- Papilles et Pupilles - https://www.papillesetpupilles.fr -

Interview gourmande – Ferran Adrià : « Je me suis toujours intéressé à la cuisine maison »

Ferran Adrià ©Martin Schoeller

Ferran Adrià ©Martin Schoeller

El Bulli, le restaurant de Ferran Adrià détenait 3 étoiles Michelin. En 2002, 2006, 2007, 2008, 2009, il a été désigné meilleur restaurant du monde. Ce n’est rien de dire que j’étais impressionnée avant de l’interviewer à l’occasion de la sortie du calendrier Lavazza 2014. Je tiens d’ailleurs à les remercier de m’avoir donné cette extraordinaire occasion.

Ferran Adria, vous avez tout gagné, les 3 étoiles Michelin, le titre de meilleur restaurant du monde et ce, pendant plusieurs années, comment réussissez-vous à garder la tête froide et les pieds sur terre.

Je fais juste la différence entre ce que je suis et ce que je fais. Je suis une personne normale. J’ai aussi la chance de n’avoir eu aucun rêve particulier quand j’ai démarré la cuisine puisque j’ai commencé par hasard. On peut donc dire que j’ai réalisé 1000 fois mon rêve.

Aujourd’hui, c’est différent,tous les jeunes cuisiniers veulent être des Bocuse, des Guérard, passer à la télé. Cuisinier à la télévision, c’est un nouveau métier. C’est comme pour les media où il y a maintenant le nouveau métier de blogueur professionnel. Ce n’est ni mieux ni moins bien, c’est différent.

Qu’est-ce pour vous la cuisine maison ?

Je me suis toujours intéressé à la cuisine maison. Après ce qui est important, c’est de définir de quelle maison on parle. La mienne ? la votre ?  Cela change tout, et je ne parle même pas de l’aspect financier. On ne cuisine pas de la même façon si l’on dispose de 50 ou de 500 euros.  Il y a quelques années, bien avant Jamie Oliver, j’avais écrit ce livre : Cocinar in 10 minutos (cuisiner en 10 minutes).  C’était révolutionnaire à l’époque qu’un chef étoilé s’intéresse à cela.

J’ai aussi publié  Repas de famille, cuisiner à la maison avec Ferran Adrià (cliquez pour voir ce que j’en disais à l’époque).  Le livre avait nécessité 3 années de travail. Après, je dirai que c’est simple de cuisiner, il suffit juste de savoir si l’on veut y consacrer du temps ou pas.

De plus, il y a plein de choses qu’il est stupide de faire soi même. On ne fait pas son vinaigre, son pain, son huile d’olive, sa sauce soja. Il faut savoir ce qui est bon et ce qui ne l’est pas et acheter le meilleur. Pour le repas du soir par exemple, je vais au marché de la Boqueria, j’achète des raviolis, de la sauce tomate, du basilic, et pour le dîner, je n’ai qu’à assembler.

En 10 minutes c’est prêt !

Vous êtes l’un des visages de ce nouveau calendrier Lavazza, qu’est ce que le café représente pour vous ?

Je suis un ami personnel de la famille Lavazza. Cela fait 15 années que je travaille sur le café. C’est un produit très sophistiqué, très complexe. Il y a le séchage, la fermentation, la torréfaction etc. Pour moi ce n’est pas une boisson mais un ingrédient.

Couverture - Ferran Adrià

Couverture – Ferran Adrià

Quelques questions plus personnelles maintenant :

De quoi êtes vous le plus fier ?

De l’émotion que nous avons réussi à créer chez beaucoup de gens.

Que faut-il avoir goûté au moins une fois dans sa vie ?

La cuisine japonaise

Avec qui aimeriez vous partager un repas ?

Avec ma femme. .. Et aussi avec Picasso. Il était très sérieux vous savez.

Quels sont vos projets, vos rêves ?

Je travaille très dur avec mon équipe sur El BullI foundation. Nous codifions le génome de la cuisine, créons une classification des produits, de l’histoire de la gastronomie dans le monde entier.  Je présenterai nos résultats le 25 janvier à New York. Cela devrait servir à tous les métiers de la gastronomie.

Merci .

Le bonus : Le making of de la photo où Ferran Adrià parle créativité !

 Enjoy !