Piment d’Espelette – Episode 1 : La culture

Piment d'Espelette

Piment d'Espelette

Je commence aujourd’hui une saga de 3 épisodes consacrée au piment d’Espelette. Hier avait lieu à Bordeaux une conférence de presse du syndicat professionnel et j’y ai appris plein de choses sur la culture et l’utilisation du piment. Voici donc le premier volet aujourd’hui.

Le piment d’Espelette ou Ezpeletako Biperra, en basque in the text, est à la mode depuis quelques années déjà. Ce piment AOC (l’appellation fête ses 10 ans cette année), et AOP apporte une touche de chaleur en bouche ainsi qu’une note fruitée et aromatique aux préparations. C’est un piment épice et non un piment légume, totalement adapté à nos palais occidentaux (vous n’avez pas la bouche en feu). Son succès croit d’année en année et c’est une filière agricole qui marche.

Pour donner quelques chiffres :

  • 68 tonnes de poudre de piment d’Espelette on été récoltées en 2009, 98 tonnes en 2009 et 129 tonnes en 2010.
  • 1/3 de producteurs de plus depuis 2 ans et demi

Un vrai succès !

Mais d’où vient le piment d’Espelette et comment est-il cultivé ?

Le terroir …

Terroir AOC Espelette

Terroir AOC Espelette

C’est beau non ?

Blotti contre le Piémont Pyrénéen, le terroir AOC s’étend sur 10 communes (Ustaritz, Jatxou, Halsou, Larressore, Saint Pée sur Nivelle, Souraïde, Cambo les Bains, Aïnhoa, Itxassou, et Espelette). Le microclimat est subtropical, caractérisé par une pluviométrie généreuse, des températures douces et les fameux vents du sud, Haize Hegoa.

La culture …

Il n’existe qu’une seule variété locale et ancienne, la culture se fait en plein champ, les traitements phytosanitaires systématiques sont interdits et les irrigations strictement réglementées. Tout est fait à la main.

Les graines sont semées en mars dans du terreau :

Semis de piment d'Espelette

Semis de piment d'Espelette

Plants de piment avant plantation en plein champ

Plants de piment avant plantation en plein champ

Vers fin mars ils sont repiqués puis, en mai ou juin, ils sont plantés en plein champ.

Plantation en plein champ

Plantation en plein champ

En juin, juillet, il faut mettre des tuteurs.

Tuteurage des plants

Tuteurage des plants

La pleine récolte démarre en août et dure jusqu’au 1er décembre.

Piments à divers degrés de maturité

Piments à divers degrés de maturité

Les pieds de ce très joli arbuste d’environ 1.10m de haut sont très prolifiques. Sur un même pied cohabitent des fleurs, des piments verts et des piments mûrs, les rouges.

Récolte de piments rouges à maturité

Récolte de piments rouges à maturité

Demain la suite, à savoir la maturation, le séchage, le broyage.

Enjoy !

Crédit photos : Piment d’Espelette

Tags :
  • Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Autres Services
Commentaires
  1. Couleurs magnifiques, le printemps est bien là. C’est vraiment un produit bien spécifique à travailler, j’y pense pas assez souvent à le cloquer dans mes petits plats !

    Il va falloir y penser surtout pour les plancha de l’été.

    Belle journée

    #1 - Anne Hél&egra le 25 mars 2011 Répondre
  2. Je rêve depuis longtemps d’aller à la fête du piment d’Espelette et de voir les façades des maisons où pendent les tresses…

    Je l’utilise beaucoup en cuisine, j’aime cette saveur épicée qu’il apporte sans pour autant envahir et dénaturer un plat… des moules à la plancha avec du piment d’Espelette…

    Merci pour ce reportage, j’attends demain pour la suite…

    #3 - mamy2yumi le 25 mars 2011 Répondre
  3. Ah le piment d’Espelette ! Un ingrédient indispensable dans ma cuisine qui relève merveilleusement les plats :-)

    #5 - Florence le 25 mars 2011 Répondre
  4. moi aussi j’en utilise tout le temps ! et je trouve que c’est une plante vraiment magnifique .

    Merci de nous instruire en plus !

    bon vendredi

    #7 - nanie le 25 mars 2011 Répondre
  5. Pour ceux qui « touristeront » dans la zone de production, n’oubliez pas de visiter la fabrique artisanale de Makhilas Ainciart-Bergara de Larressore. Ce n’est pas de la pub, c’est juste pour faire partager le plaisir que j’ai eu en découvrant le savoir faire ancestral transmis de père en fils voire en gendre et en fille depuis plusieurs décennies.

    #9 - Bernard le 25 mars 2011 Répondre
  6. Salutations,

    Il est aussi bon qu’il est décoratif dans une cuisine.

    J’ai hâte de lire la suite de votre reportage…

    Allez à bientôt,

    =============================
    http://www.phobosphotos.com
    Le blog des fonds d’écran gratuits

    #11 - Phobos le 25 mars 2011 Répondre
  7. Marrant cet engouement pour le piment d’Espelette depuis quelque temps….à l’époque où on allait en vacances au Pays Basque, ils faisaient plutôt couleur locale que produits gastronomiques! Leur couleur est superbe sur ces photos!

    #13 - Cathy le 25 mars 2011 Répondre
    • oui, ils sont magnifiques

      #14 - Anne le 11 avril 2012 Répondre
  8. In-dis-pen-sables, ils sont. J’en mets pratiquement dans tous les plats, en association avec du poivre, totalement accro aux Biperrak.

    #15 - gracianne le 25 mars 2011 Répondre
  9. Je n’y pense pas toujours pour épicer ma cuisine et c’est dommage. Il faut au moins une fois aller à La fête du piment d’Espelette (si mes souvenirs sont bons le dernier week-end d’octobre). Les maisons recouvertes de piments sont magnifiques, et l’ambiance de la fête je ne vous dis pas.

    #17 - Myosotis 33 le 25 mars 2011 Répondre
    • Ahlalal, l’ambiance là bas, c’est sur que c’est top :)

      #18 - Anne le 11 avril 2012 Répondre
  10. Superbes photos ! j’adore le piment d’Espelette, malheureusement j’ai des soucis pour le conserver. Alors je l’achète en purée.

    A propos du citron caviar, j’ai cherché dans les 4 halles de la rue Montorgueil à Paris, pas trouvé.

    #19 - Sylviane le 26 mars 2011 Répondre
  11. Superbes photos ! J’adore le piment d’Espelette mais j’ai des problèmes pour le conserver (en poudre), je t’en avais déjà parlé. Donc un producteur sur un salon m’a conseillé de l’acheter en purée, évidemment l’utilisation est différente.

    ps : j’ai cherché le citron caviar dans le quartier des halles à Paris, rien. Dommage !

    #20 - Sylviane le 26 mars 2011 Répondre
    • Pour la conservation ; A l’abri de la lumière ou dans le bas du réfrigérateur ;)

      #21 - Anne le 11 avril 2012 Répondre
  12. ce piment est divin … on adore !!

    #22 - BAbzy le 27 mars 2011 Répondre
  13. Même au Cameroun, le piment garde sa valeur et constitue pour ce fait une opportunité sans pareille pour les jeune…..

    #24 - NDZINO JOSEPH le 5 janvier 2014 Répondre

Laisser un commentaire