Logo - Papilles et Pupilles

Chargement en cours...
Veuillez patienter...
P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

Et si on parlait du miel

Bonnes adresses France Photothèque Epicerie Produits et Ingrédients Reportages Voyages

Miel de Charente Maritime

Miel de Charente Maritime

Le miel est un produit absolument délicieux et qui a beaucoup d’usages en cuisine. On peut l’utiliser aussi bien cru en accompagnement d’une simple tartine de pain ou d’un fromage frais ou cuit pour la préparation d’une viande mijotée, de légumes glacés etc. D’ailleurs vous retrouverez en cliquant ici toutes mes recettes comportant du miel.

Mais vous êtes-vous déjà demandé comment était récolté le miel, quel était son chemin de l’abeille jusqu’au pot ? J’avais envie de découvrir tout cela et à l’invitation du Syndicat français des miels, je me suis rendue en Charente Maritime, à la rencontre de Jean-François et Julien Crétet, apiculteurs depuis plusieurs générations.

Mon père et mon grand-père étaient passionnés d’apiculture m’a expliqué Jean-François le gérant des Ruchers du Gué. Ce n’était pas du tout leurs professions (l’un était horloger-bijoutier et l’autre cheminot), mais ils avaient quelques ruches. Quand j’étais enfant, mon père m’emmenait le mercredi collecter le miel. J’étais responsable de l’enfumoir. J’ai fait une formation de charcutier traiteur mais moi aussi, j’avais la passion des abeilles. J’ai commencé par fabriquer une ruche, puis deux. Pour obtenir les essaims, j’aidais les pompiers qui me contactaient quand ils étaient appelés par des particuliers qui en trouvaient dans leur cheminée, leur jardin … Je consommais le miel collecté et en donnait à ma famille et à mes amis.

.

Avec Jean-François et Julien Crétet

Avec Jean-François et Julien Crétet

.

Et puis, j’ai continué de m’agrandir et un beau jour, j’ai eu trop de miel. J’ai donc commencé à le vendre : ici aux gens du village, à l’épicerie à La Rochelle etc. Mon épouse m’aidait pour la mise en pot. Au début, nous travaillons dans le garage. Et puis avec le temps, j’ai eu de plus en plus de ruches et ai abandonné mon activité salariée pour me lancer à plein temps dans le miel. Aujourd’hui, nous sommes 20 dans l’entreprise et  mon fils qui travaille avec moi prend la relève.

La ruche

Nous avons commencé la visite par celle des ruches, situées en pleine campagne. Les Ruchers du Gué en possèdent environ 400 dans un rayon de 10 km autour de la miellerie. Une ruche est composée de plusieurs parties :

  • le corps de la ruche (la partie basse). Le miel n’y est jamais collecté, il sert uniquement aux abeilles, à leur nourriture.
  • et les hausses, les parties supérieures. C’est dans celles-ci que l’on va récolter le miel.
Ruches

Ruches

Environ 60 000 abeilles vivent dans une ruche et elles collectent le nectar des fleurs dans un rayon de 3,5 km maximum. Il n’y a qu’une seule reine

Pour récolter le miel, il faut commencer par s’équiper à savoir enfiler une combinaison intégrale qui vous fait ressembler à Neil Armstrong :p Ensuite, il faut enfumer les abeilles, ouvrir la hausse et sortir les cadres :

Récolte du miel

Récolte du miel

C’est assez impressionnant car les abeilles bourdonnent dans vos oreilles, se posent sur vos vêtements. Vous avez beau vous dire que vous êtes bien protégé, ce n’est quand même pas une situation habituelle et confortable.

Je vous ai fait une petite vidéo :

A la miellerie

Nous sommes ensuite rentrés à la miellerie pour voir la suite des opérations. Le taux d’humidité du miel récolté est mesuré (il doit être inférieur à 20%) et les cadres à miel  dont on a désoperculé les petites alvéoles au couteau sont déposés dans la centrifugeuse. En tournant, la force centrifuge va ôter le miel des casiers. C’est très simple.

On récupère le miel

On récupère le miel

Le miel est ensuite filtré pour enlever les résidus de cire mais avec un tamis qui ne soit pas trop fin pour conserver les cendres de miel à savoir les matières minérales (potassium, calcium, sodium etc.). Il est ensuite conservé pendant 1 mois dans de grands fûts. Pendant cette période de décantation, d’autres impuretés vont remonter. Elles sont tout à fait comestibles mais elles sont enlevées pour un aspect esthétique.

Il ne reste plus qu’à mettre en pots et à étiqueter. Pendant tout le processus, je ne vous ai pas détaillé cela, mais tout est fait pour que la traçabilité soit optimum. On sait exactement quoi est dans quel pot.

Questions / réponses

Pourquoi les miels ont des couleurs différentes ? 

On dit que les miels ont 1000 couleurs et 1000 saveurs. La couleur change en fonction de ce que l’abeille butine. C’est un produit vivant non standardisé. Gardons cet artisanat.

Pourquoi mon miel change de couleur ou de texture en vieillissant ? 

Parce que c’est un produit vivant. Il peut cristalliser par exemple. C’est un processus tout à fait normal. Au contraire c’est signe que votre miel est vivant et n’a pas été chauffé trop longtemps ou pasteurisé.  Pour lui redonner sa texture, vous pouvez le chauffer à feu doux. Mais son goût n’est pas du tout altéré.

Comment conserver le miel ?

Dans son pot à l’abri de la lumière. La température idéale de conservation est de 14°C. Je vous conseillerai plutôt le verre que le plastique mais pour des raisons écologiques et pas du tout organoleptiques.

Quel miel utiliser pour la cuisine ? 

Le miel est composé de sucres : glucose et fructose. Suivant la fleur butinée, le rapport entre ces deux sucres diffère. Certains miels comme le miel de tournesol ou de colza sont déconseillés pour la cuisson. Ils risquent de brûler.

Qu’est-ce que l’adultération du miel ? 

L’adultération est l’ajout de sucre dans le miel. Les pratiques d’adultérations peuvent exister sur tous types de miels, pour différentes raisons :

  • L’apiculteur peut utiliser de l’eau sucrée ou du sirop de nourrissement afin de nourrir les abeilles en période de disette (pendant l’hiver par exemple) ; toutefois, utilisés en excès, on peut en retrouver des traces dans le miel, ce qui conduit à l’adultération.
  • Du sirop de sucre peut être ajouté avant la mise en pot par certains opérateurs pour réduire les coûts…

Tout ajout de sucre est complètement interdit par la réglementation, très stricte à ce sujet. Le miel doit rester un produit « pur » produit par les abeilles. Les mielleries sont bien évidemment contrôlées pour garantir la qualité et l’authenticité des miels mis sur le marché. Mais, comme pour tous produits, faites jouer votre bon sens et fuyez les miels à trop bas coûts.

Miel de l'apiculteur

Miel de l’apiculteur

La visite à la Miellerie a été pour moi très enrichissante. J’ai appris énormément de choses. Beaucoup de mielleries comme les Ruchés du Gué à Gué d’Alleré en Charente Maritime ouvrent leurs portes. N’hésitez pas à rencontrer les apiculteurs, à leur poser des questions. A l’achat, privilégiez les miels non chauffés (non pasteurisés) et ensuite faites en fonction de vos goûts : miel d’acacia, de tilleul, de thym, d’oranges, de châtaigniers … N’hésitez pas à tester !

Les Ruchers du Gué – Miel Crétet – Rue du Moulin David, 17540 Le Gué-d’Alleré

Article écrit en partenariat avec l’Alliance 7 pour le Syndicat français des miels

Allez on en discute ?
Les commentaires
  • Mie a écrit le 25 juillet 2019

    Une fois de plus, un article super intéressant.
    J’adore le miel que j’utilise énormément en cuisine (cela doit venir de mes « gènes » paternels chez qui il y avait toujours eu quelques ruches pour une consommation maison).
    Mes principaux Miels viennent … du Pays des Feuillardiers (87) où j’ai connu le miel de châtaignier, brun et fort !
    Au Cœur du Limousin (23) j’ai découvert le Miel de Bruyère qui m’a semblé un peu plus léger en goût.
    Depuis 20 ans (en 19) j’ai découvert le Miel toutes Fleurs + l’Acacia. Au départ leur goût m’a semblé léger, léger mais je m’y suis faite !
    Par contre, il y a peu j’ai eu le plaisir d’avoir à nouveau un bon Miel de Châtaignier et Ouf … je me suis accrochée 🙂 .
    Tous les Miels que j’utilise sont achetés à des « passionnés » et ne viennent pas du « bout du monde ». Belle journée bien chaude à vous.

    • Anne a écrit le 25 juillet 2019

      Merci Mie et à bientôt <3

  • Barbara a écrit le 25 juillet 2019

    passionnant merci +++

    et chouette ta combi 🙂

    je fais toujours extrêmement attention à l’origine du miel(pour la cuisine,surtout; comme ça en fait j’aime pas trop 🙂 mais je fais pour les autres ) que j’achète (et surtout pas du « autres pays de la communauté européenne  »
    non du traditionnel 😉 français fait par des artisans et avec traçabilité)

    et protégeons les abeilles

    quel bonheur de les revoir cette année même si peu
    l’an dernier dans le jardin ,mais plus globalement dans le village , voire la région ?
    plus aucune (d’ailleurs pas de fruits aucune cerise aux alentours….) elles vont sur notre lavande le romarin la vigne vierge , d’autres plantes mellifères et autres friches laissées volontairement
    on vit ensemble on se respecte!
    pas de soucis

    • Anne a écrit le 25 juillet 2019

      Héhé, genre cosmonaute 🙂 J’aime ta façon de parler du respect de la nature <3

      • Barbara a écrit le 26 juillet 2019

        ♥♥ merci à toi et bonne fêteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee

        profite de ta journée !
        😉

  • myriam a écrit le 25 juillet 2019

    Bonjour Anne
    Quel excellent reportage.
    Il y a de la passion dedans.
    J’a de la chance;mon papa possède des ruches( une de ses nombreuses envies)
    IL a commencé par deux , puis quatre.
    Ces ruches sont dans un de nos prés à la limite de nos bois.
    Donc le miel est toutes fleurs et châtaigniers.
    Bien entendu, ce sont des prés à pacage pour nos moutons et il n’y a aucun pesticides.
    Ni aux alentours car ils habitent sur un coteau et il n’y a que des maisons secondaires autour d’eux.
    Ou des bois nous appartenant.
    Autrefois, il y avait des fermes et toutes étaient petites et les gens vivaient sainement
    de ce que leur donnait la terre , et des volailles et quelques animaux pour leur consommation personnelle.
    Pas de chimique autre que le fumier des animaux.^
    papa pratique encore comme ça.
    C’est lui_même qui rénove ses ruches quand elles en ont besoin.
    Et l’hiver , il les nourrit quand l’hiver est rude_ un sirop fait avec de l’eau et du « vieux » miel.
    Quel délice, de se faire une tartine avec du pain fait maison, tout juste sorti du four à pain
    et du miel, tout juste récolté de la centrifugeuse.
    C’était notre goûter et notre dîner!
    Enfance qui me sourit…..
    bises

    • Barbara a écrit le 25 juillet 2019


      super et merci du partage de ces souvenirs d’enfance

      • Anne a écrit le 25 juillet 2019

        Avec plaisir Barbara 🙂

    • Anne a écrit le 25 juillet 2019

      Formidable, merci pour ce partage de souvenirs, c’est super intéressant et plein d’émotions 🙂

  • myriam a écrit le 25 juillet 2019

    RE merci et bises les copinautes.
    La cuisine, c’est aussi des souvenirs….
    Et des idées, après les confitures( merci, mon D.., heureusement que je les ai faites en juin).
    Maintenant, je prépare des glaces maison: à l’abricots, au chocolat, au citron et maintenant, au miel…bien sûr.
    Allez courage, ventilo, et piscine…..

    • Maddy a écrit le 31 juillet 2019

      Bonjour je vous remercie pour cet article très enrichissant !
      Quel plaisir de découvrir qu’il y a tout près de chez moi une entreprise passionnée par son métier et de son savoir faire.
      Mon pot de miel étant déjà presque vide, c’est donc l’occasion dans acheter afin d’y goûter !

      • Anne a écrit le 1 août 2019

        Super Maddy 🙂 J’espère que vous vous régalerez autant que moi.

  • Betty a écrit le 25 juillet 2019

    Tard intéressant – merci beaucoup de nous faire partager ces expériences

P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Photo - Anne Lataillade
Anne Lataillade
Auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS

Mon livre de recettes

Mon guide sur Bordeaux

Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas
Petit déjeuner
Brunch
Apéro
Entrées
Viandes
Poissons
Légumes
Féculents
Plats Complets
Sauces
Desserts
À l'heure du thé
Pique-nique
Par type de plats
Salades composées
Soupes
Tartes sucrées
Tartes salées
Plats mijotés
Plats sucrés salés
Cakes
Recettes légères
Gratins
Crumbles
Clafoutis
Avec des restes
Par événements
Buffets
Chandeleur
Epate Belle Mère
Saint Valentin
Saint Patrick
Pâques
Halloween
Recettes de fêtes
Desserts de fêtes
Cadeaux gourmands
Par régime alimentaire
Sans gluten
Sans lait
Sans oeufs
Végétarien
S'inscrire à la
newsletter
Les archives d'Anne
Dis, tu te souviens ?

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Photo - Anne Lataillade

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Cliquez ici si vous voulez en savoir plus sur moi.

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS
Me suivre aussi sur :

 Allez, on reste en contact  ?
FACEBOOK
206 600
followers
Pinterest
476 100
followers
Instagram
48 000
followers
Fermer