- Papilles et Pupilles - https://www.papillesetpupilles.fr -

Le skrei, le cabillaud haut de gamme de Norvège

Pêche au Cabillaud - Norvège

Pêche au Cabillaud – Norvège

L’histoire du cabillaud, c’est aussi celle d’une pêche ancestrale, d’aventures et de marins. Les récits de pêches miraculeuses confèrent à ce poisson un sens particulier, celui d’avoir façonné les hommes, leurs territoires et leur économie. Fierté des Norvégiens qui ont su le préserver grâce à une gestion des ressources exemplaire, cette population de cabillauds, une des seules au monde à avoir progressé ces dernières années, est pêchée toute l’année.

Le cabillaud se consomme de diverses façons, aussi bien frais que séché et salé, et prend alors le nom de morue.

Un poisson d’une finesse remarquable.

Reconnu par le monde de la gastronomie pour la délicatesse et la blancheur exceptionnelle de sa chair, le cabillaud de Norvège se prête à toutes les créations culinaires, des plus simples aux plus complexes. Sa teneur élevée en protéines, vitamines et minéraux permet également à ce poisson de s’intégrer parfaitement dans une alimentation saine et équilibrée.

Le Skrei de Norvège, une histoire à nulle autre pareille.

Une fois par an, depuis des temps immémoriaux, un événement unique se produit dans l’océan Arctique entre janvier et mars. Les côtes norvégiennes deviennent alors le théâtre d’un spectacle extraordinaire : des millions de cabillauds ayant atteint leur maturité sexuelle migrent depuis la Mer de Barents jusqu’aux zones de reproduction dans l’archipel des îles Lofoten, à environ 400 km au nord du cercle polaire.

Il n’y a pas d’autre endroit dans le monde où a lieu cet événement, et pas d’autre point géographique sur la carte où l’homme a accès à ce curieux poisson blanc. La tradition veut que chaque année les enfants se fassent les annonciateurs de l’arrivée du Skrei dans les petits villages de pêcheurs, nichés au coeur des criques. Dès cet instant, après des jours et des nuits d’attente, tous les bateaux, jusqu’alors amarrés dans les ports, se hâtent de prendre le large pour capturer ce poisson “hors du commun” avant qu’il ne regagne l’Océan Arctique.

De quand date la pêche au skrei

La pêche au Skrei remonte au Xe siècle après Jésus-Christ lorsque les Vikings norvégiens, qui ont été parmi les premiers à faire le commerce de cabillauds, ont reconnu sa valeur. Au début des années 1100, le roi Øystein I Magnusson a pris conscience de sa valeur et a ordonné à chaque pêcheur de lui payer une taxe de cinq Skreis. On dit qu’en 1896, plus de 32000 pêcheurs pêchaient le Skrei, et que l’on pouvait littéralement traverser les ports “sans se mouiller les pieds”, simplement en enjambant les bateaux. De nos jours, la pêche saisonnière du Skrei compte encore parmi les plus importantes du monde.

D’où vient le mot skrei ? 

Le nom est tiré du mot viking Skrida qui signifie « J’avance ». Au cours de son périple dans le dédale des fjords, l’alimentation du Skrei se modifie pour se composer essentiellement de capelan et de hareng. Ce nouveau régime combiné aux efforts effectués sur ce long trajet lui permettent de développer une chair ferme et blanche, très délicate et fine, un must pour tous les gourmets.

Comment cuisiner le skrei ?

Il se prête à une multitude de préparations culinaires, qu’il soit préparé juste avec un petit peu de beurre, une sauce simple ou dans des recettes plus sophistiquées.

Le skrei, le haut de gamme du cabillaud de Norvège

Le skrei, le haut de gamme du cabillaud de Norvège

Par ailleurs, son foie, ses oeufs et sa langue sont eux-mêmes considérés comme des mets très raffinés.

Le skrei de Norvège, une qualité garantie par un label qualité

Le skrei de Norvège, une qualité garantie par un label qualité

Le skrei de Norvège, une qualité garantie par un label qualité

Les critères d’obtention sont draconiens, ils concernent à la fois l’apparence globale du poisson ainsi que l’ensemble des étapes de sa pêche jusqu’à son expédition vers les lieux de distribution (poissonneries, grande distribution, restaurants). Attribué par un organisme certificateur indépendant, mandaté par l’industrie de la Pêche Norvégienne, ce label garantit au consommateur final un certain nombre de points qualité parmi lesquels :

Par ailleurs, seuls les fournisseurs préalablement enregistrés auprès du Centre des Produits de la Mer de Norvège peuvent prétendre au Label Qualité du Skrei de Norvège. C’est seulement alors qu’ils pourront fixer ce label sur la première nageoire du poisson, certifiant qu’il s’agit d’un authentique “Skrei de Norvège” et garantissant ainsi toutes les qualités qui font de ce poisson un produit d’exception.

Focus Santé : Le Cabillaud de Norvège, un poisson gourmand mais peu calorique !

Outre sa blancheur et sa finesse, la chair du cabillaud de Norvège est également très maigre ! Le cabillaud stocke les excédents de graisse dans son foie, et non dans ses muscles. Il représente de ce fait un apport calorique de 75 kcal pour 100 g de chair, et possède une teneur en lipides d’à peine 1 %. Un régal auquel succomber sans remords ! Ce poisson est également riche en sels minéraux et en oligo-éléments (calcium, potassium, magnésium, sélénium), et présente, comme le saumon, un taux protéinique important, situé aux alentours de 17 %.

De plus, ses taux de vitamines B12 et D en font un aliment des mieux pourvus en la matière, qu’il soit frais ou salé et séché. Avec le cabillaud de Norvège, les gourmands ne sont pas en reste : poêlé, mariné minute ou simplement cuit à la vapeur, il s’intègre facilement dans une alimentation saine et équilibrée puisqu’il regorge de bienfaits.

Si vous en trouvez, goûtez !

Un livre pour ceux qui veulent aller plus loin : Le Petit traité savant de la morue d’Odile Godard.