P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

Crèmes : crème fraîche, crue, épaisse … comment s’y retrouver dans les crèmes

Photothèque Epicerie Produits et Ingrédients

Crème fraiche ©Nickola_Che - Shutterstock

Crème fraiche ©Nickola_Che –Shutterstock

Sur le site de la Maison du lait, on peut lire que les français ne sont pas de grands consommateurs de crème. A mon avis il doit y avoir une grosse disparité régionale entre Nord et Sud ou entre la Normandie et le reste du pays 🙂  Quoi qu’il en soit 380 000 tonnes de crème ont été fabriquées en France en 2012 et chaque habitant en consommait 3,7 kg par an. Ceci classe la France dans la moyenne des pays européens loin derrière la Finlande, la Suède et le Danemark.

Les crèmes se différencient selon leur teneur en matière grasse, leur conservation et leur texture.

La teneur en matières grasses de la crème fraîche

=> La crème fraiche (30 à 40% de matières grasses)

La crème fraiche naturellement liquide peut être crue ou pasteurisée.  C’est un un produit laitier frais et sa date limite de conservation est courte.

  • La crème crue (30 à 40% MG) est la crème liquide issue de la séparation du lait et de la crème, directement après l’écrémage. Elle ne passe pas par une étape de pasteurisation. Pour les bordelais je vous recommande chaudement l’excellente crème crue vendue à la Ronde des Fromages au Marché des Capucins.
  • La crème fraîche pasteurisée : Elle est chauffée à une température de 72°C pendant une vingtaine de secondes pour éliminer les micro organismes. Elle peut être liquide (c’est elle que l’on appelle crème fleurette) ou épaisse. Quand elle est liquide, c’est la crème à utiliser pour la fabrication de la crème chantilly car elle se prête bien au foisonnement.

=> Les crèmes allégées (12 à 30% de matières grasses) sont obtenues au moment de l’écrémage. Dans l’écrémeuse centrifugeuse, les corps gras ont la propriété d’être plus légers que les autres composants du lait. Ils restent donc au centre. Il suffit alors de prélever la crème au plus loin du centre. On peut les trouver liquides ou épaisses, pasteurisées ou stérilisées. On ne peut pas faire de chantilly avec de la crème allégée. Cela ne fonctionne pas.

A noter que la seule dénomination crème fraîche signifie que la crème a été pasteurisée (sauf pour la crème fraîche crue) car, d’après la loi du 29 juin 1934, la mention pasteurisée n’est pas obligatoire.

Crème © Gayvoronskaya_Yana shutterstock

Crème © Gayvoronskaya_Yana shutterstock

Les crèmes de longue conservation 

Ce sont les crèmes que l’on peut garder dans un placard pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois. Pour se conserver aussi longtemps elles ont été soit stérilisées soit chauffées selon le procédé UHT. Dans le premier cas la crème a été chauffée à 115°C pendant 15 à 20 minutes. Dans l’autre, la crème est chauffée pendant 2 secondes à 150°C. Dans les 2 cas, la crème est ensuite rafraichie très rapidement pour conserver ses qualités gustatives.

Les crèmes stérilisées n’ont pas droit à l’appellation crème fraîche.

Les crèmes liquides ou épaisses 

Pour obtenir une crème fraîche épaisse, la crème liquide est ensemencée après pasteurisation et refroidissement à 6 ou 7°C avec des ferments lactiques qui, après maturation, donneront à la crème cette texture plus épaisse et ce goût plus acide et plus riche.

Côté cuisine elles n’ont pas tout à fait les mêmes utilisations : La crème liquide se mêle facilement à toutes les préparations sans les épaissir. Elle donne du moelleux aux appareils à quiches et tartes salées.

Le goût acidulé de la crème épaisse donne une touche inimitable aux sauces traditionnelles de la cuisine française. Elle est excellente aussi dans les épinards à la crème. Elle accompagne également un dessert comme un brownie ou une tarte Tatin.

Crème liquide ©kuvona shutterstock

Crème liquide ©kuvona shutterstock

Quelques informations supplémentaires : 

Il existe 2 crèmes bénéficiant d’Appellations d’Origines Protégées : 

=> La crème AOP d’Isigny (minimum 35% MG) est une crème fraîche épaisse pasteurisée, qui est produite dans des zones géographiques bien définies du Cotentin et du Calvados et selon un procédé très précis.

=> La crème de Bresse, épaisse ou semi épaisse bénéficie elle d’une AOC. Elle affiche un taux de matière grasse de 36% minimum, ce qui lui confère une incomparable onctuosité et se caractérise par des notes de lacté cuit, de biscuit sucré, de fruité et de fraîcheur en bouche. Elle doit être produite dans les départements de l’Ain, de la Saône et Loire et en bordure du Jura.

  • La Crème AOP de Bresse épaisse se prête bien à la cuisine ou à la dégustation nature. Sa maturation biologique longue se traduit par une texture épaisse et une expression aromatique très développée. Elle se caractérise par un goût vif et frais, et par sa rondeur et son onctuosité en bouche.
  • La Crème AOPC de Bresse semi-épaisse : sa lente maturation biologique lui donne une texture semi-épaisse, favorisant le développement d’arômes subtils et révèle les saveurs du terroir bressan.
Crème de Bresse

Crème de Bresse

Et la crème biologique ? 

Les crèmes portant le logo AB, sont des crèmes fabriquées à partir de lait provenant de vaches élevées et nourries en fonction des règles en vigueur du label.

Et la crème chantilly ?

C’est une crème fouettée qui contient au minimum 30 % de matières grasses. La seule addition autorisée est celle du sucre et éventuellement des matières aromatiques naturelles (vanille par exemple).

Les infos épate belle mère

La petite histoire : La crème fraiche fût appréciée très tôt par de nombreux peuples : Nomades d’Asie, Celtes, Vikings, … Au Moyen Âge, en Europe, la crème fût d’abord une spécialité française. Elle était servie sur les tables médiévales, notamment pour accompagner les fromages frais, puis pour accommoder les légumes et les féculents.  C’est au 18è siècle que son usage se généralise pour s’imposer définitivement en cuisine au 19°è siècle.

Chiffre : Avec plus de 65% d’eau, de 12 à 40% de lipides, la crème fraîche est la matière grasse la moins calorique.

Conseil diététique : La crème épaisse n’est pas plus grasse que la crème liquide : après pasteurisation, la crème est, ou non, ensemencée par des ferments lactiques. Une crème épaisse a subi cette fermentation, ce qui permet d’agir sur sa texture. Si la crème n’est pas ensemencée, elle reste tout simplement liquide. Une crème « épaisse » n’est donc pas plus calorique qu’une crème « liquide ».

Crème épaisse © Sea Wave Shutterstock

Crème épaisse © Sea Wave Shutterstock

Les Astuces :

  • Contrairement aux idées reçues, la crème fraîche ne craint pas une légère cuisson. Il est même bon de la chauffer, car incorporée au dernier moment, elle ne donne qu’une sauce liquide. Dans la première minute de cuisson, elle se liquéfie, puis elle reprend corps au fur et à mesure que son eau s’évapore, et c’est là que l’on en tire le meilleur parti. Seules les très fortes températures de cuisson sont à éviter.
  • Pour la choisir : La crème se choisit en fonction des utilisations. Pour une chantilly, il est recommandé d’utiliser une crème liquide pasteurisée avec au moins 30% de matière grasse. Pour une sauce d’accompagnement de poissons ou de crudités, il est préférable de choisir une crème épaisse.
  • Pour la servir : Sucrée ou salée, la crème est une véritable botte secrète. Au gré des épices ou des herbes aromatiques, elle prend de jolies couleurs et apporte douceur et onctuosité aux poissons, viandes, légumes et fruits.

Que faire avec la crème ?

  • Ganache au chocolat : mélange traditionnel de chocolat et de crème fraîche, elle s’utilise pour confectionner des truffes, des macarons, des tartes ou des glaçages. Un basique incontournable.
  • Pannacotta : crème liquide, sucre et gélifiant. Résultat : un dessert ferme et fondant, déclinable à l’infini en fonction du parfum que l’on associe. Cliquez ici pour des recettes de panacotta.
  • Glace : classique façon crème glacée, astucieuse en glace minute aux fruits pour ceux qui ne possèdent pas de sorbetière  : mixer fruits surgelés et sucre, puis ajouter la crème… et direct au congélateur. Cliquez ici pour des recettes de glaces.

Pour plus d’informations, le site de la Maison du Lait et le site du ministère de l’économie et des finances.

Enjoy !

Allez on en discute ?
Les commentaires
  • Mag a écrit le 28 mai 2014

    La crème d’Isigny n’est plus la seule à bénéficier d’une Aoc. Elle doit aussi compter sur la crème de Bresse.

    • Anne a écrit le 28 mai 2014

      Merci Mag, je la rajoute

  • Bao a écrit le 29 mai 2014

    Très utile 🙂 merci Anne

  • Mu a écrit le 29 mai 2014

    Merci pour cet article! Mais que penser de la crème fleurette ? Quelle est sa particularité ?

    • Anne a écrit le 29 mai 2014

      Pour la crème fleurette, elle fait partie des crèmes crues. La dénomination crème fleurette est réservée à la fleur de la crème ! C’est une crème fraîche entière liquide et douce qui n’a subi aucun ensemencement et qui est simplement pasteurisée. Elle se conserve plusieurs jours au froid. Entière, (30% de M.G. minimum) elle présente une grande capacité d’intégration des bulles d’air quand on la fouette, ce qui en fait la crème idéale pour faire une chantilly très aérienne ou une crème fouettée !

      • MU a écrit le 29 mai 2014

        ah d’accord, merci Anne pour ces précisions! jusqu’à présent la seule différence que je connaissais, c’était la présence de conservateurs dans la crème Fleurette (yoplait) contrairement à l’épaisse, et ça ne me plaisait pas ^^

        • Anne a écrit le 29 mai 2014

          de rien, j’ai fait des recherches parce que pour moi aussi c’est un peu nébuleux 😉

          • valérie Ma Maman la fée a écrit le 9 septembre 2015

            Bonjour Anne,

            merci pour ton article et tes explications.

            J’ai pour ma part noté récemment que dans la crème liquide en petites briquettes de 20 ou de 25cl de la marque la plus fréquente et souvent la plus recommandée pour la chantilly, il y avait des additifs. et je me demandais justement à quoi ils servaient????
            depuis, j’ai acheté de la fleurette en bouteille, mais du coup, je lui ai trouvé une différence de goût…

          • Anne a écrit le 9 septembre 2015

            Ils doivent servir à ce que ta crème tienne plus longtemps; Mais moi je n’aime pas les additifs. Je préfère la crème entière sans rien d’autre dedans et tant pis si elle ramollit un tout petit peu.

  • Camille a écrit le 9 août 2015

    Bonjour Anne,
    Je me permet de vous écrire car suite à la lecture de votre article, j’ai noté quelques petites erreurs. Notamment sur la crème CRUE. J’ai écrit tout un article sur le sujet sur mon blog car je suis Fromagère et que les produits laitiers sont pour moi une véritable vocation, notamment le fromage. Je vous laisse le liens vers mon article si cela peut vous intéresser. http://www.cook-and-cheese.com/la-creme-fraiche-cie/ Bonne soirée. Camille

  • Jaclyne a écrit le 9 septembre 2015

    Bonjour et merci pour ce bel article Anne , qui m éclaire sur bien des questions . Belle journée bisous

    • Anne a écrit le 9 septembre 2015

      Merci bonne journée aussi 😉

  • Gourmandise sans frontières a écrit le 9 septembre 2015

    C’est très clair. Et la sour cream que les américains, les allemands et pays de l’Est consomment, où pourrait-on la classer à ton avis? Je n’ai jamais trop compris 😉

    • Anne a écrit le 9 septembre 2015

      Je pense sans être sûre que c’est une crème fermentée (comme la crème épaisse) mais dont le ferment donne un petit coup aigre. Mais je n’en mettrai pas ma tête à couper

Sur Facebook
P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anne Lataillade
auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS

Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas
Petit déjeuner
Brunch
Apéro
Entrées
Viandes
Poissons
Légumes
Féculents
Plats Complets
Sauces
Desserts
À l'heure du thé
Pique-nique
Par type de plats
Salades composées
Soupes
Tartes
Tartes salées
Plats mijotés
Plats sucrés salés
Cakes
Recettes légères
Gratins
Crumbles
Clafoutis
Avec des restes
Par événements
Buffets
Chandeleur
Epate Belle Mère
Saint Valentin
Pâques
Halloween
Recettes de fêtes
Desserts de fêtes
Cadeaux gourmands
Par régime alimentaire
Sans gluten
Sans lait
Sans oeufs
Végétarien
Les archives d'Anne
Dis, tu te souviens ?

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS
Me suivre aussi sur :

 Allez, on reste en contact  ?
Google +
127 900
followers
Pinterest
414 800
followers
Instagram
25 900
followers
Wazemmes, Lille
From Lille with love
Vous aimez le chocolat  ? J'ai 2 livres "aux sources du grand chocolat Valrhona - recettes d'experts" à faire gagner.   Dites moi dans les commentaires quel est votre dessert au chocolat préféré et taguez la personne avec qui vous aimeriez le manger  - je tirerai au sort dimanche soir et vous préviendrai par instagram
Aujourd'hui c'est cookies
Sur le vif...
Fermer