Logo - Papilles et Pupilles

Chargement en cours...
Veuillez patienter...
P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

Allergie alimentaire : tout l’art de réintroduire l’allergène

Actu Allergies Dossiers pratiques

Allergies
La prise en charge d’une allergie alimentaire implique un régime d’éviction. Mais lorsque les tests de provocation deviennent négatifs, le ou les aliments incriminés peuvent être réintroduits. Or un quart des allergiques ont tendance à écarter l’allergène plus longtemps que nécessaire.
La stratégie d’évitement en cas d’allergie alimentaire

L’allergie alimentaire touche 3 à 5% de la population. Elle nécessite l’éviction de l’aliment ou des aliments incriminés. Un régime plus ou moins contraignant s’impose alors. Associée à la crainte d’une réaction accidentelle, la qualité de vie des allergiques et de leur entourage peut en être fortement diminuée.

Les allergies n’étant pas immuables, des tests dits de provocation (mise en contact sous surveillance médicale avec une faible dose d’allergène) sont régulièrement réalisés. S’ils deviennent négatifs, l’aliment en question peut être réintroduit, initialement en petite quantité, avant un retour à une alimentation normale.

Mais la réalité ne suit pas toujours la théorie et il semble que nombre d’allergiques continuent longtemps à évincer l’allergène, même après la disparition de l’allergie indiquée par les tests. La réintroduction de l’allergène tarde le plus souvent. Cette étude a porté sur plus d’une soixantaine d’enfants âgés en moyenne de 4 ans, dont les tests de provocation étaient négatifs. Leur allergie alimentaire avait été diagnostiquée en moyenne à l’âge de 1 an. Les parents ont rempli un questionnaire portant sur les symptômes cliniques lors du diagnostic de l’allergie, la durée du régime, les craintes d’un nouvel accident, les répercussions sur la qualité de vie, la réintroduction des aliments incriminés, etc.

La réintroduction de l’allergène tarde le plus souvent

Cette étude a porté sur plus d’une soixantaine d’enfants âgés en moyenne de 4 ans, dont les tests de provocation étaient négatifs. ….

…. La suite de l’article ici (clic) sur le site d’e-santé.

Allez on en discute ?
Les commentaires
  • Claire a écrit le 22 février 2007

    Merci pour cette info intéressante

  • supertouillette a écrit le 22 février 2007

    c’est vrai!
    j’ai été allergique (lait de vache) pendant 15 ans.
    Mais même aujourd’hui, je n’est pas réintroduit le lait totalement.
    Peut être par peur, mais aussi parce que je reste « sensible » au lait, j’ai l’ipression de ne pas bien le digerer…

  • Anne a écrit le 22 février 2007

    Pareil pour moi. Pour Petit Papilles, normalement il peut manger de l’oeuf sans problème. Pourtant, je n’ai pas encore osé ré introduire le blanc d’oeuf cru (mousse au chocolat par exemple).

  • Tiuscha a écrit le 22 février 2007

    Très intéressant je ne suis pas directement touchée mais le thème m’interesse (comme beaucoup de choses…) d’un point de vue socio et écolo.
    Alors, mon avis est à prendre avec des pincettes : je pense qu’il faut faire des essais réguliers (sauf grosses réactions comme oedème de Quicke, euh jamais sur l’orthographier correctement)

  • Anne a écrit le 22 février 2007

    Tiuscha : Je crois que c’est Quincke mais moi aussi j’ai des problèmes avec son orthographe. 😉 Attention aux tests pour la réintroduction. A faire à l’hopital ou chez l’allergologue.
    Pour Petit Papilles, nous allions une fois par an à l’hopital à la consultation spécialisée d’allergies alimentaires et il faisait le prick test. On voyait la zone touchée faiblir d’année en année jusqu’à la disparition totale.

  • Isabelle a écrit le 23 février 2007

    Ça tombe bien, c’est un des sujets abordés à la prochaine journée d’information de l’Association Québécoise des Allergies Alimentaires dans quelques semaines.

    J’ai hâte d’être rendue à cette étape avec ma fille !

P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Photo - Anne Lataillade
Anne Lataillade
auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS

Mon livre

Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas
Petit déjeuner
Brunch
Apéro
Entrées
Viandes
Poissons
Légumes
Féculents
Plats Complets
Sauces
Desserts
À l'heure du thé
Pique-nique
Par type de plats
Salades composées
Soupes
Tartes sucrées
Tartes salées
Plats mijotés
Plats sucrés salés
Cakes
Recettes légères
Gratins
Crumbles
Clafoutis
Avec des restes
Par événements
Buffets
Chandeleur
Epate Belle Mère
Saint Valentin
Saint Patrick
Pâques
Halloween
Recettes de fêtes
Desserts de fêtes
Cadeaux gourmands
Par régime alimentaire
Sans gluten
Sans lait
Sans oeufs
Végétarien
S'inscrire à la
newsletter
Les archives d'Anne
Dis, tu te souviens ?

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Photo - Anne Lataillade

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS
Me suivre aussi sur :

 Allez, on reste en contact  ?
FACEBOOK
206 600
followers
Pinterest
429 900
followers
Instagram
39 900
followers
Fermer