P & P

Papilles & Pupilles

Blog culinaire qui fait voyager

Allergies alimentaires et étiquetage de précaution

Actu Allergies Dossiers pratiques

Lecture d'étiquettes
© Copyright Fotolia

En avril 2005, l’Afssa a été saisie par l’association de consommateurs «Consommation, Logement et Cadre de Vie» sur l’étiquetage des produits issus de la filière agroalimentaire au regard des allergènes alimentaires et, plus particulièrement, sur les mentions mettant en garde les consommateurs sur le «risque de présences fortuites d’allergènes» dans les denrées pré-emballées. Les nombreuses mentions utilisées, regroupées sous le terme d’étiquetage de précaution, ont été mises en place à l’initiative des entreprises du secteur agroalimentaire mais ne reposent sur aucun texte règlementaire.

En France, 3,2% de la population est concernée par les allergies alimentaires. Selon le Réseau d’allergo-vigilance qui participe depuis 2001 au recensement des accidents allergiques alimentaires graves, la présence d’allergènes masqués dans un produit alimentaire industriel serait responsable de 8,6% de l’ensemble des accidents allergiques alimentaires sévères. Ces accidents sont le plus souvent liés soit à une absence d’étiquetage lors de la vente de produits à l’étalage, soit à un changement de conditionnement et/ou de recette avec une erreur d’étiquetage associée. Il peut s’agir également d’une erreur de lecture par la personne allergique à la suite d’un changement de recette. Par ailleurs, on estime que moins de 1% de ces cas graves sont en rapport avec des contaminations survenues au cours de la fabrication du produit alimentaire.

Depuis novembre 2005, une directive européenne a rendu obligatoire l’étiquetage de 12, puis 14 ingrédients allergènes sur les produits industriels. Pour autant, s’agissant de la présence fortuite d’allergènes dans les aliments, il n’existe pas aujourd’hui d’harmonisation des mesures de précaution prises vis-à-vis de ce risque, ni en termes de standardisation des outils de dépistage des allergènes dans les matrices alimentaires, ni en termes de recommandation concernant l’étiquetage. Ainsi, les mentions « Produit pouvant contenir un allergène donné», « Produit fabriqué dans un atelier utilisant l’allergène donné», « risque de présence fortuite d’allergène» peuvent alarmer inutilement les consommateurs allergiques. Ils sont alors placés devant un choix décisif : acheter des produits garantis sans allergènes (onéreux), ou consommer des produits sans connaissance véritable des risques encourus.

En réponse à cette situation, l’Afssa émet plusieurs recommandations dans son rapport «Allergies alimentaires et étiquetage de précaution» :

Dans le cas d’allergènes présents de façon involontaire dans les produits, l’Afssa recommande l’utilisation d’un nombre limité de formules adaptées à la contamination effective ayant pu survenir en cours de fabrication. L’Agence suggère qu’une concertation sur ce sujet ait lieu entre les professionnels de l’agroalimentaire, les gestionnaires du risque et les associations de patients allergiques. En outre, l’Afssa recommande que toutes les entreprises puissent se doter d’une méthode HACCP (Hazard Analysis-Critical Control Point) allergène. Pouvoir disposer d’une méthode HACCP allergène implique que des précautions en terme d’organisation des filières aient été mises en place et puissent être justifiées. Les tests de détection d’allergènes peuvent être utilisés comme des outils d’aide à la mise en place de la méthode HACPP allergène, mais, au stade actuel des connaissances scientifiques, ces tests ne peuvent être utilisés comme l’unique outil en matière de prévention du risque allergique. L’Afssa considère que l’organisation rationnelle des filières de production et de distribution offre actuellement la meilleure garantie de maîtrise du risque allergène, l’utilisation des tests de détection ne pouvant suffire, seule, à garantir l’efficacité d’une méthode HACCP.

Au cas où la méthode HACCP ne peut être mise en place, l’Afssa recommande d’indiquer une mention stipulant qu’aucune précaution chez le fabricant n’a été prise vis-à-vis du risque d’allergène. Au vu de l’information fournie, le consommateur ainsi averti pourrait consommer le produit en connaissance de causes.

En ce qui concerne les étiquetages garantissant l’absence d’allergènes dans les aliments par la mention «sans ingrédient allergène», il apparaît indispensable de préciser le sens de l’allégation «garanti sans». Il serait, dans tous les cas, souhaitable que les ingrédients utilisés dans les produits étiquetés avec cette allégation puissent être garantis « sans présence fortuite » et non pas seulement «sans ingrédient allergène». Il est ainsi indispensable que l’utilisation d’allégations « garanti sans » soient validée par la mise en place de méthodes HACCP et par des contrôles qualité validant l’absence d’allergènes, ce qui n’est pas systématiquement le cas actuellement.

Lorsque l’allergène est introduit de façon volontaire, l’Afssa propose que la mention informative ne soit pas trop imprécise (le terme ‘arachide’ ne devrait pas se substituer au terme ‘huile d’arachide’, par exemple). Par ailleurs, l’étiquetage des produits laitiers vendus sous la dénomination «fromage», «beurre» ou «yaourt» peuvent ne pas comporter de liste des ingrédients dans la mesure où l’on considère que la référence à l’allergène «lait» est claire.

Cependant, en raison de l’existence d’une imprécision au sein de la liste des allergènes à déclaration obligatoire qui ne précise pas le type de lait qu’il convient de déclarer, et en raison de l’apparition de certains accidents graves observés en France avec des laits de brebis et/ou de chèvres parfois utilisés en substitution de lait de vache, l’Afssa considère qu’il est important de mentionner l’origine du lait utilisé : lait de vache, lait de brebis ou lait de chèvre.

Pour en savoir plus :

© Copyright : AFSSA – 9 février 2009

 

Allez on en discute ?
Les commentaires

Aucun commentaire sur cette recette : soyez le premier à laissez le vôtre !

P & P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anne Lataillade

auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS

Je voudrais...
Psst, vous pouvez cocher
plusieurs options !
Par ingrédients
Par type de repas
Petit déjeuner
Brunch
Apéro
Entrées
Viandes
Poissons
Légumes
Féculents
Plats complets
Sauces
Desserts
A l'heure du thé
Pique nique
Par type de plats
Salades composées
Soupes
Tartes
Tartes salées
Plats mijotés
Plats sucrés salés
Cakes
Recettes légères
Gratins
Crumbles
Clafoutis
Avec des restes
Par événements
Buffets
Chandeleur
Epate Belle mère
Saint Valentin
Pâques
Halloween
Recettes de fêtes
Desserts de fêtes
Cadeaux gourmands
Par régime alimentaire
Sans gluten
Sans lait
Sans oeufs
Végétarien
Archives

Une envie ? Un ingrédient dans votre frigo ?
Dites-nous tout !

Et les petits lutins de Papilles & Pupilles
trouveront la meilleure recette
juste pour vous

Anne Lataillade

auteure enthousiaste et passionnée
de Papilles et Pupilles

Je m'appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l'histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c'est par ici que cela se passe... En savoir plus

Contacter Anne
S'inscrire au flux RSS
Me suivre aussi sur :

 Allez, on reste en contact  ?
Google +
127 300
followers
Pinterest
411 800
followers
Instagram
24 300
followers
Marché de Brive la Gaillarde - très beaux produits et de vrais producteurs
La douceur de vivre #brive
Aujourd'hui sur le Blog, trucs et astuces pour décompresser en cuisine #PrendreSonTemps #enPhase #activia - Lien dans ma bio
Vivement le goûter
Sur le vif...
Fermer