Logo - Papilles et Pupilles

Chargement en cours...
Veuillez patienter...
P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

Thierry Lalet : Chocolaterie Saunion, Bordeaux

Bonnes adresses

Maison Saunion

Maison Saunion

A Bordeaux nous avons la chance d’avoir plusieurs chocolatiers de talent et parmi eux, Thierry Lalet, digne héritier de la Maison Saunion qui fête cette année ses 125 ans d’existence. Il a été élu en 1999 l’un des 50 meilleurs chocolatiers de France.  Moi qui ne suis pas très amateur de chocolat (oui oui, cela existe), il me le fait aimer. J’ai d’ailleurs participé récemment à un atelier chocolat/vins qu’il co animait à l’Ecole du Vin de Bordeaux et j’ai adoré. Je vous en reparlerai.

Thierry représente la 4è génération familiale. Son père qui avait une formation viticole et qui avait été directeur de plantations de caoutchouc en Indochine est tombé dans la marmite chocolat grâce à son épouse (3è génération). Plus jeune, Thierry n’envisageait pas forcément de reprendre l’entreprise, il a fait des études commerciales (BTS action co). Mais à la fin de celles-ci, il s’est dit : Pourquoi pas .

IL a d’abord suivi une formation de pâtissier avant de rejoindre l’entreprise il y a plus de 20 ans. Voici son portrait en 7 questions « péchés capitaux ».

Colère : Thierry qu’est-ce qui te met en colère ? 

Ce qui m’énerve c’est l’intolérance et les gens impatients. La chocolaterie, c’est un métier de patience.

Envie  : Y  a t-il un pâtissier que tu aurais aimé être ou que tu admires plus particulièrement ? 

Oui, Gaston Lenôtre. Il a révolutionné la pâtisserie et énormément influé sur le monde de chocolat. Il est l’équivalent en pâtisserie de Paul Bocuse en cuisine. Il a sorti la pâtisserie du labo. Il a été hyper méticuleux, précis. Pour te donner un exemple, pour lui un millefeuille ne devait pas rester plus de 30 minutes dans la vitrine d’un magasin. Sa rigueur était incroyable, et il était très en avance sur son temps. Il a formé les plus grands et il en a même fait une école. (Ecole Lenôtre). C’était en plus quelqu’un qui s’intéressait à tout, un personnage. Il s’est fait un nom, une réputation à l’international à une époque où l’on était bien loin des réseaux sociaux. C’est celui qui a amené la grandeur à la pâtisserie française.

Orgueil : De quoi es-tu le plus fier ? 

Je suis fier d’avoir réussi à reprendre l’entreprise familiale et de l’avoir faite perdurer. C’était un sacré challenge. Je ne pouvais pas vraiment faire ce que je voulais. Il y avait le regard des clients, le regard de la famille et un poids certain sur mes épaules. Alors certes, il y  avait aussi des points positifs comme une clientèle déjà existante mais je savais qu’elle allait m’attendre au tournant. Cela m’a obligé à redoubler de vigilance, à retravailler avec les équipes, à changer un peu les habitudes et à faire 2 fois plus attention.

Thierry Lalet

Thierry Lalet

Gourmandise : Que faut-il avoir goûté au moins une fois dans sa vie ? 

Une tarte Tatin. C’est mon dessert préféré.

Quel est pour toi le secret d’une bonne tarte Tatin ?

Il faut d’abord de bonnes pommes et puis surtout un très bon beurre, un beurre qui a du goût, qui ne soit pas qu’une texture neutre. Je ne supporte plus les tartes Tatin industrielles que l’on sert dans certains restaurants. Heureusement que d’autres continuent à en faire encore des vraies, maison.

Paresse : Est-ce qu’il t’arrive de ne rien faire ? 

De  plus en plus. J’ai appris qu’il fallait prendre du temps pour soi. Quelqu’un m’a fait remarquer récemment une chose que j’ai trouvée intéressante. Quand tu es dans un avion et qu’il y a un incident, les consignes de sécurité te disent de mettre d’abord ton masque à oxygène avant d’aider les autres. Cela m’a fait comprendre qu’il fallait aussi que je pense à moi pour aider les autres. Il faut prendre soin de soi, décrocher du boulot pour les choses importantes de la vie, la famille, les amis. Le temps passe très vite.

Avarice : Est-ce qu’être chocolatier te permet de bien gagner ta vie ? 

Ca dépend ce que tu appelles bien gagner sa vie. Je n’ai pas de collection de Porsches 🙂  Mais je vis bien. Après c’est difficile la chocolaterie, car en moyenne un artisan chocolatier réalise 50% de son chiffre d’affaires à Noël et 15 à 20 % à Pâques. La gestion est donc compliquée. En janvier l’entreprise est riche mais il faut tenir encore 11 mois. Et la gestion de trésorerie n’est pas évidente. En septembre, j’achète beaucoup de matières premières, chocolats, emballages et il faut tenir.

Luxure  : Est ce qu’être pâtissier amène un  petit truc en plus vis à vis des femmes ? 

L’image des métiers de bouche à changé en règle générale. Même s’il y  a le côté star, quand un enfant dit à ses parents qu’il voudrait être pâtissier, ceux-ci ont tendance à lui dire passe ton bac d’abord. Mais l’image est quand même bien plus positive aujourd’hui. Attention même si certains sont célèbres, ils ne sauvent pas des vies non plus. Il faut garder les pieds sur terre.

Merci Thierry.

Chocolaterie Saunion – 56 Cours Georges Clemenceau, 33 000 Bordeaux

Et sur le net

N’hésitez pas à y aller, vous vous régalerez.

Allez on en discute ?
Les commentaires
  • MOREAU a écrit le 9 décembre 2018

    C’est mon chocolatier préféré à Bordeaux, les feuilles d’automne au lait un vrai délice ?

  • Barbara a écrit le 9 décembre 2018

    merci à tous les 2

  • Jeannine a écrit le 10 décembre 2018

    Hello Anne ton article me fait salive r mais je n’aime que le chocolat noir mais noir noir
    Par ces temps maussades un petit carré est toujours le bienvenue

  • Jean Muller a écrit le 21 décembre 2018

    Une adresse magnifique, à conseiller à tous les amoureux de chocolat.

P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Photo - Anne Lataillade
Anne Lataillade
Auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS

Mon livre de recettes

Mon guide sur Bordeaux

Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas
Petit déjeuner
Brunch
Apéro
Entrées
Viandes
Poissons
Légumes
Féculents
Plats Complets
Sauces
Desserts
À l'heure du thé
Pique-nique
Par type de plats
Salades composées
Soupes
Tartes sucrées
Tartes salées
Plats mijotés
Plats sucrés salés
Cakes
Recettes légères
Gratins
Crumbles
Clafoutis
Avec des restes
Par événements
Buffets
Chandeleur
Epate Belle Mère
Saint Valentin
Saint Patrick
Pâques
Halloween
Recettes de fêtes
Desserts de fêtes
Cadeaux gourmands
Par régime alimentaire
Sans gluten
Sans lait
Sans oeufs
Végétarien
S'inscrire à la
newsletter
Les archives d'Anne
Dis, tu te souviens ?

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Photo - Anne Lataillade

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Cliquez ici si vous voulez en savoir plus sur moi.

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS
Me suivre aussi sur :

 Allez, on reste en contact  ?
FACEBOOK
207 000
followers
Pinterest
453 200
followers
Instagram
44 500
followers
Fermer