- Papilles et Pupilles - https://www.papillesetpupilles.fr -

Le retour du café filtre et des cafés de spécialité

Café filtre (c) Coffee Lover shutterstock

Café filtre (c) Coffee Lover shutterstock

Amis des internets, si vous n’avez pas encore changé votre vieille cafetière pour une machine à expresso flambant neuve, sachez que non, vous n’êtes pas complètement has been mais au contraire à la pointe de la tendance.

Depuis quelques années, au fil de mes balades à l’étranger (Seattle, Londres, Dubai et surtout Melbourne, la capitale du café), je vois le petit noir bien serré remplacé par un café plus clair, moins amer, moins fort et infusé plus lentement. A l’intérieur de ces nouveaux établissements, point de clientèle old fashioned en pleine crise de nostalgie mais des jeunes branchés et des hipsters (plénoasme ?).

Hipster Land (c) Navistock shutterstock

Hipster Land (c) Navistock shutterstock

La mode arrive en France. Après Paris, Bordeaux est concerné aussi avec des établissements comme l’Alchimiste-Torréfacteur (12 rue de la vieille tour), Black List coffee (27, place Pey Berland) ou encore SIP coffee bar (69 Bis Rue des Trois-Conils).

Ces établissements servent ce qu’on appelle des cafés de spécialité : Ces cafés gourmets sont préparés avec des cafés répondant à des exigences qualitatives. C’est le top du grain de café à la fois en terme de culture, de zone géographique, mais aussi de production, de traitement, de torréfaction, de conservation et de préparation.

En discutant la semaine dernière avec un producteur brésilien chez l’Alchimiste Torréfacteur à Bordeaux-Darwin, j’ai appris que la culture du café, c’était comme le reste, ma pauvre Lucette. Tu as de la production artisanale, mais aussi et surtout de la production de masse avec forte utilisation de pesticides, d’herbicides et tout le toutim.

Yerk. Bon sang mais c’est bien sur !

La différence avec votre expresso classique se fait ensuite dans le type de préparation. Ils sont en effet préparés dans les règles de l’art : Choix d’un mélange ou d’un terroir unique (c’est comme pour le vin ou le chocolat, le terroir change le goût), torréfaction récente, mouture fraiche et choix du broyage (fin, moins fin etc.),  dosage précis au gramme près en fonction de la quantité d’eau,  température de l’eau, temps d’infusion, cela ne rigole pas.

Café filtre (c) ucchie79 shutterstock

Café filtre (c) ucchie79 shutterstock

On le sert principalement chaud mais cela existe aussi froid, à la façon d’un thé glacé (cliquez ici si vous voulez en savoir davantage : Cold brew coffee ou café infusé à froid).

Cold Brew Coffee (c) iMoa Kiatbordin Doojai shutterstock

Cold Brew Coffee (c) iMoa Kiatbordin Doojai shutterstock

Et est ce que c’est bon ? 

Parce que ça c’est quand même la question principale.

Eh bien oui. On a des cafés qui sont beaucoup moins amers, moins acides, plus fruités, plus aromatiques et plus doux. Ce n’est pas un café dans lequel vous avez envie de mettre du sucre, il est bon tel quel. Cela n’a pas grand chose à voir en fait avec un café noir dans un bistrot quelconque. Essayez ce qu’on appelle aussi le slow coffee et vous verrez.

Comment ne pas conclure en disant quelques mots sur le latte art ?

Le Latte Art est le nom donné à la technique de réalisation de motifs à la surface d’un cappuccino. On fait des petits dessins avec le lait c’est trop joli :). Et comme les barista des coffee shops sont au taquet sur le café, ils font aussi souvent du latte art.

Latte art (c) Coffee Lover shutterstock

Latte art (c) Coffee Lover shutterstock

Ne le répétez pas mais il m’arrive de prendre un cappuccino juste pour le dessin (ouch).

Bref. Ces cafés sont donc à déguster dans les coffee shops spécialisés et vous pouvez aussi vous équiper pour le faire vous même et acheter tout le matériel et le café sur des sites comme le girondin MaxiCoffee, le leader français. (#TeamGironde 😉 )

Avez-vous déjà vu ? bu ? goûté ? Qu’en pensez-vous ?