Cantine scolaire, comment est-ce chez vous ?

Fillette qui fait la grimace

Lorsque j’étais petite fille, il y a très très très longtemps, j’allais à la cantine scolaire de mon école élémentaire. Les repas étaient faits sur place par une cuisinière qui travaillait beaucoup à partir de dons des agriculteurs locaux (fruits et légumes de saison). C’était délicieux. Au collège c’était déjà moins bien, au lycée ce n’était pas terrible et ensuite, je cuisinais moi même. J’ai eu la chance (a priori) de ne pas connaître les fameux restaurants universitaires.

Si mes enfants n’ont pas fréquenté la cantine scolaire petits pour cause d’allergies alimentaires, ils en sont maintenant clients depuis quelques années. Et si je les crois, c’est de pire en pire au niveau du contenu des assiettes : nouilles trop cuites, viande semelle, légumes pas toujours décongelés, trop cuits, trop gras, trop de sauce etc. Je peux vous dire qu’ils n’y vont pas de main morte sur la qualité du contenu de leur assiette et certains jours, quand je vois ce qu’ils dévorent au goûter, je comprends qu’ils n’ont quasiment rien mangé à midi. Évidement il n’y a plus de cuisiniers, tout est livré dans des boites en plastique (dixit mon fils) par des entreprises de restauration collective. J’avoue que l’intitulé des menus me laisse assez régulièrement muette et que je me demande assez régulièrement quelle personne peut bien les composer. Et je ne vous parle même pas des prix.

Ce soir devait passer un reportage sur France3 consacré aux cantines puisque chaque jour, un Français sur six y déjeune, que ce soit en milieu scolaire ou universitaire, qu’il s’agisse d’un restaurant d’entreprise, d’un réfectoire de maison de retraite ou d’hôpital. Il a été déprogrammé en raison du décès de Claude Chabrol mais j’espère que le sujet sera vite reprogrammé parce que cela m’intéresse grandement.

Et chez vous, c’est comment la cantine ? Qu’en disent vos enfants ?


Bonus musical : Carlos of course !

Tags : ,
  • Rendez-vous sur Hellocoton !
  • Autres Services
Commentaires
  1. Pour ma part, j’ai connu le meilleur comme le pire en matière de cantine scolaire.

    Le meilleur, comme toi, dans une petite école rurale avec une dame du village qui cuisinait des produits frais, mais j’y ai mangé très peu souvent car ma mère était en congé parental.

    Et ensuite au fil des années, entre le collège et les études supérieures, ce fut très variable selon les entreprises de restauration collectives qui étaient choisies comme prestataires. Avec quand même un bonnet d’âne spécial aux entreprises qui sont capables du meilleur comme du pire en servant des repas très corrects voire même bons dans les cantines d’entreprises et des repas honteux dans les cantines scolaires !

    Je me souviens aussi de la « commission cantine » de mon école et des négociations terribles menés par les étudiants internes pour avoir un peu plus de choix et de qualité le soir ! Je pourrais te donner des tas de petites anecdotes, maintenant ça me fait rire, mais à l’époque je peux te dire qu’on n’en rigolait pas du tout : quand t’es interne et que l’alternative la plus proche est un mac do (même pas un bon vieux kebab) c’est dur ! la résistance était très bien organisée à coups de pétitions et de trafic de fromages et saucisson dans l’internat. Un comble quand même pour une école d’agriculture !

    #1 - Anne Cé le 13 septembre 2010 Répondre
  2. Tu m’étonnes ! Pour ma fille aînée, elle a une alternative (genre coopé mais c’est à partir de 14 ans). Pour le petit il n y en a pas. Et je ne te raconte pas comment il mange certains soirs. Cette année, la société a changé et l’aînée dit que c’est bien pire que l’année dernière (ou c’était déjà bof bof).

    #2 - Anne le 13 septembre 2010 Répondre
  3. Bonjour, depuis l’an dernier nos écoles incluent quotidiennement au moins un aliment Bio dans la composition des plats. De plus l’association des parents d’élève participe aux commissions cantine et a demandé à ce que des fruits et des légumes soient tous les jours présent dans les menus ce qui a pour but d’éviter ce que j’avais pu lire avec effroi un jour

    Entrée : pizza

    Plat : Knacki Frites

    Dessert : gâteau au chocolat !!!!

    On peut dire que l’on est sur la bonne voie avec des menus de saison mais malgré tout le retour de mon fils est plutot négatif sur la viande trop dure par exemple .

    Allez Anne voici une nouvelle voie pour toi, former les cuisiniers des cantine :-))

    #3 - Celine le 13 septembre 2010 Répondre
  4. En ce qui me concerne, de la chance car, petite, c’est ma mère qui s’occupait (bénévolement !) de la cantine : gestion, choix des produits, des menus et 3 personnes qui cuisinaient sur place, « pour de vrai » ! … trop bon !!!

    j’avoue qu’étudiante, je ne mangais pas si mal au resto-U (à Strasbourg pour info), c’était pas mal avec un choix plutôt sympa (je ne sais pas si cuisine sur place ou société de restauration collective).

    Aujourd’hui, mes enfants sont à la cantine de leur école (une école privée pour diverses raisons pratiques … j’te dis pas le prix du repas : 5.60€ !!!). Bien sûr, pas de réelle cuisine sur place, malgré ce qu »en pense le « chef » (pour lui, mettre de l’eau dans de la poudre c’est de la cuisine !), une société qui livre tout surgelé : des menus « n’importe quoi » (un temps, il y avait des pâtes en accompagnement des raviolis ! et c’est pas des blagues!), beaucoup de trucs reconstitués, panés, beignets, frits, des tomates tout l’hiver … et une bonne gaufre au chocolat industrielle distribuée après le dessert !!! parallèlement, on a des infos sur les circulaires concernant le surpoids chez l’enfant et les enfants ont des leçons concernant le développement durable et les produits de saison ! … On a beau en parler, soulever les problèmes, l’école ne semble pas concernée (l’école ne sait toujours pas qu’elle prépare les citoyens de demain)… ah oui, au fait, je suis intarissable sur ce sujet ;)

    #4 - Isabelle le 13 septembre 2010 Répondre
  5. Je ne garde pas beaucoup de souvenirs de mes propres expériences de cantine scolaire… Mais mes enfants qui y mangent sont plutôt bien lotis, semble-t-il. A l’école primaire, les repas étaient livré par un prestataire extérieur mais de bonne qualité, avec pas mal de variété et du goût. Au collège (où je mange aussi, car j’y suis prof), la cantine est carrément excellente : deux cuisiniers préparent les repas (très peu de surgelés, beaucoup de produits frais) qui sont assez équilibrés et surtout bien variés. Un exemple, les entrées : souvent de petites salades composées, salade verte, tomate, maïs, olives, pignons, croûtons, dés de fromage, etc… (pas tout en même temps mais elles sont si appétissantes et complètes qu’on pourrait s’en contenter!) Le chef fait aussi pas mal de pâtisseries maison, un régal. J’ai conscience (pour moi comme pour mes élèves) d’avoir beaucoup de chance à ce niveau-là, je le mesure à chaque fois que je vais manger dans un autre établissement scolaire ! :)

    #5 - Septentria le 13 septembre 2010 Répondre
  6. Pour autant que je sache (d’après ce que j’ai vu dans le dernier collège où j’ai travaillé) c’est le gestionnaire qui compose les menus, à partir 1/ des quelques directives qu’on lui donne (autant de poisson/légumes verts, etc… par semaine) et 2/ de son budget.

    Pour autant que je sache, le gestionnaire en question n’avait que de vagues connaissances d’équilibre alimentaire (du moins est-ce ce que m’incite à penser son air paumé lorsqu’il s’agissait de décider si oui ou non les flageolets étaient des légumes verts – véridique). Il n’avait pas non plus le palais très délicat, à en juger par le substitut de Canigou qui garnissait régulièrement les paniers pique-nique gracieusement proposés (au prix d’un repas-cantine, tout de même) lors des sorties scolaires.

    Pour autant que je sache, ce n’est heureusement pas le cas de tous les gestionnaires ! LOL

    Pour autant que je me souvienne – 15 ans à écumer les collèges et lycées du Nord/Pas-de-Calais puis Picardie comme prof – c’était rarement bon à la cantine. Parfois même, carrément immangeable – et c’est une adulte pas plus difficile que la moyenne qui te le dit. Les cuisiniers se font parfois plaisir en cuisinant quelques plats rien que pour les profs (donc hors budget, j’imagine), et dans ces cas-là tout dépend de qui commande. Parfois, il vaut mieux les plats livrés tout prêts. Parfois, ce sont de vrais festins. La meilleure cantine que j’aie fréquenté est celle d’un lycée de Lille qui faisait cantine commune avec l’ESC : un choix vertigineux, des locaux accueillants et conviviaux, de vrais bons plats cuisinés et un stand grillades si jamais on ne trouvait pas son bonheur ! Mais c’était l’exception.

    #6 - Florence B. le 13 septembre 2010 Répondre
  7. Eglantine découvre la Cantine, il y a des jours où c’est bon, d’autres jours elle ne sait pas vraiment ce qu’elle mange.

    Comme elle me l’a dit il y a quelques jours, c’était pas bon mais j’ai mangé car j’avais faim !!!!!!

    Pour mes deux filles leur journée est longue, elles rentrent vers 17h45 !!! Quand elles rentrent elles prennent un gros gouter !!!!! Et souvent le soir Eglantine n’a pas faim et en plus elle est fatiguée.

    C’est vrai que le  » sujet cantine  » est un point sensible !!! Le collège est au courant mais que faire ????

    manue

    #7 - ManueB le 13 septembre 2010 Répondre
    • Merci de vos commentaires. Je viens de demander à ma fille ce qu’elle a mangé à midi – réponse ; pizza + pâtes ! Hannnnnn Mais cette fois les pâtes étaient bonnes ^_^

      #8 - Anne le 13 septembre 2010 Répondre
  8. Je n’ai jamais eu la chance d’avoir une cantine qui faisait les repas maison. Au collège ce n’était pas trop mauvais, mais c’était pire au lycé.e Les pâtes ont toujours baigné dans l’eau, une horreur… Lorsque l’on mangeai dehors (sandwich), c’était presque le paradis… Au moins on avait bien mangé et l’estomac était plein ! Je suis très contente d’être passée au bento parce que je travaille dans une université et j’ai testé une fois la cantine… Horreur j’ai retrouvé les pâtes dans l’eau ! C’était la première et dernière fois que j’ai mis les pieds dans cette cantine…

    #9 - ktycat le 13 septembre 2010 Répondre
  9. ma fille est en grande section, alors ses commentaires sur la cantine pour le moment …quasi nul !

    je sais par les dames qu’ elle fait partie des enfants pas trop difficiles, qui mange plutôt de tout (ben oui, quand même!) mais je sais aussi par les mêmes dames que parfois ça va et parfois c’est carrément beurk !

    mais le soucis c’est en effet le prix !!!

    on est passé de 3,60 euros la première année à 4.20 euros et on n’est pas dans la tranche haute qui eux payent 5.20 euros !!!

    en maternelle !!!!!!!!!

    chéridoux ne paye même pas 4 euros lui à sa cantine !

    c’est pas un peu abusé quand même ????

    #10 - nanie le 13 septembre 2010 Répondre
    • 5.60€ chez moi pour celui qui est en 6è. Pour celle qui est en 3è le prix varie en fonction de ce qu’elle prend.

      #11 - Anne le 13 septembre 2010 Répondre
  10. Bonjour à toutes,

    Je vous donne le menu de ce midi de ma fille qui est en grande section de maternelle :

    Sauté de porc ou dinde

    Ratatouille – semoule

    Fromage blanc nature + sucre ou yaourt aromatisé

    Fruit

    Je trouve cela assez équilibré et ma fille n’a pas l’air de se plaindre. Je paye moins de 4 euros le repas.

    Je suppose que là encore cela dépend des municipalités. Je sais que chez nous les menus sont composés par une nutritionniste et confectionnés par la cuisine centrale qui livre tous les établissements scolaires.

    Là encore, comme mentionné dans un précédent post, les fédérations de parents d’élèves surveillent et constituent des commissions pour veiller à ce que la qualité soit constante. Je ne suis pas sûre que ce soit pareil pour les collèges car j’ai entendu une voisine se plaindre que son fils mangeait peu et mal à la cantine ….

    Moi je regarde le menu tous les jours sur le site de ma ville et j’essaye d’équilibrer avec le menu du soir …

    Bonne fin de journée à toutes.

    #12 - Agnès le 13 septembre 2010 Répondre
  11. Quand j’étais en france miss angele donnait de bon retour sur sa cantine en maternelle et arrivée en belgique j’ai eu la surprise du pas de cantine les enfants emmenent leurs tartines à l’école ou peuvent aller au soupe&miche moyennant une petite somme tous les jours environ 1 euro mais la soupe qui n’est pas la mienne n’attirait pas la miss du coup elle a toujours emporté ses salades composées à l’école. Cette année elle est rentrée en secondaire et il y a une « cantine » où il propose sandwich pour 1,80 et plat pour 2,50 … mais il y a toujours possibilité d’emporter ses tartines et miss angèle est justement rentrée ce soir en me disant je mangerais jamais à la cantine quand je vois la tête des plats on dirait de la pâté pour chien … du coup elle est devenu une adepte de la salade de pâte, salade de riz, salade de pomme de terre … ou sandwich maison :) J’avoue que même si parfois le soir ça nous gonfle de préparer le boite pour le lendemain au moins elle est sure de manger correctement et puis ça va me donner une bonne excuse pour acheter des bento box ;)

    #13 - MelleBanane le 13 septembre 2010 Répondre
  12. au collège où je bosse, je n’ai mis les pieds à la cantine qu’une fois; c’est juste infecte, et pas franchement équilibré.

    #14 - blandine le 13 septembre 2010 Répondre
  13. J’ai assez mal mangé à la cantine, ce qui est dommage, vu que j’étais interne. Du gros rata de cantoche, servi à la louche. Mais en fait, j’ai aussi super bien mangé à la cantoche, parce que j’étais copine avec les cantinières qui connaissaient mon goût prononcé pour les fromages qui puent et me gardaient du rab’ pour les quelques bons trucs qui traînaient.

    Ma fille est dans une toute petite école rurale, avec une vraie cantinière qui achète les produits frais chez les producteurs du coin et pèle les légume avec ses petites mains. Le premier jour, elle est revenue de l’école complètement ravie en me disant : la cantine, c’est trop délicieux, j’en ai repris 5 fois.

    Je crois que bien que nous ne mangeons pas de plats industriels ou de nourriture toute prête, elle manque encore mieux à l’école qu’à la maison!

    Vive la campagne gasconne!

    #15 - Agnès Maillar le 13 septembre 2010 Répondre
  14. La cantine était dégueu chaque année. j’ai ensuite eu le malheur de bosser dans une école et de subir encore la cantine… que des légumes en boîtes sans goût ou très salés, des frites, beaucoup de féculents, de viande en sauce… J’ai pris 5 kilos en mangeant tout ça !

    #16 - Papillote le 13 septembre 2010 Répondre
  15. Moi, je suis effarée par le manque d’équilibre des menus.

    Plusieurs fois, P’tite Louloute est rentrée en me disant qu’au self, on lui avait refusé les légumes verts car c’est réservé aux collèges…

    Et vu le prix qu’on paye, ça me démonte !

    #17 - La Papote le 13 septembre 2010 Répondre
  16. Si je peux me permettre de donner mon avis , sur un sujet qui m’interpelle (je suis chef gérante d’une cantine scolaire en école privée…le terme « cantinière » désignant la malle servant à transporter les repas de l’armée!) je conseille à tous les parents d’aller, au moins une fois dans leur vie, se rendre compte par eux-mêmes de la qualité des repas servis , au lieu de croire leurs chères têtes blondes les yeux fermés!

    cela fait 10ans que je nourris chaque jour une horde déferlante et hurlante de 280 collégiens

    la restauration est gérée par une société (en 10 ans j’ai connu successivement les 3 grands groupes de restauration collective)

    les repas sont servis sous forme de « self » avec 3 entrées ,2 plats, 2 légumes (1 légume vert et un féculent) 4 fromages et 4 desserts au choix

    j’ai un budget de 1,50€ à mettre dans l’assiette

    les frais de personnels à y ajouter représentent environ 3€ par repas (nous sommes 5 personnes au service )

    là dessus il faut ajouter les consommables (serviettes, produits lessiviels) les fluides (eau, électricité) les frais de fonctionnement (achats de vaisselle, de matériel) les frais de la société de restauration (informatique, bureautique, administratif)les frais de personnels de l’école (surveillante du self, homme d’entretien) et bien sur les taxes diverses

    on arrive à un prix de repas de 6€

    cela fait une grosse différence par rapport aux collèges publiques (ou les frais de personnels,fluides et fonctionnements sont pris sur le budget de l’état!)

    alors, bien sur, avec 1,50 je ne peux pas faire de miracle!

    le menu d’aujourd’hui:
    -céleri rémoulade ou paté de foie ou tomate mozzarella en entrée
    -cuisse de poulet roti ou langue de boeuf sauce piquante en légumes
    -purée (en flocon, OK!) ou salsifis en légumes
    -fromages (2 choix) ou yaourt ou fromage blanc
    -fruits ou compote ou flan vanille ou biscuit en dessert

    donc de quoi équilibrer son menu

    bien sur, quand je propose des frites et des cordons bleus (beurk!) les enfants trouvent ça super… mais quand je fais des épinards béchamel, des gratins de courgettes, du bourguignon ou des filet de colin au lait de coco (poisson proposé vendredi dernier par exemple): alors,là, « la cantoche c’est dégueu »

    A qui la faute???

    qui a habitué ces chers petits à manger régulièrement des pizzas, des poissons panés, des nuggets et autres hamburgers et kebabs?

    pour l’anecdote, un père d’élève (lui même prof à Paris) est venu un jour se plaindre de la cantine auprès du directeur
    celui-ci lui a juste conseillé de venir se rendre compte par lui même de la qualité en venant déjeuner
    et ce père d’élève a été très agréablement surpris par les choix proposés et ce que je lui ai servis…depuis, lors des réunions de parents d’élèves c’est mon plus ardent défenseur, quand un élève critique les repas

    comme quoi, il vaut mieux bien se renseigner avant de critiquer!

    #18 - cath B le 14 septembre 2010 Répondre
  17. Je comprends TB la réaction de Cath B, et sur 3 enfants qui déjeunent la même chose à la cantine, il y a souvent 2 avis différents. Parent élu ds école publique je vais régulièrement tester les repas et je constate: que les menus sont désormais équilibrés (fruits et légumes à chaque repas), que les locaux sont améliorés (insonorisation….) mais que le chef cuisinier n’est vraiment pas un fin gourmet…. du coup, on peut trouver ds l’assiette de la salade flétrie avec 1 goutte de sauce, des raviolis noyés ds l’eau, du pain élastique…. et en général tout est fade, sans assaisonement alors que c’est bien ce que conseillent les chefs de MasterChef, nan ?

    En tout cas, je rêve d’une cantine « comme à la maison »……

    #19 - Romarin le 14 septembre 2010 Répondre
  18. Je suis allée de la maternelle au lycée à la cantine et je n’ai jamais eu à me plaindre, idem pour mon frère. Par contre je me souviens que la plupart de mes camarades rochignés.

    Alors soit nous étions de véritables aspirateurs, soit les autres étaient vraiment difficiles.

    Mon plat préféré était la semoule au lait, je rêverai d’en remanger.

    Pour ce qui est de mon fils, il n’a pas l’air de se plaindre. J’ai accès au menu du mois via le site internet de ma mairie. Ca semble équilibré et bon mais après c’est sur le papier, je ne sais pas ce que ça peut donner dans l’assiette.

    Bon en même temps, nous sommes des bloggeuses, donc nous avons donné de bonnes habitudes à faire des bons plats à nos enfants, après ça peut être compréhensif qu’ils soient difficiles :-)

    #20 - PHILO le 14 septembre 2010 Répondre
  19. @Cath B : ahem – Je ne me suis pas renseignée avant de critiquer ? heu si : Je parle avec les autres mamans à l’école et le sujet est abordé régulièrement aux réunions avec l’établissement.

    -> Pour les leçons de vocabulaire, je recommande fortement la lecture du dictionnaire. De plus, il y a 35 ans, on n’appelait pas la cantinière d’une cantine scolaire de 30 enfants en pleine campagne, chef gérante. Tu m’excuseras mais ça me fait sourire.

    => aller goûter les plats, j’en rêve, parce que vu ce que me décrivent mes enfants, je me dis c’est pas possible. Ils sont également dans une école privée tous les 2 cette année et la société qui s’occupe des repas doit être le leader de la restauration collective. Je te trouve péremptoire quand tu affirmes que je crois mes chères têtes blondes les yeux fermés. Je les nourris le reste de l’année, je les connais très bien sur ce terrain là, je connais leurs goûts et leurs dégoûts mais s’ils ne mangent pas les pâtes, c’est qu’elles ne doivent être vraiment pas terrible ^_^

    => Il y a des problèmes de budget ? Rhooooo, c’est pas possible ! Je ne suis pas neuneu hein ^_^. Mais j’ai quand même payé juste après la rentrée 4.3€ une simple assiette de riz, ticket à l’appui. Etait-il saupoudré d’or ???

    => Concernant les cordons bleus and co : je tiens un blog culinaire depuis 5 ans, il y a plus de 2000 articles et pas une recette de cordon bleu. Mes enfants ont découvert ça à la cantine, comme les nuggets, les croquettes de pommes de terre, le poisson pané etc… beurk; Nous sommes d’accord.

    Il y a certainement des cantines très bien, j’en suis sûre, mais il y aussi des cantines très très bof. D’ailleurs comme je le disais dans l’article, j’ai fréquenté les deux.

    @Romarin : pour l’instant les deux enfants sont d’accord ; genre les pâtes étaient trop cuites en bouillie, le poisson pas bon etc.. Il y a des repas où c’est correct, mais quand même beaucoup où c’est problématique. Moi quand je vois qu’hier miss p&p a eu pizza pâtes, humph ! Moi aussi je rêverai d’une cantine comme à la maison, comme dans mes souvenirs de p’tite fille où on mangeait simple mais bon.

    @Philo : veinarde :=)

    #21 - Anne le 14 septembre 2010 Répondre
  20. Super cette discussion sur les cantines…

    Je vois que tout le monde est presque logé a la même enseigne!

    On aurait pu penser qu’a la campagne les menus tiendraient compte des ressources locales et de saison…ben non!

    L’ancien proviseur qui était végétarien (limite sectaire…) avait introduit du bio…du soja…et du tofu!!! Pour le bio et le soja…passe encore, mais ici, le tofu…ça passe pas! Le problème réside comme certains interlocuteurs l’ont dit, de l’alimentation familiale, et des habitudes alimentiares de nos chérubins!

    Le mien étant habitué au gratin de potimarron , plats en sauce, et légumes de saison en tout genre…il rale quand il a des pates ou autres féculent 3 fois dans la semaine…mais d’autres trouveront que ce n’est pas assez!

    C’est sur que les cuistots de cantine seront plus populaires si ils donnent frites et pates a volonté, plutot que blette et cardon!!!

    Moi, j’aimerai pas être a leur place, la pression est de tous les cotés!

    Jamie Oliver était entré en guerre contre la malbouffe des cantoches scolaires en Angleterre, allant jusqu’a rencontrer Tony Blair a l’époque… Anne, allez, on vous suit, foncez dans le tas!

    Bonne journée!

    #22 - ampelopse le 14 septembre 2010 Répondre
  21. Mon fils est encore à la crèche mais il mange sur place le midi (forcément) et je dois dire que par rapport à ce que j’entends de mes copines qui ont leurs enfants dans d’autres crèches, nous sommes très gâtés.

    Les plats sont cuisinés sur place avec des produits de saisons livrés par des maraîchers locaux. Les plats sont très variés et inventifs. Ce que j’aime c’est qu’ils n’ont pas peur de faire goûter plein de saveurs différentes aux enfants comme du couscous au poisson, du tajine d’agneau aux abricots ou du poulet aux raisins secs. Les desserts sont aussi variés et faits sur place, parfois même avec les enfants.

    Le goûter se compose toujours de fruits frais et ça change tous les jours.

    J’aime qu’il n’y ait pas de décalage notable entre la maison et la crèche, mon fils mange comme nous depuis longtemps déjà et il est habitué a manger beaucoup d’épices différentes.

    Ce qui me fait craindre la rentrée à l’école l’année prochaine…

    La cantine scolaire est suivie par une diététicienne et les tous petits ont des repas spécialement conçus pour eux mais ne l’ayant pas encore testée, je ne sais pas si on continuera a avoir autant de chance…

    To be continued :-)

    #23 - Salima le 14 septembre 2010 Répondre
  22. Alors ma crevette ne fréquente pas encore les cantines, elle a le temps et pour l’instant se nourri de mes nutriments. Par contre, travaillant dans cette formidable entreprise qu’est l’Éducation Nationale, je vois quotidiennement ce que mangent nos enfants! Et à chaque fois, je me dit que j’ai bien fait de m’apporter mon repas. En effet, c’est gras, souvent pas du tout salé, restrictions sanitaires obligent (du coup, sans goût) et la plupart des viandes sont simplement de nature non identifiable! Je passe également sur le fait que les enfants sont pousser à ingurgiter leur ration vite fait bien fait en 15 minutes top chrono… Pas vraiment de quoi découvrir les saveurs et les enjoindre à goûter de nouveaux mets… Évidemment, le bio et le végétarien n’entrent pas en ligne de compte, merci qui…? Alors, à quand le système japonais qui voit les enfants apporter leurs bento quotidiens?

    #24 - Willow le 14 septembre 2010 Répondre
  23. mes filles vont toutes les deux à la cantine dans un petit village, elles ne se plaignent pas énormément, mais quand on voit ce qu’elle mange au gouter, on comprend que le midi, ce n’était pas terrible.

    j’ai une amie par contre qui est AVS dans 2 écoles différentes, dont celle de mes filles et elle est catastrophée par les repas : souvent de la soupe (de l’eau avec 4 légumes qui se battent), pas d’équilibre (crêpes en entrée, quiches et oeufs au lait en dessert), des compotes très souvent pas de fruits frais style pomme car les enfants n’ont pas de dent (dixit la cantinière).

    quand on veut en parler au conseil d’école, pas d’ouverture, la seule réponse que l’on obtient, c’est que les repas sont composés avec l’aide d’une diététicienne donc on n’a pas notre mot à dire.

    pour les sorties scolaires, j’ai suivi une fois ma fille, le repas était obligatoirement préparé par la cantine (pour pas d’inégalité, ce que je trouve bien) mais il n’y avait pas assez à manger pour les enfants et pour les adultes n’en parlont pas, une brioche fourrée pour 10 h car on partait de bonne heure, un sandwich jambon pain de mie et une compote à boire pour le midi. certes c’était 2 € le repas mais on pouvait quand même s’attendre à mieux…

    je pense que c’est un sujet dont on n’a pas fini de parler, car il y a des différences dans tous les coins de france, aus.si bien en ville que dans les campagnes, on ne doit pas généraliser en disant que c’est toujours mauvais mais je pense que l’on peut compter les endroits où c’est bon.

    #25 - estelle le 14 septembre 2010 Répondre
  24. Je Travaille dans un lycée d’une grande ville. Les repas sont faits dans la majorité des écoles des collèges et des lycées par « la cuisine centrale », immense cuisine qui fabrique environ 14000 repas par jour.

    Pour faire des économies en personnel, ces cuisines se sont développées dans toute la France ces dernières années (depuis les années 90).

    Economie mais surement pas écologie, puisque chaque jours des milliers de camions puant le gaz-oil, sillonnent les rues déjà encombrées pour aller livrer des repas sous plastiques qui peuvent se conserver jusqu’à 3 jours.

    Ainsi, « le cuisinier » qui reçoit ces repas va conserver certains aliments cuisinés pour les servir le lendemain, le surlendemain … donnant ainsi aux élèves un choix dans les plats qu’ils n’auraient pas.

    Sauf que nous nous retrouvons avec de carottes râpées séchées, des betteraves noires, des fruits blets ou congelés……..

    Et je ne vous parle pas de la valeur gustative des plats.

    J’adore les légumes et n’en mange jamais à la cantine. Les courgettes, déjà préparées en cuisine centrale, sont vidées congelées dans un plat allant au four , recrachant toute leur eau. Ce qui donne comme résultat un bain douteux dans lequel baigne des courgettes coupées grossièrement. La ratouille est tellement acide qu’elle en devient immangeable; les cuisses de lapin ressemblent aux cuisses de chevreuil au vu de leur grosseur; le poisson qui a dû être frit, devient bouilli dans les assiettes de nos bambins. Les nouilles sont collantes…….

    Et après on va accuser nos enfants de ne pas aimer les légumes et de préférer les frites…….Moi je les comprend tout à fait.

    Et je ne vous parle pas de l’origine des produits: la carpe du Nil est un poisson régulièrement utilisé et pour ceux qui ont vu l’excellent documentaire « le cauchemar de Darwin » sauront de quoi je veux parler ; le lapin vient de Roumanie (vous avez dit écologie ?), et j’aimerai bien connaitre l’origine des produits qui composent le fameux « cordon bleu », produit gras, écœurant servi très souvent à la cantine.

    Certes devant les dérives de ces dernières années les politiques interviennent pour améliorer la qualité de ces repas : des produits bio ont fait leur apparition, des producteurs locaux ont été sollicités…. mais n’est-ce pas l’arbre qui cache la forêt ? Il faut laisser le temps au temps, certes mais c’est long et pendant ce temps nos bambins mangent de la M…..

    Les cuisines des établissements scolaires qui sont indépendantes et qui préparent les repas, sont nettement meilleures que les autres.

    J’ai été étonnée par la construction de nouveaux établissements scolaires qui prévoit des cuisines où l’on peut fabriquer les repas…..y aurait-il une prise de conscience?

    Désolée pour ce coup de gueule mais ça fait trop longtemps que j’entends des bêtises sur le gout de nos enfants. Mes enfants mangent de la ratatouille des courgettes, des aubergines…..à la maison et pas à la cantine (où hélas je suis obligée de les mettre).

    Il faut arrêter de les prendre pour plus bêtes qu’ils ne sont et être honnête avec eux doit être la base de tout acte éducatif.

    Pivoine

    #26 - Pivoine le 14 septembre 2010 Répondre
  25. Ma fille a la grande chance d’être dans une école en Gironde où il ya un cuisinier sur place qui confectionne les repas.

    L’an dernier les CM2 à tour de rôle et par groupe de 3 confectionnaient le repas pour toute l’école!

    Ainsi elle peut avoir au menu, lotte au lait de coco, polenta, fajitas équilibrées … Etc je suis Fan

    #27 - stef le 14 septembre 2010 Répondre
  26. Alors, je tiens à repréciser quelque chose suite à mon commentaire d’hier.

    P’tite Louloute a fait sa maternelle dans le public et la cantine était super. Les menus originaux, variés, équilibrés.

    J’avais les menus tous les mois et je pouvais constater ça de mes yeux.

    Pour ce qui est de la qualité, pareil, sauf que, là, je fais confiance à ma fille qui aime tout et pour qui les plaisirs de la table ne se négligent pas.

    Elle ne s’est jamais plainte.

    En revanche, depuis qu’elle est en primaire (dans un établissement privé), c’est un tout autre langage et quand je regarde la liste des menus sur le site de l’école, je suis loin de m’esbaudir…

    Mais, je maintiens que ce qui me révolte, c’est que ma fille qui aime les légumes verts se fasse rembarrer quand elle en demande aux personnes qui font le service.

    Pourquoi les collégiens y auraient droit et pas les primaires ?

    Alors, c’est comme tout, il ne faut pas généraliser mais, là, franchement, je ne suis pas satisfaite du service proposé…

    #28 - La Papote le 14 septembre 2010 Répondre
  27. chez moi, il y a aussi un problème de quantité. Il arrive souvent qu’en fin de service, il n’y ait plus assez de viande pour tout le monde!! On croit rever quand on voit ce qu’on paie, perso pour moi, c’est 4€20 le repas. Pour ce qui est de la qualité, c’est assez variable, on peut aller du bon au vraiment très mauvais, mes enfants ne s’en plaignent pas trop mais sont toujours ravis de me voir arriver avec le gouter à 16h30!!

    #29 - Anne94 le 14 septembre 2010 Répondre
  28. La cantine de ma fille est plutôt bonne. Repas variés et équilibrés, ça change de notre époque ! Ils leur font aussi découvrir des légumes de saison, ou des cuisines du monde.

    C’est assez cher par contre, plus de 4 euros :( A ce prix là, on mange mieux à la maison.

    Mais je ne sais pas trop ce qu’elle y mange car c’est un appétit d’oiseau !

    #30 - Laurent le 14 septembre 2010 Répondre
  29. Coucou,

    Je te lis depuis plusieurs années et je n’ai jamais commenté, mais là, le sujet de la cantine !!!!

    Tu dis que tes enfants sont dans le privé : renseigne-toi auprès de la direction de l’établissement, tu dois pouvoir aller voir (ou carrément déjeuner) la cantine de tes enfants au moment du service.

    Mes enfants sont également dans le privé (6,14 euros le repas, yeah !) et la possibilité d’aller prendre un repas pour constater de visu la quantité et la qualité des plats nous a été offerte.

    D’autre part, nous avons obtenu que la garniture des plats soit systématiquement composée pour moitié de féculents et pour moitié de légumes et aucun enfant ne commence son fromage et son dessert sans que son assiette contenant le plat principal n’ai été vue par le responsable de vie scolaire qui conseille alors de manger un peu plus ou qui autorise à  » attaquer  » le reste.

    Cela peut paraître idyllique mais vu le prix payé, nous avons estimé avoir le droit d’être exigeants.

    Il ne faut pas hésiter à rencontrer la direction de l’école et les représentants de la société de restauration pour exprimer ce qui ne va pas et trouver ensemble des solutions.

    Bon appétit !!

    #31 - Chris le 15 septembre 2010 Répondre
  30. Instit, j’ai vu et gouté les repas de cantine d’une dizaine de villes de banlieue parisienne et si aucune ville ne fait de miracle avec un euro cinquante par repas pour la nourriture, il y a quand même de grosses différences d’une ville à l’autre. Après, on peut discuter les tentatives d’éveil au gout: les menus sont les memes pour les petite section de trois ans et les cm2 de onze ans et les restes dans les assiettes ne sont pas les memes, curieusement.La viande, par exemple, part coupée en petits morceaux en maternelle alors que ça degoute les grands sur le mode patée pour chiens. L’autre jour, il y avait lasagnes bolognaise: les maternelle n’y ont quasiment pas touché, car les animateurs leur ont servi sans les aider à les couper! A trois ans!

    L’équilibre nutritionnel s’établit sur la semaine, voire la quinzaine. Il faut donc leur faire au mieux de nos convictions personnelles et des habitudes familiales le soir et voilà!

    Ils ne peuvent meme pas se bourrer de pain comme je le faisais à leur age car maintenant le pain est à la fois abject et rationné!

    Fais comme Jaimie Oliver! Lance une grande campagne pour faire avancer les choses! parents, mobilisez vous aussi!

    #32 - Catherine le 15 septembre 2010 Répondre
  31. J’attendais aussi ce reportage, cela fait un moment que je m’intéresse à la question. Il repasse un soir, j’ai programmé l’enregistrement. Sinon à la maison, à partir du lycée, mes ados peuvent rentrer à la maison il est à 5 minutes et ils font les recettes de mon livre « Si tu sèches la cantine, je te colle en cuisine » quand je ne leur laisse pas de restes. Comme la cantine au collège est acceptable on fait un mixte. Si ils ont un trou autour du déjeuner ils rentrent avec un copain et cuisinent et puis la fois d’après ils vont chez le copain. Mon organisation fait des siennes autour d’eux et cela me fait plaisir de voir des ados qui s’intéresse à la cuisine. Mais pour en arriver là il faut que les parents s’impliquent, forment un minimum sur les outils (four, feu, bouilloire et micro onde) et remplissent le frigo avec des ingrédients simples mais à cuisiner pas du tout fait sinon autant manger à la cantine. Il faut aussi qu’ils soient « joignables » à l’heure du déjeuner pour la partie « helpdesk », j’ai souvent raté les appels et ma fille m’en veut encore ! Ceci dit elle a découvert pleins d’astuces toute seule et maintenant elle est 90% autonome à 17 ans. Ceci dit je trouve que la rationalisation des cantines et l’appel à des sociétés qui ne pensent qu’au profit est assez scandaleux. Ces sociétés ont réussi à faire croire que les ado n’aiment que les hamburger et les frites ! Il y a certes des expériences en bio ou en cuisine fait par des cuisinier sur place mais elles restent anecdotiques à mon grand regret !

    #33 - Birgit le 15 septembre 2010 Répondre
  32. Merci pour vos retours. Bon, c’est quand même pas brillant tout cela. Rares ont l’air d’être les cantines où c’est OK. Birgit, chez moi ils n’ont pas du tout le temps de rentrer, c’est bien dommage.

    #34 - Anne le 15 septembre 2010 Répondre
  33. Mes enfants sont scolarisés à Bruges et au Bouscat et dans les deux cas, au niveau des repas scolaires, c’est la CATASTROPHE. C’est d’ailleurs une réelle culpabilité pour moi que de ne pas avoir d’autres choix que de les faire manger le midi à la cantine. A Bruges, c’est une cuisine centrale basée à Blanquefort (je crois) qui livre les repas sous forme de plateaux sous vide. Après renseignements, la frite et la viande servies à 12h30 ont été cuites à 10h…cherchez l’erreur. Les enfants se plaignent donc de manger froid et sans goût et comme on les comprend! Au Bouscat, c’est différent, il y a un « chef cuisto » dont on nous avait longuement vantés les mérites et la qualité des produits sélectionnés. Ma fille n’est pas spécialement difficile mais lorsque je la récupère le soir, bien souvent elle n’a dans le ventre qu’un morceau de pain et de fromage, faute d’avoir trouvé mieux le midi. Et le repas est facturé 4,50 euros, ce qui me rend folle. Qu’on réunisse quelques mamans concernées, qu’on leur donne un budget de 4,50 euros par enfant et je suis sûre que nous réalisons un repas équilibré et apprécié d’une majorité, juste avec un peu de bon sens. Je n’ai jamais osé proposer l’idée mais bien souvent j’y pense!

    #35 - Pascale le 16 septembre 2010 Répondre
  34. Dans les 4,50 euros, tu as trois euros de frais de personnel et de charges, il n’y a que 1,50 euro pour le repas, ça explique mieux la nature de ce qu’il y a dans l’assiette!

    #36 - Catherine le 16 septembre 2010 Répondre
  35. C’est sur qu’1.5 c’est rien. Mais je n’arrive pas à comprendre pourquoi certains s’en sortent et pas d’autres ? Il vaut mieux des repas préparés dans les écoles ou des stés extérieures ? Quelle est la meilleure solution pour que le repas de nos enfants soit le meilleur possible ?

    #37 - Anne le 16 septembre 2010 Répondre
  36. Je suis instit en élémentaire dans une ville de taille moyenne qui fait livrer ses repas par une centrale de restauration. J’ai aussi le privilège de « faire la cantine » pour mettre du beurre dans les épinards et je profite, à ce titre, des mêmes repas que les enfants.

    A première vue, rien d’étonnant ou de scandaleux. Les menus, élaborés par une commission comprenant une nutritionniste sont, sur le papier, plutôt corrects (du type taboulé – sauté de dinde – carottes – fromage – flan).

    En pratique, il faut déjà savoir que plusieurs niveaux de qualité sont disponibles dans ces centrales de restauration et que deux menus corrects sur le papier peuvent se révéler très différents selon le style de contrats passés par les collectivités. Ainsi, le menu livré pour une cantine d’entreprise ne sera jamais celui que des collectivités proposeront à des mômes ou des vieux. Beaucoup de parents s’en moquent d’ailleurs, ce qui les intéressent, c’est que les gamins soient gardés pendant qu’ils bossent et ce à moindre coût (et je parle ici d’un milieu moyen, ni rural, ni ZEP).

    Si on regarde les assiettes, rien de surprenant : c’est la collectivité, on est là pour se sustenter. Les portions sont correctes quoique parfois insuffisantes pour des CM2 ou pour les adultes mais ça se gère à grand renfort de pain et fromage. Côté goût, c’est très insipide jamais bon rarement mauvais. Il n’y a pas de texture non plus car tout est sur-cuit au four à vapeur.

    Pour le moment, rien de grave, on se dit que les gens en ont pour leur argent… mais en fait pas du tout ! C’est très cher (4 à 7 euros) et tellement mal géré que le rapport qualité-prix est catastrophique. On propose systématiquement une entrée-viande-garniture-fromage-dessert avec un système de self qui produit un gaspillage monstre. Il n’y a jamais de plats complets familiaux (qui permettent de gagner de l’argent) mais toujours une viande ou un poisson de piètre qualité. On préfère faire du bio une fois par mois et un menu de Noël qui en jette et laisse les enfants bouffer des trucs reconstitués le reste du temps. Les protéines sont toujours trop grasses (croquettes, viandes hachées, panées, coupées à la farine…), les plats baignent dans la sauce (pour faire le poids), les fruits ne sont pas mûrs, les crudités en quantité anecdotique.

    Tout ça n’est pas si dramatique que ça puisque les enfants et moi même n’y mangeons finalement que 4 repas dans la semaine, ce qui me choque plus c’est le prix que les parents paient pour ça. Il y a quelques années, dans une autre école qui avait une cantine avec cuisines sur place, pour le même prix les gamins avaient du frais. De la bonne vieille cuisine familiale avec les techniques de ménagère pour tenir les comptes : du pot au feu (on fait de la bonne viande de boucherie en faisant mijoter des morceaux peu onéreux) et du hachis parmentier avec les restes. Tout ça avec profusion de salade verte, fruits mûrs livrés par les maraîchers du coin. Le fromage était achetés en gros conditionnement et pas en portions hors de prix. Bref, même budget mais deux philosophies différentes, deux qualités gustatives et nutritionnelles.

    La facilité n’offre jamais les mêmes résultats que du personnel qualifié qui aime son métier. Ces dérives sont rendues possibles car les parents ne voient pas ou choisissent de ne pas voir la m**** servie aux enfants. Tout est affaire de choix.

    #38 - Antidote le 18 septembre 2010 Répondre
    • Merci. C’est très intéressant ce que tu nous dis. Il y a vraiment un moment où cela a dérapé. Pb de coût ? de choix alimentaires ? Pb aussi de normes vétérinaires d’une cantine plus familiale ? Je ne sais pas mais le résultat n’est souvent pas fameux pour nos enfants.

      #39 - Anne le 18 septembre 2010 Répondre
  37. J’ai très peu de souvenirs de la cantine au primaire..ça devait rester mangeable ^^. Au collège, ça pouvait être pas mal comme horrible…dans ces moments là on bénissait le pain et le ketchup ! :S Au lycée, le nec plus ultra, camille jullian. De la quantité, des repas assez équilibrés, assez peu de ratés ! A la fac, je mangeais au RU. L’ancien comme le nouveau à la victoire, ça passait (mais beaucoup de mes collègues n’aimaient pas) … Mais je crois que l’IRTS a gagné le trophée : des nems ont réussis à me rendre malade :s (et pourtant je suis pas trop difficile) le mélange croque-monsieur/pâte est assez fréquent….et le prix n’en parlons pas 2,70 pour un plat. des fruits et yaourt surtaxé à 1€10…alors qu’au RU on avait pour 2€85 entrée, plat, dessert….de quoi composer un repas équilibré pour pas trop cher !

    #40 - Mlle Tortue le 19 septembre 2010 Répondre
  38. chez nous, enfant de 4 ans pas difficile du tout, peu de retours de la cantine scolaire en direct, je crois qu’il s’en moque un peu et qu’il meurt de faim le midi, donc il mange.

    de l’extérieur, les menus semblent tout à fait corrects, tant pour le midi que pour ce que j’ai pu voir des goûters, et les commissions essayent de tenir compte des retours des parents etc… donc ça paraît plutôt bien. et il n’y a jamais de frites, parce que je cite « ça ne se réchauffe pas » ;-)

    par contre dans la pratique la directrice de l’école dit que ça n’est vraiment pas terrible, mais que les enfants généralement mangent bien quand même… comme quoi ! mais il semble que la quantité soit limite pour des appétits de petits ogres…

    #41 - AnSo le 20 septembre 2010 Répondre
  39. Je suis la présidente d’un OGEC dans une école , college et lycée passionné de cuisine , je me suis penchée sur le problème et nous avons opté pour une petite société de restauration qui propose des plats cuisinés sur place avec des ingrédients frais de saison, cette année nous lançons l’opération :ZERO GASPI que je présenterai dans quelques temps sur mon blog

    On peut manger bon et bien dans une cantine

    #42 - HANGARD le 22 septembre 2010 Répondre
  40. Merci beaucoup et n’hésite pas à laisser ici le lien vers ton futur article :)

    #43 - Anne le 22 septembre 2010 Répondre
  41. Chez moi c’etait très bien, tout était bon et équilibré, c’est plus tard que ça s’est gaté, a la fac, là c’etait du carton!

    #44 - horoscope le 25 septembre 2010 Répondre
  42. Merci pour ton témoignage

    #45 - Anne le 27 septembre 2010 Répondre

Laisser un commentaire


Fermer