Logo - Papilles et Pupilles

Chargement en cours...
Veuillez patienter...
P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

Allergies alimentaires : Tout ce qu’il faut savoir

Actu Allergies Dossiers pratiques

Allergies © lculig shutterstock

Allergies © lculig shutterstock

En France, plus de 2 millions de personnes souffrent d’une allergie alimentaire. Les enfants sont trois fois plus touchés que les adultes, et 5 % des moins de 15 ans vivent en évitant tous les jours le lait, les œufs, ou le poisson

Qu’est-ce que c’est? ?

Une allergie alimentaire est une réaction exagérée du système immunitaire à une substance (l’allergène), généralement une protéine, qu’il reconnaît comme étrangère. Elle touche essentiellement des personnes prédisposées génétiquement.
La crise survient très rapidement : de quelques minutes à quatre heures après l’exposition à l’aliment. Le plus souvent, elle fait suite à la consommation de l’allergène, mais le simple fait de le respirer ou de le toucher peut aussi la déclencher.


A quoi est-on allergique? ?

Globalement, les enfants sont plutôt allergiques aux produits d’origine animale, les adultes à ceux d’origine végétale.

Les quatre principaux responsables sont le blanc d’œuf, le lait de vache, l’arachide, le poisson. Viennent ensuite les légumineuses (soja, pois, haricots, lentilles, fèves), les aliments du groupe des noix (amandes, noisettes, noix, noix du Brésil, de cajou ou de pécan, pignons, pistaches), du groupe des latex (avocat, banane, châtaigne, kiwi), les céréales et, enfin, les aliments du groupe des ombellifères (aneth, carotte, céleri, coriandre, fenouil, graines d’anis, persil).

Chez l’adulte, l’allergie est d’abord favorisée par les aliments du groupe des rosacées : abricot, cerise, fraise, framboise, noisettes, pêche, poire, pomme, prune… Depuis peu, de nouvelles allergies apparaissent (au lait de brebis et de chèvre, au sarrasin, au quinoa, etc.).


Quels sont les symptômes? ?

Chez l’enfant, ils consistent principalement en un eczéma, de l’urticaire, une crise d’asthme, des douleurs abdominales. Chez l’adulte, les signes les plus fréquents sont la langue qui picote, les oreilles qui démangent, les lèvres qui gonflent…
Dans les deux cas, un œdème de Quincke (gonflement des muqueuses de la gorge) peut apparaître. La rhinite et la conjonctivite allergiques, les nausées, les vomissements, les diarrhées sont également évocateurs d’une allergie.
Heureusement très rare, le choc anaphylactique est le symptôme le plus grave. Il débute par une sensation de malaise avec démangeaisons, suivie d’une urticaire et d’une gêne respiratoire, et nécessite un traitement médical d’urgence.

Y en a-t-il beaucoup?

Le nombre de cas d’allergie alimentaire a doublé en cinq ans, en France et dans d’autres pays. Une augmentation qui s’explique par un meilleur dépistage, la diversification trop précoce de l’alimentation des bébés, l’excès d’hygiène (qui rend le système immunitaire plus fragile), l’arrivée dans nos assiettes d’aliments « exotiques » (kiwis, litchis, avocats ou noix exotiques, épices…), la consommation croissante de plats industriels qui exposent à des allergènes masqués (gélifiants, épaississants, etc.).

Qui fait le diagnostic?

Le diagnostic doit être posé par un allergologue. « Plus le diagnostic est précis, mieux on soigne, affirme le Pr Frédéric de Blay, pneumoallergologue au Chu de Strasbourg et président de la Société française d’allergologie (Sfa). Il faut savoir, par exemple, que plus un poisson est cuit, plus il est allergisant. »
Antécédents familiaux, relevé de tout ce que la personne a mangé au cours des sept derniers jours, conditions de survenue de l’allergie… l’interrogatoire, serré, est complété par des tests cutanés.
Ensuite, un test de provocation par voie orale (Tpo) est pratiqué : « On fait manger au patient l’aliment que l’on suspecte, en cherchant la dose qui provoque les symptômes », précise le Pr de Blay.

Quel traitement?

Actuellement, le seul traitement consiste à éviter de consommer l’aliment incriminé. Un véritable casse-tête pour les parents car, s’il est facile de faire l’impasse sur un kiwi ou une fraise, tout se complique avec le lait ou l’arachide.
« Préparer les repas, faire ses courses relèvent du parcours du combattant, souligne Véronique Olivier, mère d’un enfant allergique et membre de l’Association française pour la prévention des allergies (Afpral). Il faut traquer les ingrédients sur les étiquettes, mais il est difficile de tout décrypter : certains allergènes apparaissent, d’autres pas. »
De fait, si un étiquetage préventif est devenu obligatoire, les mentions « peut contenir » ou « présence possible de… » ne précisent pas la quantité d’allergènes que renferme le produit. De plus, un même aliment allergisant ne porte pas toujours le même nom? ; ainsi, selon la marque, le lait s’appelle « lactose », « caséine », « lactoprotéine »…

Est-on allergique toute sa vie?

Tout dépend de l’allergène et de l’âge. Beaucoup d’allergies alimentaires disparaissent après la puberté. « Tant mieux, car un enfant accepte mieux d’éviter certains aliments qu’un adolescent, note Véronique Olivier. A l’adolescence, ils ne veulent plus faire attention, ils en ont marre. »
En revanche, une allergie qui a démarré à l’âge adulte aura plus de mal à disparaître, le système immunitaire étant moins souple. A titre d’exemple, l’allergie au lait guérit bien après l’âge de 2 ans, 50 % des allergies à l’œuf ne persistent pas après l’âge de 5 ans, les réactions trop fortes à la farine de blé s’éliminent bien également, contrairement à celles à l’arachide, dont à peine 10 % des patients guérissent.

Qu’est-ce que l’allergie croisée?

Chez certaines personnes, le système de défense de l’organisme réagit fortement à des allergènes différents mais dont les structures biochimiques sont similaires : c’est l’allergie croisée.
Elle concerne 2 % de la population en France. La plus fréquente associe les pollens d’arbre et certains fruits ou légumes. Ainsi, l’intolérance au bouleau est souvent liée à une allergie à l’abricot, à l’amande, au brugnon, à la carotte, au céleri, au kiwi, à la pêche, la noisette, la noix, la pomme ou la pomme de terre.
Le pollen de graminées peut se « croiser » avec les cacahuètes et la tomate. Plus surprenant : les acariens vont de pair avec les escargots, la plume d’oiseau avec l’œuf…

[02.03.09] – Brigitte Bègue

Contact :
Association française pour la prévention des allergies :
tél. 01 49 11 38 88.
Site Internet : www.afpral.asso.fr

Intolérance
L’intolérance alimentaire produit les mêmes symptômes que l’allergie, mais, à la différence de celle-ci, elle n’implique pas le système immunitaire. L’intolérance au lait, par exemple, est due à un déficit en lactose.

Une date à retenir
A l’occasion de la 3e Journée française de l’allergie, le 24 mars, dans plus de 50 villes, 66 allergologues iront à la rencontre du public pour répondre gratuitement aux questions sur les allergies alimentaires. Plus d’infos sur www.asthme-allergies.org

Pour l’école, bon à savoir

Pour aider les enfants atteints d’une allergie grave, un projet d’accueil individualisé (Pai) a été mis en place à l’école. Le dispositif entre en vigueur sur demande des parents, via le médecin scolaire, en concertation avec le directeur d’établissement.
Son contenu est disponible auprès de l’association Asthme et allergies : www.asthme-allergies.org

 

Allez on en discute ?
Les commentaires

Aucun commentaire sur cette recette : soyez le premier à laissez le vôtre !

P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Photo - Anne Lataillade
Anne Lataillade
auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS

Mon livre

Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas
Petit déjeuner
Brunch
Apéro
Entrées
Viandes
Poissons
Légumes
Féculents
Plats Complets
Sauces
Desserts
À l'heure du thé
Pique-nique
Par type de plats
Salades composées
Soupes
Tartes sucrées
Tartes salées
Plats mijotés
Plats sucrés salés
Cakes
Recettes légères
Gratins
Crumbles
Clafoutis
Avec des restes
Par événements
Buffets
Chandeleur
Epate Belle Mère
Saint Valentin
Saint Patrick
Pâques
Halloween
Recettes de fêtes
Desserts de fêtes
Cadeaux gourmands
Par régime alimentaire
Sans gluten
Sans lait
Sans oeufs
Végétarien
S'inscrire à la
newsletter
Les archives d'Anne
Dis, tu te souviens ?

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Photo - Anne Lataillade

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS
Me suivre aussi sur :

 Allez, on reste en contact  ?
Google +
127 800
followers
Pinterest
427 000
followers
Instagram
39 500
followers
Vue sur Las Vegas depuis le Delano
Bouquet garni - Guyane
Sur le vif...
Fermer