Logo - Papilles et Pupilles

Chargement en cours...
Veuillez patienter...
P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

Musée maritime de Charlevoix, St Joseph de la Rive

Bonnes adresses Canada Reportages Voyages

Musée Maritime du Charlevoix

Musée Maritime de Charlevoix

Si vous vous rendez à l’Île aux Coudres, au Québec (et c’est une sacrément bonne idée), vous devez emprunter le traversier à Saint Joseph de la Rive. Et là, avant de monter sur le bateau, je vous recommande de prendre le temps d’explorer le Musée Maritime de Charlevoix. Tous les jours à 10h30, une visite guidée d’une heure y est proposée.

J’y ai rencontré Martin Desgagnés. Cet ancien architecte paysagiste issu d’une famille de marins n’a pas son pareil pour vous raconter l’histoire des goélettes sur le Saint Laurent.

« Leur navigation explique-t-il a commencé en 1763 et s’est arrêté dans les années 1970. Le Saint Laurent était jusqu’au début du XXè siècle la voie de communication principale pour se déplacer dans la région. Le cabotage à savoir le transport de marchandises sur l’eau, a permis à de nombreuses régions plus au nord de se développer (la Basse Côte du Nord par exemple). Les goélettes transportaient des marchandises très variées, comme les pitounes, les billots de bois, qui partaient ainsi vers les usines du Saguenay afin d’y être transformés en pâte à papier.

Une goélette appartenait en général à une famille. Son activité lui permettait de générer suffisamment de travail pour faire vivre tout le monde. Et ensuite quand les enfants devenaient adultes, ils achetaient leurs propres goélettes. La construction prenait 3 années. La première d’entre-elles, le charpentier de marine concevaient une demi coque.

Demi-coque

Demi-coque

C’était comme un modèle en 3D. Cela lui permettait d’étudier la rapidité, la flottaison etc.  Comme c’était fait à la main, il ne faisait qu’une demi coque car il n’était pas possible de faire 2 moitiés identiques. A partir de cette modélisation, il dessinait les plans.  L’année 2, l’acquéreur passait l’hiver à ramasser le bois nécessaire à la construction. Et enfin, en année 3, c’était la construction du bateau.

Si dans les années 20, une goélette coûtait 5 000 $, dans les années 40, son prix était passé à 50 000 $ pour atteindre, dans les années 50, la somme exorbitante de 100 000 $. C’était considérable surtout qu’à cette époque là, les goélettes ne pouvaient naviguer que l’été. L’hiver, le fleuve est pris dans les glaces. »

Elles ont donc disparu du paysage maritime et il n’en reste que très peu aujourd’hui. Beaucoup ont été abandonnées et détruites. Vous pouvez en voir encore quelques-unes ici au Musée Maritime du Charlevoix. Bâti sur un ancien chantier maritime, le site est très beau et a gardé son âme d’antan. Il y a des expositions temporaires et permanentes. J’ai bien aimé celle sur le rôle des femmes dans la navigation.

N’hésitez vraiment pas à vous arrêter pour découvrir cette histoire pas si lointaine mais tout à fait passionnante..

Musée Maritime du Charlevoix – 305, rue de l’Église ) Saint-Joseph-de-la-Rive (Les Éboulements), Québec.

 

 

Allez on en discute ?
Les commentaires
  • Barbara a écrit le 18 juin 2022

    merci à dès que possible
    bon weekend

    je te souhaite de pas souffrir trop de la chaleur Anne et je pense à toi , tu le sais ♥

  • passeuse a écrit le 22 juin 2022

    Bonjour Anne
    Passionnant !
    J’aime beaucoup les reportages qui touchent au bois !
    Qu’elle beau matériau !
    J’avais déjà regardé à la tv des reportages sur la fabrication d’anciens bateaux en bois !
    Je trouve fort dommage tout de même qu’un tel patrimoine ne se fabrique plus ne serait ce que
    pour le devoir de mémoire !!!
    Merci de la visite guidée !!
    Enjoy !!

    • Anne a écrit le 23 juin 2022

      C’est vrai. Heureusement qu’il reste des passionnés comme eux

P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Photo - Anne Lataillade
Anne Lataillade
Auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. En savoir plus

Mon livre de recettes

Mon guide sur Bordeaux
Nouvelle édition (Juin 2022)

S'inscrire à la
newsletter

Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas













Par type de plats












Par événements










Par régime alimentaire




Les archives d'Anne
Dis, tu te souviens ?

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Photo - Anne Lataillade

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Cliquez ici si vous voulez en savoir plus sur moi.

 Allez, on reste en contact  ?
FACEBOOK
264 000
followers
Pinterest
563 900
followers
Instagram
84 100
followers
Fermer