- Papilles et Pupilles - https://www.papillesetpupilles.fr -

Une journée en Champagne

La semaine dernière, j’ai quitté Bordeaux pour aller passer une journée en Champagne, invitée par une prestigieuse maison. Même si j’étais déjà allée une fois sur place, j’ai accepté car je ne connais encore pas bien cette région, ses cépages, ses méthodes de vinification tellement différentes de chez moi.  Je vous emmène  ?

Comme dans toute région vinicole, cela commence forcément par une visite des vignes, ici du Chardonnay, un des cépages emblématiques de la région.

En ce moment, à savoir pendant les mois d’hiver, on taille la vigne.

D’ailleurs, saviez vous à quoi sert la taille  ?

  1. A assurer la récolte de l’année : la plus en adéquation avec les qualités qu’on recherche
  2. A assurer la longévité de la vigne (une bonne quarantaine d’années).

Pour cette taille des Chardonnay qu’on appelle taille en chablis, il faut laisser du vieux bois pour la qualité et du jeune bois pour la vitalité. La récolte de l’année prochaine est déjà là, contenue dans ces ceps, la météo de ces dernières semaines ayant directement impacté la qualité des raisins de l’année prochaine.

Après avoir saccagé le moins possible quelques ceps qui pourtant ne m’avaient rien fait,

.. direction Reims.

Cette maison est historiquement la première à avoir commercialisé les vins de champagne en bouteilles, en 1729. Le succès étant au rendez-vous se posa rapidement un problème de stockage. Et là, eureka

Pourquoi ne pas utiliser les anciennes carrières de craie, les crayères ?

Bon sang mais c’est bien sur ! Et hop, on descend !  La visite sous terre de ces crayères est impressionnante.

Pour vous donner une idée, c’est comme si vous étiez dans une cathédrale souterraine dédiée au Champagne : L’espace est gigantesque, la température comparable (fraiche sans être froide) et la voix raisonne.

Après la visite vient le temps de la dégustation. Je n’avais jamais goûté autant de Champagne (Dom Ruinart). Pour les millésimés (blancs et rosés), les goûts sont vraiment différents contrairement aux non millésimés. Pour ces derniers, chaque année, l’objectif est d’avoir un Champagne qui ressemble à celui de l’année d’avant. On obtient ce goût lissé, le style de la maison, en mélangeant la vendange de l’année aux vins de réserve, des vins des années passées.

J’avoue qu’au bout du 7 ou 8è Champagne, mes papilles étaient quelques peu saturées, mais il n’en reste pas moins tout à fait passionnant de pouvoir découvrir les différences entre les millésimes, chose qu’on n’a que rarement l’occasion de faire à titre privé.

Si vous habitez dans une région productrice de vins ou Champagne, n’hésitez pas à aller voir les producteurs et les viticulteurs, il n’y a pas meilleur moyen de découvrir leur travail.

Champagne Ruinart
4 Rue des Crayères
51100 Reims