- Papilles et Pupilles - https://www.papillesetpupilles.fr -

Interview gourmande : Ronan Kervarrec

Il est de ces chefs discrets, travailleurs, √† l’ancienne pourrais-je dire. Ici pas de tatouages apparents, de chignon ou de chemise de bucheron #Pardon ūüôā . Install√© depuis presque 3 ans √† l’Hostellerie de Plaisance √† Saint Emilion, Ronan Kervarrec r√©gale ses clients de son histoire personnelle qui l’a conduit de Bretagne en Nouvelle Aquitaine. D√©tenteur de 2 √©toiles au Guide Michelin, il met tout en oeuvre pour faire partie du cercle tr√®s ferm√© des 3 macarons. Il est soutenu pour cela par la famille Perse, propri√©taire du lieu, qui lui donne les moyens de ses ambitions.

Pour lui le plus important est de transmettre une √©motion dans l’assiette, et pour cela, quoi de plus pr√©cieux que ses souvenirs d’enfance m√™l√© au terroir Libournais. Le mariage est heureux. J’ai aim√© la pr√©cision de ses plats, le soin apport√© aux moindres d√©tails, le choix des produits et bien √©videmment le go√Ľt. Bravo et bravo √©galement √† S√©batien Nabaile, le chef p√Ętissier pour des desserts √† la hauteur de la cuisine.

Quelques images de ce que j’ai pu d√©guster :

J’ai pu lui poser quelques questions pour essayer de d√©couvrir un peu mieux la personnalit√© de cet homme discret et attachant, qui se laisse encore 2 ou 3 ans pour d√©crocher sa 3√® √©toile.

Interview gourmande de Ronan Kervarrec

Orgueil : De quoi êtes-vous le plus fier ?

De mes 2 fils et de ma femme. Ce sont mes 3 √©toiles. C’est ce que j’ai de mieux dans la vie.

Col√®re : Qu’est-ce qui vous √©nerve ?

Les gens qui ne disent ni bonjour ni au revoir ni merci. Je ne comprends pas. Et plus globalement le travail mal fait. On met plus de temps √† mal faire qu’√† bien faire.

Envie : Est-ce qu’il y a un autre chef que vous auriez aim√© √™tre ? Ou quelqu’un que vous admirez particuli√®rement ?

Mon p√®re. Tout tourne autour de mon p√®re, ma m√®re, mes grands-parents. Je ne suis pas un fan en g√©n√©ral. J’ai des amis dans la cuisine et je suis fier de leurs parcours, de leurs histoires, de leurs cuisines. Je m’enrichis de cela aussi √† travers mes voyages gastronomiques, je suis tr√®s fier pour eux. Mais moi ce qui prime, c’est la famille. La personne que j’ai connue et que j’ai c√ītoy√©e le plus longtemps dans ma vie, c’est mon p√®re. Il est malheureusement d√©c√©d√© avant de voir ma r√©ussite professionnelle. Je le regrette beaucoup mais j’ai toujours ma m√®re et elle est fi√®re de mon parcours.

Paresse : Est-ce qu’il vous arrive de ne rien faire ?

C’est simple, je r√©fl√©chis constamment √† comment faire pour moins faire. Avant je n’arrivais pas √† d√©connecter mais maintenant si. Quand c’est calme au restaurant, je peux rester √† la maison. Et c’est pareil pour l’√©quipe. C’est du donnant donnant. Quand c’est calme, tout le monde n’est pas forc√©ment l√†. L’√©quipe a besoin aussi de souffler pour contre balancer les moments plus tendus.

Avarice : Est-ce qu’√™tre chef permet de bien gagner sa vie ?¬†

Oui.

Luxure : Est-ce qu’√™tre chef emm√®ne un petit truc en plus vis √† vis des femmes ?¬†

Je n’en sais rien. Honn√™tement. Il est vrai que l’image des chefs a chang√©. Il faut juste faire attention √† notre r√īle, √† notre image. La gloire ne m’attire pas et nous, chefs, sommes pay√©s avant tout pour √™tre dans nos cuisines. Quand nos clients viennent dans nos √©tablissements, c’est pour nous, ce n’est pas pour avoir une doublure qui officie.

Je comprends la m√©diatisation quand elle met √† l’honneur nos √©tablissements, quand nous sommes les ambassadeurs de nos maisons et de nos √©quipes.

Gourmandise : Que faut-il avoir go√Ľt√© au moins une fois dans sa vie ?¬†

Un joli poisson avec un beurre blanc, un excellent vin, en regardant l’oc√©an. Ou un plateau de fruits de mer face √† l’oc√©an. Cela, il faut le faire au moins une fois dans sa vie.

Merci Ronan.

Une petite photo souvenir ūüôā

Hostellerie de Plaisance – 5 Place du Clocher, 33 330 Saint-√Čmilion

Enjoy !