Logo - Papilles et Pupilles

Chargement en cours...
Veuillez patienter...
P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

Cantine scolaire et allergies alimentaires

Actu Allergies Dossiers pratiques

Cantine scolaire © Monkey Business Images shutterstock

Cantine scolaire © Monkey Business Images shutterstock

Le décès d’un écolier de 8 ans, le 10 mai, dans les Bouches-du-Rhône, après une allergie au fromage de brebis qu’il avait mangé à la cantine, rappelle les difficultés de l’accueil des enfants atteints de ce mal.

« La mort par allergie alimentaire est rare, mais elle est une menace prévisible, commente Dominique Château-Waquet, médecin allergologue. L’admission aux urgences dans les hôpitaux français pour choc anaphylactique d’origine alimentaire a été multipliée par cinq depuis environ dix ans. »

Près de 5 % des enfants entre 2 et 15 ans souffrent de cette maladie. Les trois principales allergies concernent le lait, l’oeuf et les arachides, suivis par les fruits à coque, le kiwi, les poissons et crustacés. D’autres au sésame et au lait de chèvre ou de brebis ont récemment fait leur apparition.

Du fait d’une réglementation volontariste des pouvoirs publics, ces enfants sont de plus en plus nombreux à fréquenter les restaurants scolaires. Leur admission implique que soit prévue la suppression de tout aliment qui les rend malades. Toutefois, leur accueil n’étant pas obligatoire, certains parents continuent de se heurter à des refus. Notamment à l’école primaire, où la cantine est de la responsabilité des communes et où les jeunes élèves sont moins aptes à gérer leur maladie que des collégiens ou des lycéens.

Dans une délibération du 5 mars, la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) a qualifié de « discrimination fondée sur l’état de santé » le refus d’accueillir à la cantine une fillette de 7 ans allergique aux fruits secs. Le maire avait justifié sa décision au motif que les agents municipaux n’étaient pas en mesure de procéder aux injections que l’état de la fillette pouvait éventuellement requérir.

« La restauration scolaire n’est pas un droit automatique, commente le ministère de l’éducation nationale. Elle reste un service que l’on offre aux familles. »

Caroline Morice, présidente de l’Association française des polyallergiques, est mère de quatre enfants allergiques. En septembre 1998, la mairie de sa commune de résidence avait refusé de scolariser son fils aîné, alors âgé de 3 ans, en raison de sa maladie. En 1999, celui-ci trouvait une école plus accueillante, où il pouvait manger à la cantine le repas préparé par sa mère. Mais un an plus tard, à la faveur d’un nouveau déménagement, sa nouvelle école refusait de l’accueillir à la cantine.

« Il ne faudrait pas que le décès survenu dans les Bouches-du-Rhône décourage les maires d’accueillir les enfants allergiques à l’école, souligne Mme Morice. Notamment les édiles des petites communes qui n’ont pas de service médical. »

En mars, son association a mis en ligne, avec l’Association française pour la prévention des allergies et l’Association française des intolérants au gluten, un « Guide pour l’accueil en restauration collective des enfants porteurs d’allergies alimentaires ».

Fabienne Rancé, pédiatre allergologue à l’Hôpital des enfants à Toulouse, a collaboré à ce guide validé par l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa). Elle insiste sur l’importance d’un diagnostic précis porté par des allergologues afin de définir les conditions spécifiques de l’accueil des enfants à la cantine.

Une circulaire interministérielle de septembre 2003 a permis un accueil plus massif à la cantine de ces enfants allergiques. Pour l’essentiel, elle reprend une circulaire de l’éducation nationale datant de 1999 mais présente l’intérêt, pour les maires, d’être signée par leur ministère de tutelle, l’intérieur. Elle rappelle que, à la demande des familles, peut être mis en place « pour les enfants atteints de trouble de la santé évoluant sur une longue période », « un projet d’accueil individualisé ».

La mise en place d’un tel projet est indispensable pour les jeunes qui, en cas de malaise, relèvent d’un traitement d’urgence. Son élaboration est le fruit d’une concertation entre différents partenaires : allergologue, direction de l’école, mairie, parents… Il prévoit une information du personnel communal chargé de la cantine sur les gestes à effectuer en cas d’urgence vitale.

« L’accueil des enfants atteints d’allergies sévères a été facilité par la possibilité d’utiliser des stylos injecteurs d’adrénaline en cas de choc anaphylactique sans qu’il s’agisse d’un geste médical », précise le docteur Jeanne-Marie Urcun, du ministère de l’éducation nationale.

« Pour les responsables de la restauration scolaire, trois cas de figure sont possibles, schématise Christophe Bouillaux, vice-président de l’Association nationale des directeurs de la restauration municipale.

En cas d’allergie simple, comme au poisson, il peut être proposé à l’enfant un plat de substitution. En cas de multiallergie, la mise en place d’un projet d’accueil individualisé peut prévoir la confection de paniers repas préparés par les parents et étiquetés au nom de l’enfant, qui seront consommés à la cantine. Enfin, la mairie peut passer par un traiteur spécialisé dans la prise en charge de ces régimes particuliers. »

Par ailleurs, de nombreuses collectivités ont supprimé l’huile d’arachide.

Durant l’année scolaire 2005-2006, 30 781 enfants souffrant d’allergie alimentaire ont bénéficié d’un projet d’accueil individualisé à l’école primaire. Mais pour certains d’entre eux, dont le cas était jugé trop complexe, la fréquentation de la cantine n’a pas été autorisée.

Source : le Monde du 05 juin 2007

 

Allez on en discute ?
Les commentaires
  • Tiuscha a écrit le 5 juin 2007

    facile pour personne les allergies alimentaires… Quelle tragédie ce fait divers !

  • Melly a écrit le 7 juin 2007

    Nos enfants ne sont à l’abri nulle part : les écoles ou lycées deviennent dangereux ; les profs se font assassiner ;
    et …on peut pas se fier à « la cantine » ? – oh la la !
    espérons que ça ne soit qu’une exception !

  • tite rosa a écrit le 13 juin 2007

    Merci de faire un site sur les allergies alimentaires… C’est vrai qu’il est dur d’assumer au quotidien (dans les cantines ou les restaus)les allergies alimentaires. Je sais de quoi je parle, j’ai une allergie au chocolat… qui est tout de même assez évitable mais ce n’est pas toujours compris! Il faut toujours expliquer, et endurer le regard des autres: « oh! La pauvre! Elle n’en connaîtra jamais le goût! Comment elle fait? » Comment je fais? Si j’en mange, je risque de mourir, voilà comment on fait!quand on a pas honte de réclamer un autre dessert!^^ Pas facile de se faire inviter chez les copains gourmands étudiants!

  • Anonymous a écrit le 12 janvier 2009

    Laissez tous les enfants aller à la crèche. La Haute Autorité de lutte contre les discriminations (Halde) a demandé à la mairie de Marseille d’accepter dans ses crèches les enfants souffrant d’allergies alimentaires. La Halde avait été saisie par une…

    Laissez tous les enfants aller à la crèche. La Haute Autorité de lutte contre les discriminations (Halde) a demandé à la mairie de Marseille d’accepter dans ses crèches les enfants souffrant d’allergies alimentaires. La Halde avait été saisie par une association* regroupant une quinzaine de familles d’enfants allergiques. Pour leur refuser l’accès aux crèches, la municipalité met en avant la difficulté de créer un service alimentaire spécifique, et la responsabilité de la ville en cas d’accident. Dans une délibération du 23 octobre, la Halde a vu dans ce refus une discrimination en raison de l’état de santé. Elle a donné à la ville trois mois pour prendre de nouvelles mesures. « Vu son agressivité dans ce dossier, on n’est pas sûr que la mairie fasse le nécessaire », s’inquiète Séverine Robillard, maman d’un des enfants. L’association a prévu un rassemblement autour d’un pique-nique le 29 novembre, sous les fenêtres de la mairie. Hier, la municipalité indiquait qu’elle allait répondre « directement à la Halde, via son avocat ».

    F. L.

    *Afibiaac. Tél. : 04 91 11 89 59
    ©2006 20 minutes

P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Photo - Anne Lataillade
Anne Lataillade
auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS

Mon livre

Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas
Petit déjeuner
Brunch
Apéro
Entrées
Viandes
Poissons
Légumes
Féculents
Plats Complets
Sauces
Desserts
À l'heure du thé
Pique-nique
Par type de plats
Salades composées
Soupes
Tartes sucrées
Tartes salées
Plats mijotés
Plats sucrés salés
Cakes
Recettes légères
Gratins
Crumbles
Clafoutis
Avec des restes
Par événements
Buffets
Chandeleur
Epate Belle Mère
Saint Valentin
Saint Patrick
Pâques
Halloween
Recettes de fêtes
Desserts de fêtes
Cadeaux gourmands
Par régime alimentaire
Sans gluten
Sans lait
Sans oeufs
Végétarien
S'inscrire à la
newsletter
Les archives d'Anne
Dis, tu te souviens ?

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Photo - Anne Lataillade

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS
Me suivre aussi sur :

 Allez, on reste en contact  ?
FACEBOOK
206 600
followers
Pinterest
429 900
followers
Instagram
39 900
followers
Fermer