- Papilles et Pupilles - https://www.papillesetpupilles.fr -

La Tupina, Bordeaux

Si vous habitez Bordeaux vous connaissez forcément La Tupina, ce restaurant ouvert en 1968 par Jean Pierre Xiradakis, rue de la Porte de la Monnaie. Patricia Wells, une journaliste et auteure culinaire réputée le fait entrer dans une autre dimension côté médiatique en 1994, grâce à un article écrit et publié pour le New York Times. Elle le qualifie de 2e meilleur bistrot du monde ! Si cela, ce n’est pas la classe.

C’est ici que j’envoie les gens quand on me demande où déguster de l’excellente cuisine traditionnelle du Sud Ouest. A La Tupina, le temps semble s’être arrêté. On est loin des restaurants instagrammables à la déco Ikea®. Cela commence par l’entrée où l’on découvre le comptoir avec les produits exposés : des premiers légumes de printemps avec les petits radis croquants aux viandes locales maturées en passant par un gros saladier de merveilles (beignets). Et puis bien sûr la cheminée, où, chaque jour de l’année les volailles sont rôties et les frites cuites à la graisse d’oie maintenues au chaud.

Dans les salles du restaurant, l’ambiance est authentique, vintage. Les tables sont nappées, et de vraies serviettes en tissus bien épais vous attendent. On n’en voit plus beaucoup des comme cela.

La proposition culinaire depuis toutes ces années est restée quasiment identique. Ici on met en valeur les produits du sud ouest et des recettes qui se sont perdues ailleurs : les tricandilles, le museau de porc vinaigrette, les ris de veau (tellement bons), les piballes, les truffes, la macaronade (pâtes aux champignons, à la crème, au lard et au foie gras). Entrer et déjeuner à La Tupina c’est s’offrir un retour en enfance, auprès de vos grand-mères, un moment d’émotion et de souvenirs.

Si je vous en parle particulièrement aujourd’hui c’est parce que Jean Pierre a pris sa retraite depuis quelques mois. Franck Audu, son chef qui exerçait depuis déjà 6 ans en cuisine a repris le lieu. Cet homme formé dans de beaux établissements de la Nouvelle Aquitaine compte bien faire perdurer l’esprit maison. On ne change rien et on continue. Et cela, c’est chouette, parce que si la Tupina changeait, ce serait la disparition de la vitrine d’un certain art de vivre, celui où l’on prend le temps, celui où l’on met en valeur la cuisine traditionnelle et les produits locaux, celui où ce que l’on mange a du sens.

Les prix :

La Tupina – 6 rue de la Porte de la Monnaie – 33 800 Bordeaux.