P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

Conseils anti gaspillage en cuisine

Alimentation et nutrition

Gaspillage fruits et légumes ©SpeedKingz shutterstock

Gaspillage fruits et légumes ©SpeedKingz shutterstock

Envie de limiter le gaspillage et de cuisiner les restes ? Mieux gérer ses achats, bien conserver, savoir préparer et cuisiner les restes… Voici des conseils pour éviter le gaspillage en optimisant au mieux votre consommation de pommes de terre, et de fruits et légumes frais.

Planifiez vos courses

Le plus souvent, nous jetons parce que nous nous sommes un peu “lâchés” au moment de l’achat. La tentation de légumes ou de fruits qui n’étaient pas notés sur la liste, l’envie d’en prendre “un peu plus parce qu’on ne sait jamais”… Il suffit pourtant de s’organiser un peu pour optimiser cette phase essentielle.

Anticipez les quantités. Par définition, les fruits, légumes et pommes de terre sont des denrées fraîches, donc périssables. Inutile d’établir une liste exhaustive de chaque repas de la semaine. Déterminez plutôt un nombre de menus incontournables et prévoyez une marge pour accommoder les restes.

Vérifiez la maturité. “C’est pour consommer aujourd’hui ou dans trois jours?” Laissez-vous guider par votre primeur ou chef de rayon pour déguster fruits et légumes au meilleur moment. N’oubliez pas que poires, bananes, kiwis, avocats peuvent finir de mûrir tranquillement chez vous. Et en saison, les fruits et légumes frais seront au top de leur rapport qualité/prix.

Fractionnez vos achats. Si vous le pouvez, approvisionnez-vous en fruits et légumes frais plusieurs fois par semaine. Idéalement, en deux sessions de courses : une première pour les fruits et légumes de base (carottes, navets, pommes de terre, pommes, poires, oranges, tomates, concombres, courgettes…) ; une seconde pour renouveler les produits manquants et pour acheter les plus fragiles (salade, épinards, endives, mangue, fraises, radis, abricots…).

Salade (c) Shebeko shutterstock

Salade (c) Shebeko shutterstock

N’oubliez pas de vous laisser tenter par la nouveauté.

Cuisiner un légume ou un fruit qu’on ne connaît pas entretient la curiosité et le goût de cuisiner !

Une conservation sur mesure

De retour à la maison, prenez soin d’adopter pour chaque variété de fruits et légumes frais le mode de conservation idoine.

À température ambiante. C’est le mode de conservation requis pour la plupart des fruits. Pomme, poire, orange, pomelo, kiwi, clémentine… Sachez cependant que certains d’entre eux (pomme, banane, poire) dégagent de l’éthylène en mûrissant, qui a la particularité d’accélérer le mûrissement des fruits situés à proximité.

Au frais. À défaut de pouvoir disposer de la fraîcheur d’un cellier ou d’une cave, le bac à légumes du réfrigérateur conviendra parfaitement à la plupart des légumes (à l’exception des tomates qui y perdraient leur saveur) et aux fruits rouges, assez fragiles. Le bac à légumes convient aussi aux pommes de terre. Ces dernières n’aiment pas la lumière, qui leur donne un aspect verdâtre et une saveur amère. Une conservation au frais ralentit par ailleurs leur germination. Le compartiment principal du réfrigérateur est recommandé, lui, pour stocker les fruits et les légumes déjà entamés ou découpés (avocat, citron, potiron, chou…).

Un conseil: investissez dans des boîtes hermétiques de différents formats pour une conservation et un rangement optimisés.

Légumes congelés ©igorsm8 Shutterstock

Légumes congelés ©igorsm8 Shutterstock

Au congélateur. Bien lavés, séchés et coupés, fruits et légumes (à l’exception de ceux, très riches en eau comme l’ananas, le kiwi et les agrumes) s’y conservent jusqu’à un an! Congelez les fruits répartis sur un plateau une première fois, puis placez-les dans des sachets congélation.

Un conseil: dénoyautez les fruits à noyaux. Les légumes, eux, passeront de préférence au préalable par une cuisson “à l’anglaise” (blanchis 2 à 5 minutes, puis plongés dans l’eau glacée pour conserver leur couleur).

En bocaux. Grâce à l’appertisation, les bocaux de fruits et légumes frais préservent durant plusieurs mois le goût et la saveur de vos produits. Ne vous en privez pas. Vous pourrez ensuite déguster les fruits nature, en compote, clafoutis ou tarte. Les légumes seront délicieux réchauffés avec un filet d’huile d’olive ou une noix de beurre, ajoutés à un cake ou cuisinés sous forme de tarte.

En confitures et gelées. Misez sur les fruits des beaux jours (fraises, cerises, mirabelles, abricots…), qui se conserveront ainsi six mois, pour donner du goût à vos petits-déjeuners (tartines), vos goûters (pain brioché tartiné) et vos desserts (fromage blanc).

Légumes (c) Nesterenko Maxym shutterstock

Légumes (c) Nesterenko Maxym shutterstock

Au secours j’ai cuisiné pour un régiment : 

Il vous reste une grande quantité de légumes crus ou cuisinés ? Il existe mille et une manières de leur donner une deuxième vie.
Finement coupés pour accompagner des pâtes, en soupe, en purée, en gratin (avec béchamel et fromage râpé), en flan ou clafoutis salé, en omelette ou encore sous forme de croquettes… Le secret de cette transformation gourmande – et rapide à préparer! – réside aussi dans la manière de l’accommoder: herbes fraîches, épices, aromates…

Objectif zéro déchet

Fanes, feuilles, parures… Pourquoi les jeter systématiquement ?

Elles relèvent de leur goût les soupes et les salades. Quant aux épluchures, personne ne vous conseille d’en faire des salades, mais sachez que de nombreux fruits et légumes se consomment avec leur peau (courgette, concombre, pomme, poire, aubergine, poivron, potimarron, pomme de terre pour les variétés à peau fine…).

Les pelures de pommes de terre, saisies quelques instants dans une huile à 160 °C, font d’ailleurs de délicieuses chips ! Si d’aventure vous vous retrouvez avec des épluchures, pensez au compostage pour fertiliser votre jardin ou les plantes de votre balcon.

Gaspillage alimentaire (c) nito shutterstock

Gaspillage alimentaire (c) nito shutterstock

De nos cuisines à l’Assemblée Nationale

Nous jetons beaucoup trop !

Chaque année, un Français jette 20 à 30 kg de nourriture, soit une perte annuelle de 120 à 160 euros par personne. Si la chasse au gaspi commence dans nos cuisines, la lutte contre le gâchis alimentaire est désormais en partie encadrée par une loi votée le 21 mai 2015. Elle concerne les moyennes et grandes surfaces de plus de 400 m2. Ces dernières n’ont désormais plus le droit de rendre impropres à la consommation leurs invendus alimentaires. Mais c’est aussi et surtout dans nos cuisines, au quotidien, que la lutte contre le gaspillage doit s’organiser.

Source : Lesfruitsetlegumesfrais.com

Allez on en discute ?
Les commentaires
  • Isabelle a écrit le 6 janvier 2016

    Merci pour tous ces conseils Anne. Personnellement j’utilise beaucoup le compostage (j’ai un petit jardin et ainsi j’enrichis la terre de mon potager à moindre frais!), j’épluche le moins possible les fruits et légumes puisque c’est dans la peau que sont concentrées les vitamines, cependant pour profiter des bienfaits sans soucis, il faut consommer des fruits et légumes non traités (issus de l’agriculture biologique): en effet, la peau concentre les produits phytosanitaires appliqués lors des différents traitements et quand on apprend qu’il y a plus de 30 traitements différents sur des pommes en agriculture conventionnelle, il y a de quoi se poser des questions. Peler la pomme ne suffit pas, il faudrait enlever au moins 5 mm de chair pour éliminer les traces de produits donc, consommer local et bio le plus possible est une bonne solution pour profiter de tous les bienfaits des fruits et légumes.
    Autre astuce pour éviter de se mettre dans des conditions de gaspillage potentiel : ne jamais faire les courses le ventre vide ! c’est le meilleur moyen pour faire des achats compulsifs et surdimensionnés, ce qui augmente d’autant le risque de jeter ensuite !

    • Anne a écrit le 6 janvier 2016

      C’est vrai que faire ses courses le ventre vide, c’est mortel.

  • Barbara a écrit le 6 janvier 2016

    merci Anne
    à bientôt

  • Valérie@EnvieVoyages a écrit le 6 janvier 2016

    J’aime beaucoup ce genre d’article. Surtout que je suis dans cette optique de diminution de mes déchets. Les fanes j’en fais des soupes, les pelures vont dans mon compost pour mon jardin. D’ailleurs depuis le 1er janvier, ma commune a introduit le bac à compostage en plus des poubelles traditionnelles. Chouette initiative en somme 😉

    • Anne a écrit le 6 janvier 2016

      Ah oui, super chouette initiative !

      • Barbara a écrit le 7 janvier 2016

        ici on nous en a distribué individuellement (petit village)

        en plus de toutes les grosses collectes sélectives et gratuites à domicile sur simple coup de fil extra

  • claude a écrit le 6 janvier 2016

    Merci Anne! ce sont des conseils de bon sens, toujours bienvenus! je fais du compost avec les déchets, je cuisine beaucoup les  » restes », et j’ai la chance de pouvoir aller au marché deux fois par semaine.

  • Maliboo a écrit le 7 janvier 2016

    Bonjour,
    Je voudrais juste apporter une petite précision concernant la conservation des pommes de terre 😉

    « Conserver des pommes de terre au froid aura pour effet de transformer plus rapidement l’amidon qu’elles contiennent en sucre et donc de rendre leur texture granuleuse à la cuisson. Nous vous recommandons de conserver vos pommes de terre dans un endroit frais, sec et à l’abri de la lumière. En revanche, les pommes de terre primeur qui sont un produit frais peuvent se conserver au frais mais pas plus de 2 à 3 jours. » (source 750g)

    J’en ai fait l’expérience lorsque je conservais mes pommes de terre au réfrigérateur, elles avaient toutes ce même goût sucré.

    Bonne journée et bravo pour tes articles que je lis toujours avec plaisir.

    • Anne a écrit le 8 janvier 2016

      Merci de ce conseil

    • nanou a écrit le 14 janvier 2016

      j’achète toujours mes p;de;terre au rayon bio du supermarché. 1kg30 ts les 10 jours . je les mets en bas du frigo . aucun problème elles sont délicieuses .
      quelle différence avec les autres pommes de terre !

  • Brigitte a écrit le 7 janvier 2016

    Merci pour ces précieux conseils

    • Anne a écrit le 8 janvier 2016

      Avec plaisir Brigitte

  • Coco a écrit le 7 janvier 2016

    Toutes les semaines, en principe le jeudi, à mi-chemin entre mes courses du mardi et du samedi, je fais ma « journée frigo ». Je ne prévois pas de repas pour ce jour là et je cuisine en fonction de ce qu’il me reste. Et j’avoue qu’au fil du temps, j’ai pris gout à cette journée qui donne libre cours à mon imagination culinaire!
    Merci Anne pour tes précieux conseils, tes bonnes recettes et ta joie de vivre communicative.

  • evaliya cuisine a écrit le 7 janvier 2016

    Merci pour tous ces précieux conseils.

  • MireilleB a écrit le 19 janvier 2016

    Je ne jette…. rien ou presque!
    Compostage, poules, achats réfléchis, partage….
    Partager: on a oublié cette valeur! donner ce qu’on a en trop, ou échanger tout simplement!
    Merci pour cet article !

Sur Facebook
Sur Hellocoton
P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anne Lataillade

auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS

Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas
Petit déjeuner
Brunch
Apéro
Entrées
Viandes
Poissons
Légumes
Féculents
Plats complets
Sauces
Desserts
A l'heure du thé
Pique nique
Par type de plats
Salades composées
Soupes
Tartes
Tartes salées
Plats mijotés
Plats sucrés salés
Cakes
Recettes légères
Gratins
Crumbles
Clafoutis
Avec des restes
Par événements
Buffets
Chandeleur
Epate Belle mère
Saint Valentin
Pâques
Halloween
Recettes de fêtes
Desserts de fêtes
Cadeaux gourmands
Par régime alimentaire
Sans gluten
Sans lait
Sans oeufs
Végétarien
Les archives d'Anne
Dis, tu te souviens ?

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS
Me suivre aussi sur :

 Allez, on reste en contact  ?
Google +
127 300
followers
Pinterest
411 800
followers
Instagram
24 300
followers
La journée promet d'être magnifique aujourd'hui en Irlande
Lismore Castle - Irlande
Tomastown - Irlande
Les  couleurs de l'Irlande
Sur le vif...
Fermer