- Papilles et Pupilles - https://www.papillesetpupilles.fr -

Le skrei, le cabillaud arctique Norvégien

Myre, est un petit village de quelques centaines d’âmes, tout là haut, sur la côte occidentale de la Norvège, dans les îles Vesteralen, juste au nord des îles Lofoten. A cette époque de l’année, le soleil n’y fait son apparition que quelques heures par jour, proximité du cercle polaire oblige. A 16h30 il y fait nuit noire.

A 8h00 du matin, après un solide petit déjeuner, c’est à pied que nous allons au port pour partir à la pêche au skrei. La lumière est bleutée ni tout à fait jour, ni tout à fait nuit. Les rues sont couvertes de neige et moi bourrée de Dramamine (j’ai le pied marin, c’est rien de le dire). Je peux vous dire que j’apprécie particulièrement mon tout nouveau et so sexy t-shirt Damart classe 4 (froid intense).

Le skrei ? Tu as dit le skrei ? Qu’est ce que c’est ?

Oui, le skrei. Chaque année, de janvier à mars, ce cabillaud arctique bien connu des Vikings quitte la mer de Barents pour venir  frayer dans les fjords des îles Versteralen et Lofoten.

Au cours de ce long voyage de 2 000 km, son environnement et son alimentation se modifient, il se muscle, le gras se répartit différemment dans sa chair. Celle ci très blanche, s’effeuillant très facilement est considérée comme un must, de même son foie, ses œufs et sa langue très prisés des Norvégiens. Et si je vous en parle, c’est parce qu’on le retrouve aussi sur nos étals.

Oui, mais c’est quoi c’est histoire de pêcher des poissons pendant leur période de reproduction ? Ca craint non ?

La pêche constitue la deuxième source de revenus de la Norvège et fait vivre une multitude de petites communautés côtières, qui perpétuent avec fierté cette tradition millénaire sans laquelle elles n’existeraient plus. Le pays prend donc un soin particulier pour préserver ses ressources, à travers une pêche durable, majoritairement traditionnelle et artisanale. Aujourd’hui encore, l’essentiel du cabillaud norvégien provient d’une pêche à la ligne effectuée sur de petits bateaux comme le Strønstad dans lequel je viens de grimper, direction la sortie du fjord.

Pas très grand n’est ce pas ?  Et c’est parti pour la pêche !

Le détail dans un prochain billet !