- Papilles et Pupilles - https://www.papillesetpupilles.fr -

Le blé rouge de Bordeaux

C’est grâce à un recensement des blés publié par Henry de Vilmorin en 1880 que nous connaissons la présence du blé rouge de Bordeaux en Nouvelle Aquitaine. Appelé aussi blé inversé, il a presque complètement disparu, la faute à son faible rendement (environ 2 tonnes / hectare en bio). La raison en est sa taille. Comme il mesure 1,75 m de haut, il se couche facilement sous l’effet du vent et de la pluie. Son nom de blé rouge provient du fait qu’il possède des glumes (l’enveloppe autour du grain) de couleur rouge comme le vin de Bordeaux, Sa farine, quant-à-elle est blanche.

Ce blé est intéressant d’un point de vue nutritionnel  car notamment riche en beta-carotènes.

A Bordeaux, nous avons la chance d’avoir un producteur, meunier, boulanger : Eric Aphatie. Le blé qu’il produit sur les rives de la Garonne est moulu à l’ancienne, à la meule de pierre. La farine obtenue possède un gluten déchirable qui est beaucoup plus digeste que celui contenu dans une farine de blé classique. Très reconnaissable à son toucher, elle contient le germe du blé ce qui lui permet d’avoir plus d’arômes et plus de nutriments.

Avec cette farine Eric Aphatie produit 2 types de pain au levain :

Il commercialise aussi bien le pain que la farine et vous pouvez visiter le lieu de production.

Eric Aphatie – Maison Aphatie à Ambarès et Lagrave

Le blé rouge de Bordeaux fait partie des Sentinelles du goût de la Nouvelle Aquitaine, un label qui vise à faire perdurer un produit local, porteur de traditions, d’histoire, de savoir-faire humain, qui soit rattaché à un terroir et qui a un goût spécifique.

6 produits ont été distingué pour l’instant : La jonchée, le jambon Ibaïama, le grenier médocain, l’andouille béarnaise, le blé rouge de Bordeaux et le Treipaïs.