- Papilles et Pupilles - https://www.papillesetpupilles.fr -

Le b.a. ba du blé

Blé en herbe ©Yashkaru shutterstock

Blé en herbe ©Yashkaru shutterstock

Aujourd’hui je vais vous parler du blé. Ingrédient très présent de notre culture, on le retrouve dans le pain, les pâtes, les gâteaux etc. Mais d’où vient-il ? Qu’est- ce que le blé tendre, le blé dur ?  D’où vient-il ?

Bref voici tout ce que vous vouliez savoir sur le blé sans jamais avoir osé le demander.

Avoir du blé, être blond comme les blés… le blé ce sont 3 petites lettres qui se glissent dans de nombreuses expressions françaises. Le blé, on en cultive un peu partout. Mais ça dépend de quel blé on parle bien sûr !  Car, dans la famille des poacées (oui oui, c’est comme cela qu’on dit), on trouve le blé tendre et le blé dur, le deux espèces les plus cultivées d’une céréale qui compte des milliers de variétés.

Le blé c’est d’abord un beau brin de céréale dont les épis blondissent en juillet et donnent aux champs une teinte ensoleillée qui rime avec l’été. Voici son cycle en quelques étapes importantes :

Blé ©Olena Mykhaylova shutterstock

Blé ©Olena Mykhaylova shutterstock

Le blé revient de loin, d’il y a 15 000 ans pour être exact. C’est de cette époque que datent les 1ères traces sauvages du blé. Il est ensuite cultivé dès le néolithique (6000 ans avec J-C) dans la région du Croissant fertile, notre MoyenOrient actuel. Cru, grillé, en bouillie, le blé est la 1ère céréale apprivoisée et consommée par l’homme et leurs deux histoires s’écrivent ensemble au rythme des moissons depuis toujours. Ainsi, après avoir conquis les pharaons et les bords du Nil, la culture du blé s’est étendue rapidement en Asie centrale, et en Afrique jusqu’à atteindre l’Europe 3 000 ans plus tard.

Le blé tendre

Tendre, le blé est également connu sous le nom de froment.

Le blé tendre est cultivé dans toute la moitié nord du pays, notamment dans le Bassin Parisien, les Hauts-de-France, les Pays de la Loire et Centre-Val de Loire, et une large partie de la Bourgogne-Franche-Comté et du Grand Est. Qu’il soit exporté (c’est le cas de la moitié de notre production) ou consommé en France, le blé tendre a de multiples vocations. 53 % de sa production sont destinés à notre alimentation, ce qui n’a rien de surprenant quand on connait la diversité de ses ressources.

Farine, pains, biscuits, gâteaux, assaisonnement… le blé tendre est présent tous les jours dans notre assiette. Mais on le trouve également au menu des animaux (18% de sa production sont destinés à l’alimentation animale), dans certaines industries (papetière et pharmaceutiques notamment) et enfin dans les alcools, dont le bioéthanol.

Bio ethanol ©Rvector shutterstock

Bio ethanol ©Rvector shutterstock

Avec en moyenne, chaque année 37 millions de tonnes de blé tendre produites, la France est le 1er producteur et 1er exportateur historique de blé tendre de l’UE. Belle performance, mais… n’oublions pas qu’un Français adulte consomme en moyenne une demi baguette par jour !

Le blé dur

Dur, le blé offre de multiples facettes. 

Le blé dur est principalement cultivé dans le sud de la France où il profite d’un climat chaud et sec, mais également en Centre-Val de Loire. C’est l’ingrédient star des pâtes françaises ! D’abord transformé en semoule par la fragmentation de ses grains, sa pâte, obtenue par l’addition d’eau, est ensuite malaxée et pétrie avant de se transformer en spaghettis ou en penne, par le passage dans des filières qui donnent les formes aux pâtes. Elles sont ensuite séchées. Point de chauvinisme ici, puisque la qualité du blé dur est reconnue bien au-delà de nos frontières comme en témoignent les 75 % de production exportés et utilisés chaque année par les fabricants de semoule et de pâtes du monde entier. Le blé dur transformé est aussi l’ingrédient principal de la semoule, du pilpil, du boulghour et du blé concassé.

Pâtes ©Chyzh Galyna shutterstock

Pâtes ©Chyzh Galyna shutterstock

Avec en moyenne, chaque année 1,9 million de tonnes de blé dur produites, la France est le 2e producteur de blé dur de l’Union Européenne (derrière l’Italie) et le 2e exportateur européen de semoule.

Le grand petit plus du blé ?

Il y a autant de façons d’aimer le blé tendre et le blé dur que de bonnes raisons de les manger. Le blé dur est riche en vitamines B et en glucides, est l’un des meilleurs fournisseurs d’énergie de notre assiette. Le blé tendre est riche en fibres, en amidon et en protéine participant à notre équilibre alimentaire. Bref, le blé dur et le blé tendre ont encore de beaux jours à notre table devant eux !

En cliquant ici, découvrez toutes mes recettes avec du blé.

Source : Passion Céréales