beaucoup Jeannine e Papilles pour l’info. Mais je ne peux mème pas imaginer un butia cuit avec du sel…, jamais !

    • natalia a écrit le 6 mars 2012

       Merci beaucoup Jeannine e Papilles pour l’info. Mais je ne peux mème pas imaginer un butia cuit avec du sel…, jamais !

  • Anne a écrit le 6 mars 2012

    Info reçue par mail de Jeannine : Au sujet des parépous ou butia…..selon mes
    sources ce sont les mêmes fruits. Les fruits d’un palmier, il en existe
    plusieurs sortes (fruits grosseur et goût qui peuvent varier), çà varie aussi
    selon la teneur du terrain….Les fruits arrivent à maturité de février à
    mars…… Certains  découpent 1/2 cm à peu près de « têtes » et les font
    cuire à l’eau (salée ou non, ou aromatisée à la cannelle….) Cela se déguste en
    les pelant ou pas comme des châtaignes (dont cela rappelle un peu le goût !) On
    aime ou on aime pas ! Selon les années, ils peuvent être plus ou moins sucrés,
    plus ou moins farineux……On peut en faire une crème de parépou comme pour la
    crème de marrons (c’est bon !) , j’en ai mis dans des râgouts (très bon), en
    faire des gratins…etc   et mêmes les glacer comme des marrons….les
    indiens en font de la farine…donc on peut s’en servir « sucré » ou « salé »….Les
    fruits des palmiers n’ont pas fini de nous étonner, ils sont tous
    comestibles  : l’awara dont on fait la pâte d’awara, l’acaï 
    etc….

  • Pascale a écrit le 11 mars 2012

    Bonjour,

    Je réside en Guyane où j’ai créé une table d’hôtes. J’adhère
    également à une AMPA qui me procure chaque semaine des fruits et légumes bios.
    En ce moment, c’est la saison des parépous et j’adore les cuisiner. Lorsque je
    les cuits pour les utiliser dans une préparation salée, j’incorpore du sel et
    un piment de Cayenne à l’eau de cuisson. Je les utilise ensuite à l’apéritif,
    cuisinés comme les olives provençales, dans une salade, coupés en lamelles,
    sautés au wok avec du chou, incorporés avec des pruneaux dans des choux farcis,
    en velouté chaud avec une lamelle de foie de canard frais poêlé, etc. Pour une
    utilisation en version sucrée, je les fais cuire sans sel, mais avec quelques
    étoiles de badiane. J’en fais ensuite une confiture ou bien une crème vanillée
    (un peu comme notre crème de marron) que j’utilise dans mes desserts. C’est un
    produit étonnant, méconnu et savoureux. Il faut un peut de temps pour les
    préparer, les cuire et les peler mais cela en vaut la peine.

    • Anne a écrit le 11 mars 2012

      Merci infiniment Pascale pour toutes ces informations passionnantes

  • Pascale a écrit le 11 mars 2012

    Bonjour,

    Je réside en Guyane où j’ai créé une table d’hôtes. J’adhère
    également à une AMPA qui me procure chaque semaine des fruits et légumes bios.
    En ce moment, c’est la saison des parépous et j’adore les cuisiner. Lorsque je
    les cuits pour les utiliser dans une préparation salée, j’incorpore du sel et
    un piment de Cayenne à l’eau de cuisson. Je les utilise ensuite à l’apéritif,
    cuisinés comme les olives provençales, dans une salade, coupés en lamelles,
    sautés au wok avec du chou, incorporés avec des pruneaux dans des choux farcis,
    en velouté chaud avec une lamelle de foie de canard frais poêlé, etc. Pour une
    utilisation en version sucrée, je les fais cuire sans sel, mais avec quelques
    étoiles de badiane. J’en fais ensuite une confiture ou bien une crème vanillée
    (un peu comme notre crème de marron) que j’utilise dans mes desserts. C’est un
    produit étonnant, méconnu et savoureux. Il faut un peut de temps pour les
    préparer, les cuire et les peler mais cela en vaut la peine.

     

  • jojo a écrit le 27 juin 2014

    Chaque année à regina en guyane, il y a la fete du parepou, aveg dans s liqueurs, des gâteaux, dans salés, et une bonne ambiance.

    • Anne a écrit le 29 juin 2014

      Ca doit être très chouette

  • Tina a écrit le 13 août 2014

    Hello
    Moi j adore ca et j aimerais en acheter en France, savez vous ou je peux trouver ca? (j habite en Haute Savoie)

    Merci
    Tina

    • Anne a écrit le 14 août 2014

      Je ne sais pas du tout, désolée

    • fijalkowski a écrit le 11 juillet 2015

      Bonjour,

      Vous pouvez en trouver sur le site « Couleur de Guyane » à 7,90€ le bocal .

      Cdt

      Sarah

  • may a écrit le 5 août 2018

    Le parépou est un des fruit ou legumes préférés des Guyanais, son odeur à la cuisson est délicieuse , cet aliment typiquement guyanais se mange seul bouilli et salé ou accompagne une viande comme n importe quel legume , on en fait également du gratin, du beurre et même de ma confiture (version sucree) et enfin de l’huile et de la farine avec yana farm en guyane.

Sur Facebook
P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Photo - Anne Lataillade
Anne Lataillade
auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS

Mon livre

Je mange :) ©Tookapic CC0 Pixabay
Au menu d' Avril :
- La cuisine avec les enfants
- Les tartinades
- Les asperges
Découvrir l'édito d'avril
Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas
Petit déjeuner
Brunch
Apéro
Entrées
Viandes
Poissons
Légumes
Féculents
Plats Complets
Sauces
Desserts
À l'heure du thé
Pique-nique
Par type de plats
Salades composées
Soupes
Tartes sucrées
Tartes salées
Plats mijotés
Plats sucrés salés
Cakes
Recettes légères
Gratins
Crumbles
Clafoutis
Avec des restes
Par événements
Buffets
Chandeleur
Epate Belle Mère
Saint Valentin
Saint Patrick
Pâques
Halloween
Recettes de fêtes
Desserts de fêtes
Cadeaux gourmands
Par régime alimentaire
Sans gluten
Sans lait
Sans oeufs
Végétarien
S'inscrire à la
newsletter
Les archives d'Anne
Dis, tu te souviens ?

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Photo - Anne Lataillade

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS
Me suivre aussi sur :

 Allez, on reste en contact  ?
Google +
127 800
followers
Pinterest
419 500
followers
Instagram
37 300
followers
Vue sur Las Vegas depuis le Delano
Bouquet garni - Guyane
Sur le vif...
Fermer