- Papilles et Pupilles - https://www.papillesetpupilles.fr -

Allergie et Intolérance : Qu’est ce que c’est ? Quels sont les symptômes ?

Comprendre allergie et intolérance alimentaire

La plupart des individus mangent une grande variété d’aliments sans encourir le moindre risque. Car la diversité alimentaire de notre pays tropical nous le permet. Pour un petit pourcentage de la population, cependant, des aliments ou des composants spécifiques peuvent provoquer des réactions secondaires allant d’une légère rougeur à une sévère réponse allergique.

Les réactions alimentaires secondaires peuvent être dues à une allergie ou une intolérance alimentaire. Alors qu’environ une personne sur trois s’estime allergique à certains aliments, en réalité, la prévalence de l’allergie est estimée à environ 10 % de la population à Maurice. Chez les enfants, elle est un peu plus élevée bien que chez la majorité des enfants, les allergies disparaissent après l’entrée à l’école.

La différence entre l’allergie et l’intolérance alimentaire

Une réaction secondaire à un aliment est souvent assimilée à une allergie alimentaire. Dans la plupart des cas, il s’agit toutefois de quelque chose d’autre, probablement une intoxication alimentaire, une aversion pour un aliment ou une intolérance à l’un des ingrédients de l’aliment… D’où l’amalgame des allergies au plat en entier.

L’allergie alimentaire est une forme spécifique d’intolérance alimentaire qui active le système immunitaire. Un allergène (une protéine dans l’aliment incriminé, qui chez la majorité des gens ne produit pas d’effets secondaires) provoque une réaction en chaîne dans le système immunitaire aboutissant la libération d’anticorps. Ces anticorps entraînent à leur tour la libération d’autres molécules, comme l’histamine, qui donnent libre cours à des symptômes variés comme un nez qui coule, de la toux, un éternuement ou des démangeaisons. Les allergies alimentaires sont souvent héréditaires et habituellement identifiées tôt dans la vie. L’intolérance alimentaire implique le métabolisme, mais pas le système immunitaire.

Que se passe-t-il au cours d’une réaction allergique ?

Le système immunitaire protège généralement l’organisme de protéines étrangères ou générant une réponse visant à les éliminer. L’allergie est essentiellement “une immunité qui tourne mal” : une substance normalement sans danger est perçue comme une menace – un allergène – et attaquée par les défenses immunologiques de l’organisme.

Dans une vraie réaction allergique, l’organisme produit des anticorps (une protéine qui se lie spécifiquement à une autre protéine appelée antigène – l’allergène – pour la désactiver et l’éliminer). Les immunoglobulines E (IgE) sont des anticorps qui réagissent avec l’allergène et provoquent ensuite une réaction avec les mastocytes (cellules tissulaires) et les basophiles (un type de cellule sanguine). Les mastocytes se retrouvent à la surface de la peau et dans les membranes tapissant le nez, l’arbre respiratoire, les yeux et les intestins.

Une substance appelée histamine ou d’autres substances sont libérées à partir des mastocytes (les cellules immunitaires de notre corps) et créent la réponse allergique. Les effets secondaires sont immédiats et habituellement localisés. Certaines réactions se produisent plusieurs heures ou même plusieurs jours après l’exposition. Elles sont généralement appelées réactions “d’hypersensibilité retardée”. D’où la difficulté à trouver l’aliment en cause…

Heureusement, la plupart des réactions allergiques sont relativement modérées, mais un petit nombre d’individus peut être victime d’une réaction parfois mortelle, l’anaphylaxie. Une réaction anaphylactique peut se produire quelques minutes seulement après une exposition et un contrôle médical est alors absolument nécessaire.

L’histoire familiale est l’un des éléments les plus prédictifs de l’allergie alimentaire. Les enfants ayant un parent allergique ont deux fois plus de risques de développer une allergie alimentaire que les enfants n’ayant pas de parent allergique. Si les deux parents sont allergiques, le risque s’élève entre quatre et six fois. L’allaitement maternel pourrait réduire le risque d’allergie alimentaire par rapport aux laits pour nourrissons. Chez les bébés de familles souffrant d’allergies, l’allaitement maternel exclusif pendant quatre à six mois semble fournir un degré de protection.

Dr Omila RAMPHUL-DAUL
Chef de clinique des hôpitaux de Strasbourg, France

Symptômes des allergies alimentaires

Respiratoire :

Cutané :

Gastro-intestinale :

Généralisés :

source