- Papilles et Pupilles - https://www.papillesetpupilles.fr -

Fraises

On les aime ou on les adore et elles sont le signe que le printemps est bien installé. Elles, ce sont les fraises. 23 500 tonnes sont produits en France, principalement dans le Sud ouest, le Sud Est et le Centre Ouest. La saison s’étale entre début mars et fin octobre avec la plein saison qui correspond à avril à juin. Les ménages français en consomment 2,5 kg par an.

Côté culture : Les fraises sont dans nos assiettes d’avril à fin octobre mais ont été plantées presque un an plus tôt. Les plants sont effectivement mis en terre tout au long de l’année précédente en fonction du type de plants et de la variété. Compte tenu de leur délicatesse, ils sont ensuite entretenus avec soin jusqu’à la récolte.

Mis dans une terre meuble, profonde et à tendance acide, ils sont arrosés avec parcimonie. Les fraisiers ne supportent ni une terre trop sèche, ni un excédent d’eau. Il faut donc trouver la bonne mesure en eau grâce au goutte à goutte qui abreuve sans excès les plants.

Pour les préserver des intempéries, les fraisiers sont protégés par des abris. Ils assurent ainsi une constance thermique tout au long de l’année et préservent les plantations des gelées matinales, du vent et de la pluie. Les fraises sont cueillies manuellement à maturité et soigneusement rangées en barquettes avant de se retrouver sur les étals des marchés.

Un peu d’histoire : Les fraises sont appréciées depuis l’époque romaine. En Europe, on ne connaît alors que la fraise des bois dont le goût parfumé est à l’origine de son nom : fragaria (qui veut dire parfum). Leur culture n’a réellement commencé qu’à la Renaissance. Les fraises des bois sont alors croisées avec le fraisier de Virginie puis le fraisier du Chili (XVIIIe siècle). Ces nouvelles variétés sont assez proches de celles que nous connaissons aujourd’hui. La culture de la fraise s’est ensuite généralisée au XIXe siècle et a donné naissance à plus de 600 variétés.

Comment acheter les fraises ?

Les fraises sont très fragiles. Il est donc recommandé de les acheter en petites quantités afin de les consommer au fur et à mesure et de profiter pleinement de leurs qualités gustatives. Les fraises doivent avoir la peau brillante, une couleur uniforme, avec une collerette et un pédoncule verts et réguliers. Préférez les fraises de producteurs sur les marchés, comme toujours pour les fruits et légumes, et des fraises locales.

Si vous habitez dans le sud ouest, mangez des fraises du Périgord ou du Lot et Garonne, si vous habitez la Bretagne, consommez des fraises de Plougastel. Elles auront normalement fait moins de transport et moins de frigo et seront cueillies à maturité donc meilleures..

Quel que soit l’usage prévu, privilégiez des fruits bien formés, rouges et dont la collerette et le pédoncule sont d’un beau vert vif. Evitez les feuilles jaunies ou les fruits avec des tâches : ils se conserveront mal et seront moins savoureux. Il faut compter environ 150 g de fraises par personne pour une consommation nature.

Comment conserver les fraises ?

Il faut les consommer rapidement après l’achat ou les garder 2 à 3 jours maximum dans le bac à légumes du réfrigérateur.

Comment préparer les fraises ?

Les sortir à température ambiante 20 minutes avant la dégustation. Les rincer rapidement sous l’eau fraîche sans les équeuter, afin qu’elles conservent leur goût et leurs vitamines.

En tarte, en salade, en soupe ou nature, les fraises se dégustent à tout moment de la journée, du petit-déjeuner au dîner, en passant par une pause gourmande au goûter. Les fraises se prêtent à toutes les fantaisies culinaires, mais c’est encore à la croque qu’on les préfère : rincez-les tout simplement et savourez-les sans attendre ! Je les aime aussi avec un peu de sucre et un tout petit peu de vin rouge.

Des fruits abîmés ou trop avancés font de délicieuses confitures ou chutney pour prolonger le plaisir du printemps tout au long de l’année.

L’astuce en plus : La fraise s’imprégnant facilement des odeurs étrangères, éviter de la stocker avec des produits comme le poireau ou l’ail.

Parmi les nombreuses variétés existantes (plus de 600), on peut citer la Charlotte, la Ciflorette, la Darselect, la Gariguette (20% de la production française et moi je ne l’aime pas beaucoup), ou la Mara des bois. Selon la variété, la saison de maturation des fraises s’étend de mai à septembre dans l’hémisphère Nord. Par des techniques de cultures artificialisées de types hors-sol, sous tunnel et chauffée, il est possible de produire des fraises en dehors de cette période (novembre à avril) mais je déconseille fortement. On mange des produits de saison et puis c’est tout.

A noter, l’autre jour, j’ai goûté des fraises label rouge qui m’ont réconciliée avec la Gariguette qu’habituellement je n’aime absolument pas.

Cliquez ici pour des recettes avec des fraises et là pour des reportages sur  : De la serre à l’assiette en plein coeur du Lot et Garonne (1/2) et De la serre à l’assiette en plein coeur du Lot et Garonne (2/2).

La fraise en chiffres :

L’info épate belle mère :

La fraise doit son nom à un marin ! En 1714, un officier de marine de Louis XIV, Amédée-François Frézier, passionné de botanique, rapporte d’une expédition au Chili de beaux et juteux fruits rouges, de variété Fragaria chiloensis. Celle-ci sera ensuite croisée avec la Fragaria virginiana, rapportée du Canada par Jacques Cartier et alors déjà cultivée à Plougastel, pour donner naissance à la Fragaria ananassa, la “mère” des variétés modernes. Grâce à ce mariage, la fraise, plus grosse et plus parfumée, devient populaire en France.

Enjoy !

D’après un dossier www.lesfruitsetlegumesfrais.com