- Papilles et Pupilles - https://www.papillesetpupilles.fr -

Concombres amers

Des légumes un peu bizarres d’aspect et qui m’ont intrigué. J’ai demandé au commerçant qui les vendait ce que c’était (pas d’étiquette) et j’ai appris que c’était des concombres amers. Comme j’étais à Paris, je n’en ai pas ramené 2 ou 3 dans mon sac à main, et si j’en crois ce que j’ai lu chez Sophie.

Edit : Le blog n’était plus accessible : je vous mets ce qu’elle en disait à l’époque :

A propos des concombres amers

Ni plante grasse, ni réaction épidermique, il s’agit bien en revanche d’un légume, originaire d’Okinawa. La traduction littérale parle de melon amer, d’autres mentionneront concombre amer. Il est vrai que c’est assez proche du melon et du concombre de part la texture, mais la ressemblance s’arrête là. Car pour le reste, comme l’indique le nom c’est AMER.

On le trouve sous les noms de nigauri, (margose en français) mais goya convient également puisqu’il s’agit du nom donné à Okinawa pour ce légume qui en est originaire.

Riche en minéraux et vitamine C (résistante à la chaleur même après cuisson), il est souvent utilisé en itamemono (plat sauté), sunomono (salade vinaigrée) et aemono (salade composée). Vous l’aurez compris, ce qui fait la particularité de ce légume c’est son amertume due à la présence de cucurbitacine (un type de flavonoïde). C’est excellent pour l’immunité, la prévention du diabète ou de certains cancers. En dépit de toutes ses qualités (il contient aussi des vitamines B1 et B2, du béta-carotène, des fibres diététiques et du potassium), je ne pense pas le cuisiner souvent car pour ma part, j’ai trouvé cela immangeable.

J’avais pourtant bien ôté la partie centrale responsable d’une bonne partie de l’amertume avant de faire revenir à la poêle dans un peu d’huile. Mais je dois avouer que c’est allé à la poubelle dès la première bouchée avalée recrachée. Si quelqu’un à des astuces à me donner pour le cuisiner, je veux bien refaire un essai.